Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le choix de POLYRAD

Par Pierre-Luc Godin

Vous l’aurez peut-être remarqué avec mes chroniques précédentes : j’ai des goûts qui pourraient être qualifiés de mainstream, un mot pourtant tabou chez Polyrad… Ainsi, lorsque je découvre un album qui me plaît, il est souvent déjà connu ou sur le point de le devenir. Toutefois, pour l’album de cette semaine que j’écoute en boucle depuis environ un mois, ce n’est pas le cas.

L’album All Possible Futures de Miami Horror en est un qui commence en synthpop et en nu-disco, donc avec un son très radiophonique, et qui finit sur des touches de house et d’electronica. Il est sorti il y a environ 7 mois et n’a pas vraiment fait de vagues. D’ailleurs, le clip de « Real Slow », le titre le plus populaire de l’album, n’a même pas 150 000 vues sur YouTube aujourd’hui.

Et pourtant, croyez-moi, l’album est une véritable perle du début à la fin. Bon, ok, peut-être pas du début : la première chanson « American Dream » est bonne, mais peut-être pas à la hauteur du reste de l’album

qui est exceptionnel. Sinon les quatre chansons suivantes, « Real Slow », « Love Like Mine », « Cellophane » et « Wild Again » ont de quoi vous faire lever de votre siège pendant votre étude et vous faire danser n’importe comment dans votre salon. Sérieusement. Ou alors c’est juste à moi que ça fait ça…? Vous me direz.

Le reste de l’album est un peu plus calme et vous permet de vous rasseoir et de vous concentrer sur votre rapport de labo, mais la qualité reste invariablement jusqu’à la dernière note de « Forever Ever? », le dernier titre de l’album. En somme, All Possible Futures ne possède pas la moitié de la popularité qu’il mérite. Allez l’écouter, vous rendrez service au groupe et à vous-même.

Artistes similaires : Chromeo, Great Good Fine Ok, Passion Pit

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Tchaïkovski à l’honneur

22 février 2013

  Piotr Ilitch Tchaïkovski est un compositeur russe de l’ère romantique. Il est surtout connu pour avoir écrit des morceaux de musique très compliqués à interpréter. Pour une raison obscur, l’ordre initial du programme a été inversé. Nous aurons donc le droit en premier à Manfred, puis au Concerto pour piano numéro 1. Cependant, avant le début du concert, ma partenaire me fait allumer sur le fait qu’il n’y a pas le piano sur...

Édit-toto

9 octobre 2007

Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans la santé, parce que la population vieillit, et qu’on a besoin d’hôpitaux pour s’occuper de nos aînés. Faut pas investir dans l’éducation, il faut plutôt investir dans les infrastructures routières, désuètes, qui semblent maintenant tellement mal en point qu’elles risquent de s’effondrer. Par contre, il faut avoir de l’argent pour pouvoir investir. Tout ça coûte cher, et le lourd système de gestion de l’état...

Inglourious Basterds

28 août 2009

Coup d’éclat pour la clôture de Fantasia 2009 : le tout dernier Tarantino, Inglourious Basterds, est présenté en avant-avant-…-première canadienne ici-même à Montréal. Les billets s’envolent en même pas une heure, la folie Tarantino frappe la métropole ! C’est une foule très fébrile donc qui a eu la chance de voir en exclusivité cette version finale du film, que le producteur a décidé de modifier suite à son passage au Festival de Cannes, pas...