Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les bienfaits du sauna

Aperçu article Les bienfaits du sauna
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Photo © Zuerich

Lors d’une session difficile où le niveau de stress est à son comble, le sauna est une alternative accessible et peu demandante, qui apporte de nombreux bienfaits à ses usagers. Généralement joint, durant l’hiver, à un bain dans un lac gelé par les Finlandais, les polytechniciens, eux, peuvent en tirer tous les bienfaits directement sur le campus et gratuitement! Zoom sur les bienfaits qu’on peut en retirer.

Par Audrey Poudrier-Tremblay

Même si on a du mal à situer l’apparition du sauna dans l’histoire, ses origines les plus anciennes semblent remonter en Finlande, il y a plusieurs siècles, où il est d’ailleurs toujours très populaire. En effet, ce pays nordique compte quelques 3 millions de saunas pour 5 millions d’habitants, soit une moyenne d’environ un sauna par ménage! Chauffés entre 70 °C et 100 °C, les saunas de bois classiques peuvent être divisés en deux catégories : humide (typiquement finlandais) ou sec. Le premier tire son humidité de l’eau froide qui, lorsqu’on la verse à la louche sur les pierres chauffées, crée une immédiate sensation de chaleur intense se répandant dans toute la pièce. Le second possède un taux d’humidité plus bas et n’autorise pas les utilisateurs à verser d’eau sur les pierres. Généralement, les saunas humides sont plus agréables aux utilisateurs.

Les bienfaits sur le corps et l’esprit

Le sauna réduit le stress. En effet, confrontés à la chaleur du sauna, les muscles se relaxent et le corps produits des endorphines (libérées également en faisant de l’exercice physique ou durant l’orgasme), générant chez l’utilisateur une sensation de bien-être. En outre, la chaleur du sauna offre un environnement calme et sans distraction, propre à la relaxation et à la méditation.

Le sauna chasse les toxines et nettoie la peau. La sudation excessive lors d’un bain de chaleur permet au corps de diminuer, voire d’éliminer son taux de cuivre, plomb, zinc, nickel, mercure et autres toxines que le corps accumule quotidiennement par l’alimentation, l’air ou l’eau. Également, la sudation excessive enlève les cellules de peau mortes et nettoie la peau beaucoup plus en profondeur que lors d’un nettoyage quotidien conventionnel. La peau est ensuite plus douce et de meilleure apparence.

Le sauna aide à approfondir le sommeil, par la libération d’endorphines. Également, la température du corps plus élevée avant le coucher, qui décline doucement lorsque le corps se met au repos, aide à trouver le sommeil et contribue à l’approfondir.

Le sauna aide à prévenir et combattre les maladies et virus (la grippe et le rhume entres autres, qui peuvent te mettre à terre en période d’intras). L’élévation de la température corporelle et l’exposition à l’humidité (majoritairement dans les saunas finlandais) aident le corps à produire plus de globules blancs. La vapeur générée peut aussi contribuer à réduire la congestion nasale. Il n’est toutefois pas conseillé d’utiliser le sauna lorsqu’on fait de la fièvre.

Où le trouver?

Généralement disponible dans les spas, hôtels et salle de gym, le sauna est plutôt accessible. Le CEPSUM offre à ses membres (i. e. tous les étudiants de Poly à temps plein) un accès gratuit au sauna sec non mixte du lundi au vendredi de 6 h 30 à 23 h, et le samedi et dimanche de 8 h 30 à 20 h 30. Un bain froid est également disponible pour ceux qui veulent tenter l’expérience et en retirer un maximum de bienfaits. La nudité est conseillée pour en tirer tous les bienfaits, mais n’est pas obligatoire. Les plus timides peuvent porter le maillot de bain sans problème.

Trucs pour en profiter au maximum

Prendre une douche chaude avant d’entrer, question de réchauffer son corps (la douche est de toute façon obligatoire pour utiliser la majorité des saunas).

On conseille des séances de sauna de 8 à 15 minutes, suivies d’un bain ou d’une douche froide et d’une période de repos. Ce cycle peut être répété entre une et trois fois.

Apporter une serviette sur laquelle s’asseoir, question d’éviter de se brûler les fesses!

Utiliser les bancs du bas lorsqu’on n’est pas habitué à la chaleur intense. Comme la chaleur monte (thermo 101), les bancs du haut sont les plus chauds de la pièce et les débutants ont plus de mal à s’y asseoir lors de leurs premières séances.

S’hydrater avant, pendant et après le sauna. Votre corps transpirera énormément, il est donc important de boire beaucoup d’eau pour éviter la déshydratation. On conseille d’apporter une bouteille d’eau avec soi et d’en boire durant les périodes de repos entre les sessions de chaleur intense.

Écouter son corps. Lorsqu’on n’a pas l’habitude, c’est plus que normal d’avoir du mal à rester dans le sauna plus de quelques minutes. Si vous sentez de l’inconfort, n’hésitez pas à sortir doucement du sauna pour vous reposer et à prendre une douche froide pour abaisser votre température corporelle. Lorsque vous vous sentirez mieux, refaites un essai.

Détendez-vous! Prenez ce moment pour vous, laissez vos tracas à l’extérieur du sauna et offrez-vous cette relaxation et méditation bien méritées!

Note : toute personne ayant des problèmes de santé devrait s’informer auprès d’un médecin avant d’utiliser le sauna. La forme masculine est utilisée pour alléger le texte. Le mot « toxine » est ici employé comme synonyme populaire des déchets produits par le corps. Une toxine est par définition une substance toxique élaborée par un organisme vivant, auquel elle confère son pouvoir pathogène.

Nager dans un lac gelé après un sauna : un must à tenter absolument. Photo © Harbin ice

Nager dans un lac gelé après un sauna : un must à tenter absolument.
Photo © Harbin ice

Des gens faisant trempette, Scandinavie, février 1972. Photo © Fox Photos

Des gens faisant trempette, Scandinavie, février 1972. Photo © Fox Photos

Le sauna est aussi une activité sociale dans plusieurs endroits, notamment en Finlande et en Allemagne. Photo © Deutsche Fotothek

Le sauna est aussi une activité sociale dans plusieurs endroits, notamment en Finlande et en Allemagne.
Photo © Deutsche Fotothek




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.