Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Stress? Pas de panique!

Aperçu article Stress? Pas de panique!
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Deux étudiants du Polyscope terassés par le stress

Vous voyez la mi-session arriver? Votre niveau de stress augmente? Pas de panique, il est possible de faire diminuer la pression! Voici le top 10 des trucs possibles et efficaces.

Faire du sport

Selon Psychologie Québec, «Pour les individus en bonne santé, le principal bénéfice psychologique de la pratique d’activité physique est la prévention, comparativement aux individus qui souffrent de maladies émotionnelles légères ou plus sévères, où l’exercice devient un traitement efficace».  En effet, le sport pourrait agir comme un léger antidépresseur. De plus, il y a un lien établi entre le décrochage scolaire et le manque d’activité physique. Il serait plus facile de faire face au stress de la performance scolaire pour un individu qui pratique une activité physique régulière. De plus, les effets ont tendance à arriver très vite, ce qui est encourageant, car il n’y a rien de plus décourageant que d’essayer une technique de relaxation dont les résultats arriveront dans trois mois! Bien entendu, il faut trouver un sport qui ne sera pas pénible pour vous. La course à pied n’est pas faite pour tout le monde!

Méditation

Les bienfaits de la méditation pleine conscience ne sont plus à démontrer. Au point où la faculté de médecine de McGill veut rendre ses sessions de méditation obligatoires pour ses étudiants. Selon Christophe André, psychiatre publié dans la revue «Cerveau et Psycho», «La pleine conscience est la qualité de conscience qui émerge lorsqu’on tourne intentionnellement son esprit vers le moment présent. C’est l’attention portée à l’expérience vécue et éprouvée, sans filtre (on accepte ce qui vient), sans jugement (on ne décide pas si c’est bien ou mal), sans attente (on ne cherche pas quelque chose de précis).» Il est possible de le faire soi-même, mais il est plus facile de s’aider de document audio disponible un peu partout sur Internet. La technique est efficace, plusieurs études démontrent les liens entre la méditation pleine conscience et l’amélioration de nombreux problèmes comme le stress, mais aussi les douleurs chroniques et les sensations de fatigue. C’est une technique à essayer.

Planifier son horaire

La planification de l’horaire permet de diminuer le stress, mais aussi d’augmenter la motivation. En attribuant la bonne quantité de temps entre vos loisirs et les tâches à faire, il sera plus facile d’éviter la procrastination et d’être plus efficace.

Avoir une bonne hygiène de vie

L’abandon d’une bonne hygiène de vie est un des symptômes d’une grande quantité de stress, tout en alimentant encore ce dernier. C’est une vraie spirale infernale. Or, lors des moments de stress, il est important de s’assurer que vous mangez assez et que vous mangez correctement. De plus, il serait intéressant de limiter votre consommation d’alcool lors de moment très stressant, car l’alcool est un léger dépresseur. Même si sa consommation détend (et est très agréable, avouons-le), il serait recommandé d’attendre la fin de la période de stress pour en consommer, comme à la fin de la session!

Bien dormir

Un autre cercle vicieux! En effet, le stress peut diminuer la qualité du sommeil ainsi que de nous empêcher de dormir. Il y a différents trucs pour diminuer le temps nécessaire avant de s’endormir. Par exemple, il est possible d’avoir une routine, prendre une douche, prendre un verre d’eau ou une boisson chaude, ou même prier un peu le soir. Cela permettrait à préparer notre corps au sommeil.

Faire un loisir accomplissant

En faisant un loisir que vous aimez et dans lequel vous vous sentez valorisé, cela peut faire diminuer le stress de manière significative. En effet, en faisant une activité dans laquelle vous vous sentez bien, cela peut donner un sentiment d’accomplissement qui réduit l’anxiété. Attention! Le loisir doit vous permettre de vous donner de la fierté. Personne ne se sent accompli après avoir écouté l’intégrale de la saison 4 de Game of Thrones! Certains d’entre vous vont avoir du plaisir à faire de la mécanique sur le moteur d’une vieille moto, d’autres vont avoir envie de jouer d’un instrument de musique. Si vous cherchez de l’inspiration, il est toujours possible de venir faire partie des impliqués de Polytechnique, comme dans le Polyscope par exemple! (Eh oui, c’était mon petit placement de produit.)

Dédramatiser

Certains d’entre vous auront peut-être l’impression que votre vie va s’effondrer si vous ne réussissez pas votre prochain examen. On se calme! Il est important de ne pas voir les problèmes comme des enjeux de vie ou de morts. Si vous faites de l’anxiété, essayez de réfléchir au vrai impact de vos réussites et de vos échecs. Si vous avez l’impression que votre session pourrait avoir votre peau, ce serait intéressant de vous demander quels sont les enjeux réels devant lesquels vous êtes confrontés. En dramatisant sur un examen, votre stress n’est plus utile à votre réussite, mais devient un poids de plus à porter.

Exercice de respiration

Cet exercice est un chouchou de plusieurs psychologues et pour cause : il fonctionne toujours et pour tout le monde. C’est une technique assez simple pour réduire un stress immédiat et difficile à gérer. Par exemple, si vous êtes en examen et que vous commencez à manquer de temps, la panique pourrait monter et vous empêcher de continuer votre examen. Dans ce genre de cas, il vous faut faire un exercice de respiration. Pour cela, il faut respirer profondément (par le ventre). Pour réussir, vous pouvez mettre une main sur votre poitrine et une sur votre ventre, puis prendre de grandes et lentes respirations. La main sur votre poitrine devrait rester immobile et la main sur votre ventre devrait être la seule à bouger. Vous n’y arrivez pas? Trouvez-vous un ami qui joue d’un instrument de musique à vent (trompette, saxophone, flûte). Il vous aidera!

Rire

Le cerveau a beaucoup de mal à déterminer si vous êtes en train de rire sincèrement ou si vous riez de manière artificielle. Dans tous les cas, il présentera à votre corps différents symptômes que vous ressentirez lorsque vous riez (sentiment de bien-être, joie). Si vous vous sentez stressé, il est donc recommandé de regarder une vidéo drôle. Mais si vous n’êtes pas capable de le faire de manière immédiate, il est possible de vous forcer à rire de manière artificielle et vous pourrez ressentir les mêmes sentiments de bien-être.

Avoir des activités sexuelles

Eh oui! Les activités sexuelles ont un impact positif sur la gestion du stress. Par contre, le stress peut aussi diminuer notre capacité à avoir des relations sexuelles satisfaisantes. Par exemple, trop de stress peut diminuer la libido et même la capacité des hommes à avoir une érection. Il est donc recommandé de faire appel à la masturbation! En effet, cette activité est plus aisée puisqu’il n’y a pas la peur de se faire juger par le partenaire en cas de problème. De plus, cela peut être une excellente technique pour s’endormir. On règle donc deux problèmes en un!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Festival Arcadia 2008

7 novembre 2008

Ce 7,8 et 9 novembre aura lieu à Montréal la 4e édition du Festival Arcadia. Bien qu’étant avant tout un festival de jeux vidéo, Arcadia est aussi un lieu de divertissement pour tous ceux et celles qui s’intéressent au multimédia. Les festivaliers seront donc invités durant trois jours à assister à une multitude d’activités. Encore une fois cette année, les visiteurs pourront s’informer des différentes formations offertes dans le domaine des jeux vidéo. De...

Agriculture : des solutions pour un avenir plus vert

24 mars 2016

Quelques habitudes de vie jugées très néfastes pour l’environnement passent au banc des accusés et sont vues par l’entièreté de notre société comme étant les causes majeures de nos problèmes écologiques. Des solutions telles que laver son auto avec une quantité raisonnable d’eau potable, utiliser des sacs réutilisables pour l’épicerie et recycler ne représentent à mon œil qu’une fraction minime des actions ayant un impact sur notre empreinte écologique. Celles-ci ne sont que la pointe de l’iceberg que devraient être nos actions environnementales. Rendus en 2016, nous devrions avoir un pas d’avance ; l’élimination de ces habitudes devrait être acquise. De plus grands sacrifices et efforts devront être faits pour atteindre un réel changement à grande échelle. Chaque produit qu’on consomme, qu’il soit alimentaire, ménager ou utile à notre vie de tous les jours, devrait être source de réflexion en ce qui concerne son effet sur l’empreinte écologique. En effet, parmi les étudiants de Polytechnique, bien plus de la moitié consomme du café régulièrement. Or, le café est loin d’être produit ici. Son transport est donc logiquement une source de gaz à effet de serre non négligeable. Pourtant personne ne jugerait ou même ne considérerait juger un buveur de café comme on le ferait pour celui qui ose mettre sa bouteille de vitre dans une poubelle. Le café dans cet exemple n’est qu’un symbole, car il est très important aux yeux de l’étudiant, mais on peut pousser une réflexion générale quant à notre consommation alimentaire. Les belles oranges de Floride que je viens d’acheter au lieu du fromage produit ici est-il vraiment un choix plus écologique parce qu’il ne provient pas de la production animale? J’en doute. Par contre, c’est inconcevable qu’un Québécois puisse s’empêcher de manger des tomates pendant tout l’hiver parce qu’elles proviennent du Mexique. Je vois donc deux solutions à ce souci : augmenter sa consommation d’aliments produits localement qui se conservent bien, tous les légumes-racines par exemple, et l’augmentation de l’utilisation de serres qui permettent la production d’aliments locaux à l’année longue. J’ai passé ma semaine de relâche à Anguille où j’ai eu la chance de visiter la serre hydroponique de l’hôtel où je résidais. Concept très intéressant, surtout quand on sait que les îles des Antilles font venir pratiquement tous leurs produits de Miami. Cette méthode de cultivation des légumes nécessite très peu d’eau par rapport à l’agriculture en champ. On évite l’évaporation, car on donne l’eau, les minéraux et les nutriments nécessaires directement aux racines de la plante via un système qui recycle ce substrat aqueux non-absorbé. Cette technique de production sauve aussi beaucoup d’espace, car on utilise des méthodes ergonomiques pour organiser les feuilles et les racines de la plante. L’hydroponie est bien sûr plus couteuse que la production traditionnelle de légumes, mais reste une véritable solution quand on voit les réserves d’eau de la Californie — état où on produit plus du tiers des légumes et deux tiers des fruits aux États-Unis — diminuer de manière dramatique (source : cdfa.ca.gov). Puisque cette méthode de culture nécessite peu d’espace et de ressources, le faire chez soi devient une option. D’ailleurs Ikea s’en est inspiré et sort en avril des trousses pour les individus comme vous et moi. Au Québec, l’option idéale est la serre souterraine aussi connue sous le nom de « walapini ». Avec un sol qui ne gèle qu’à moins d’un mètre de profondeur, creuser à quelques mètres permet de bénéficier de l’isolation naturelle du sol et de la protection contre le vent pendant l’hiver. À l’opposé, pendant l’été, ou à des latitudes inférieures, le sol conserve une température plus fraîche. Cette isolation permet ainsi d’éviter les grands deltas de température qui peuvent s’avérer fatals pour les plantes plus frêles. Ce type d’infrastructure, qu’on observe plus souvent en Amérique du Sud, permet de cultiver les végétaux pendant trois saisons, voire toute l’année dépendamment du lieu géographique exact sans avoir à chauffer ou climatiser la serre de manière ridicule. Ces deux techniques ne sont que des exemples innovateurs qui nous permettront, dans un futur plus ou moins proche de délaisser nos anciennes méthodes d’agriculture coûteuses en ressources. La période où nous consommons des aliments provenant de partout devra cesser, car elle n’est qu’une conséquence directe de la mondialisation qu’on voit émerger depuis le 21e siècle. Or, c’est un luxe qu’on ne peut se permettre si on désire poursuivre dans une direction de développement durable....

Pourquoi on pourrira tous en enfer (ou peut-être pas)

6 novembre 2015

Comment l’idée d’une intelligence artificielle surpuissante peut-elle pétrifier de terreur les personnes les plus rationnelles du monde? Petit coup d’œil sur le basilic de Roko, une expérience de pensée complètement tordue, mais riche en apprentissages sur notre perception du futur...