Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

À venir d’ici l’automne

Le printemps en est encore à ses premiers jours que l’on fait déjà des plans pour combler les soirées de l’été qui se dessine un peu plus de jour en jour. Question de s’y retrouver parmi les centaines d’activités et de festivals qui meubleront les rues de la ville et les agendas de ses résidents, voici quelques suggestions qui pourront peut-être vous donner l’envie de faire quelques découvertes musicales tout en profitant du beau temps.

Karnival v.9

Le 25 mars au Belmont

www.poiriersound.com

À peine revenu d’une série d’apparitions au festival SXSW en compagnie de Boogat, Poirier reprend contrôle du système de son du Belmont pour la neuvième édition de Karnival après quelques mois à se produire à l’extérieur de ses murs.

Pour l’occasion, le producteur et DJ montréalais sera accompagné de DJ Lexis, auteur du blog musical musicismysanctuary.com et sélecteur émérite de rythmes, et avec comme invité spécial Schlachthofbronx. Il s’agira là de la première performance du duo allemand à Montréal, duo qui a su s’attirer l’attention des critiques et du public au cours de 2010 avec la parution de deux EP sur Man Recordings et d’un autre sur Mad Decent, l’étiquette gérée par le réputé Diplo.

Soca, baile funk, basses en tous genres et airhorns sont à prévoir.

Montreal Hip Hop Karaoke

Le 31 mars au Belmont

www.hhkmtl.com

L’équipe derrière le succès des vendredis Get Nice au Blizzarts s’attaque à un second projet en parallèle avec leur soirée de rap hebdomadaire en introduisant à Montréal le concept de karaoke hip-hop. Déjà populaire dans plusieurs métropoles américaines ainsi qu’à Vancouver et Toronto, la formule attendait l’expertise d’acteurs accomplis du milieu pour rendre justice au caractère à la fois divertissant et théâtral de l’évènement.

C’est ainsi que la première édition de ce que l’on espère déjà devenir un événement régulier se tiendra le 31 mars prochain au Belmont, sous la gouverne du maître de cérémonie D-Shade avec DJ Cosmo aux beats.

La soirée Get Nice célèbre par ailleurs son premier anniversaire ce vendredi 25 mars au Blizzarts (3956A St-Laurent) en compagnie de DJ Cosmo et la participation spéciale de DJ Numark, renommé entre autres pour ses productions au sein de Jurassic 5.

Piknic Électronik

Chaque dimanche à partir du 23 mai

www.piknicelectronik.com

Tous les dimanches de l’été, de la fin mai au début octobre, l’équipe du Piknic Électronik s’installe sur les rives du Saint-Laurent pour partager la musique électronique dans toutes ses dérivations avec amateurs aussi bien que profanes. Avec sa vue imprenable sur le centre-ville de Montréal depuis le parc Jean-Drapeau, l’évènement hebdomadaire a pour mission de démocratiser ce registre qui peut paraître mystérieux aux yeux de ceux qui ne seraient pas familiers avec ce genre de musique et qui chercheraient une porte d’entrée pour s’y introduire.

Pour cette raison, l’ambiance y est amicale, décontractée, festive et familiale, avec un coin pour les petits et beaucoup d’espaces verts pour s’asseoir et profiter d’un pique-nique – essentiel pour tous ceux qui souhaiteraient amener leur propre alcool sur le site.

Les détails de la programmation seront annoncés au début du mois de mai sur le site Internet du festival, mais l’on peut déjà s’attendre à ce que la seconde scène fasse son retour cette année suite au succès qu’elle a suscité lors de l’édition précédente en offrant une visibilité toute spéciale aux artistes locaux.

Mutek

Du 1er au 5 juin

www.mutek.org

Après avoir célébré en grand son 10e anniversaire en 2009, Mutek – l’un des plus importants festivals de musique électronique au monde – est de retour en force cette année avec une programmation variée et audacieuse, à l’image du paysage de la musique électronique autour du monde.

Parmi la première vague d’artistes qui ont confirmé leur présence pour cette 12e édition figurent déjà quelques uns des plus illustres représentants de chaque sous-branche de ce registre musical. C’est ainsi qu’Amon Tobin – un des artistes phares du label Ninja Tune – présentera en première mondiale sa nouvelle performance audiovisuelle, et que le duo berlinois Modeselektor sera de retour en ville après avoir séduit Montréal à de nombreuses reprises par le passé, pour piloter une soirée spéciale Modeselektion (avec, entre autres, la participation présumée de Siriusmo).

Bien que les Allemands occupent toujours une place centrale au sein de la programmation due à l’importance de leur capitale qui constitue un pôle d’attraction et de création dans le milieu, des artistes de tous les horizons seront également en vedette dans le cadre de la prochaine édition. Four Tet, Floating Points et James Holden représenteront fièrement le Royaume-Uni, alors que Mika Vainio et Radiq incarneront la créativité de la Finlande et du Japon. Les Canadiens ne sont pas non plus laissés de côté dans cette démonstration de savoir-faire multidisciplinaire, puisque Babe Rainbow, Calamalka, Deadbeat, Stephen Beaupré et Jacques Greene ne sont que quelques noms qui représenteront notre nation au cours de ce marathon de cinq jours.

Osheaga

Les 30 et 31 juillet

www.osheaga.com

La programmation de la 6e édition de ce festival est sur le point d’être annoncée, mais si l’on se fie à la diversité des artistes présentés au cours des années précédentes et au succès sans cesse grandissant de l’évènement, on peut s’attendre une fois de plus à un festival haut en couleurs cette année. Bien que principalement axé sur le rock, le festival présente également des performances dans d’autres registres de musique, grâce entre autres à l’expertise des partenaires avec qui il s’est associé au cours des dernières années. C’est ainsi que l’on avait par exemple eu droit à la présence de Major Lazer, de Mary Anne Hobbs et de Lazer Sword lors de l’édition précédente avec la collaboration du Piknic Électronik, ainsi que des Japandroids, d’Arcade Fire et de Weezer avec celle du festival Meg. Une fin de semaine pleine de souvenirs.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.