Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un été haut en (quatre) couleurs

Quel été nous avons eu ! Bien sûr, les optimistes diront qu’il n’est pas encore terminé et que les cours qui recommencent ne sont qu’une illusion et que s’ils retournent se coucher, ça sera encore les vacances demain. Des intentions nobles, c’est évident. Mais j’ai le regret de vous informer que les vacances d’été sont bel et bien terminées.

Tout de même, on n’est pas nécessairement fâchés que l’été s’achève. Car après des semaines très remplies (de pluie) et saturées (en humidité) de travail / stage / a vida loca, il fait bon de prendre un peu de repos dans des divans confortables, à l’air climatisé trop froid de l’École (au moins, ça garde la bière au frais plus longtemps).

L’été au Polyscope

Pour les gens du Polyscope, cet été en fut un des plus occupés. Car votre journal étudiant hebdomadaire – publié à 3 000 exemplaires et distribué à travers le campus de l’Université de Montréal pendant l’année scolaire – préféré n’a pas chômé pendant l’été. Non seulement nous avons travaillé à préparer l’année qui débute maintenant à peine, mais nous avons aussi publié (exclusivement en PDF) deux (bientôt trois) numéros spéciaux culturels estivaux remplis de soleil, de musique et de superbes photos. Toute l’équipe (on a même recyclé des vieilles croûtes du comité pour l’occasion) avait tellement de projets de festivals, de concerts, de cirque et de rencontres pour l’été que nous nous sommes dit que ça serait bien dommage de ne pas les partager avec ceux qui le voudraient bien (et les attachés de presse qui nous ont fourni les billets média).

Le Polyscope estival hors-série est donc né d’un amour pour les passes de presse. Les deux premiers numéros sont déjà disponibles pour téléchargement sur le site web du journal (www.polyscope.qc.ca). Vous y trouverez des comptes-rendus des grands festivals de musique de l’été (Festival de Jazz, Virgin Festival, MUTEK), des entrevues avec des artistes bien en vue (Cœur de Pirate, Corno) et plus.

D’ailleurs, vous retrouverez dans la section culture de ce numéro papier pas moins de quatre articles tirés des hors-série 1 et 2. Question de vous donner un avant-goût de ce qui peut se lire dans la version complète en ligne.

Mais ce n’est pas terminé ! Le troisième et dernier numéro de la (hors-)série prendra le web d’assaut dès la semaine prochaine. Osheaga, le MEG et les
FrancoFolies vous tiendront occupés pendant vos premiers cours en salle d’informatique cet automne.

L’automne au Polyscope

Cet automne verra naître 8 nouveaux exemplaires du Polyscope, en plus du traditionnel numéro kapoté de fin de session. Pour vous faire supporter l’attente jusqu’au prochain numéro (à paraître vendredi le 28 août), je vous laisse sur un haïku plein d’espoir pour la jeunesse (et en général) :

Sur un fil électrique

Un écureuil traverse la rue

Sans applaudissements.

Bonne session !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.