Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La der des ders

Ce sont ces moments qui vous font voir le chemin parcouru. Une rétrospective éclairée. C’est aussi ces moments qui vous pointent du doigt ce qui a été manqué. Non il n’y aura pas eu d’entrevues avec Kent Nagano, ni avec David Suzuki et encore moins avec Barack Obama… Mais ce qui a été accompli aura dépassé toutes les attentes possibles d’en début d’année.

Voici entre vos mains le dernier numéro régulier du Polyscope. Depuis septembre 2010, toute l’équipe du journal vous alimente en actualités et en chroniques des plus diverses et des plus divertissantes. Nous nous sommes rassemblés autour de grands dossiers qui furent réalisés après maintes semaines sans trop de sommeil. Sincèrement, 2010-2011 aura été une année remplie ! Mon professeur de thermodynamique statistique biomoléculaire aurait un tout autre avis sur la question, mais la voix du Polyscope aura pris part à de nombreux évènements.

La question des gaz de schiste a fait couler beaucoup d’encre de la part de Polysphère et fut un sujet explosif des derniers mois (désolé pour le jeu de mots facile). À cela peut s’ajouter la saga de Wikileaks, avec ses multiples divulgations qui ont partagé les opinions du journal et du public. Julian Assange, héros de la liberté ou provocateur inconscient ? Plus récemment, l’actualité fut marquée par le signe du sang et du drame. Notre dossier spécial sur le Japon peut témoigner de l’ampleur de cet évènement sur notre subconscient, ne laissant personne indifférent.

Ce drame a su éclipser pendant quelques jours le mouvement de liberté et de contestation qui éclata depuis fin 2010 dans les pays arabes. Lueur d’espoir et désir d’émancipation des peuples, les conclusions d’un tel changement nous ouvriront les yeux.

Le grand oublié de l’actualité reste malheureusement Haïti. Choléra, séisme, inondations, dysfonctionnement électoral… le temps semble long pour la perle des Antilles. Heureusement, dans un court laps de temps, Mirlande Manigat ou Michel Martelly pourront reprendre les rênes du pays.

Au Québec, outre la question environnementale qui focalisa la population, les différentes hausses tarifères défrayèrent les manchettes. Étudiants, sortez vos portefeuilles (et vos calculatrices), car votre éducation n’en sera que plus onéreuse ! Dans cinq ans, les frais de scolarité auront presque doublés. Quel manque de jugement du gouvernement…

Mais ce dernier éditorial ne doit pas se faire trop alarmiste. Ne pas dépeindre en noir notre société. L’année fut aussi l’occasion d’apprécier de très belles surprises. De nouvelles chroniques ont su vous aider à traverser ces longs courts des plus ennuyants (Thermo. stat. biomol. par exemple… [NDLR : désolé, c’est ma dernière fois…]). Nos sudokus furent presque sans faute (étonamment), et nous avons pu accueillir notre nouveau bédéiste talentueux (allez faire un tour en page 12 !). À cela ajoutez la chronique gui-ik, les analyses géopolitiques de Gaëtan, la vérité qui dérange, Chef David vous présente ! nos éternelles chroniques barbares et d’incohérence sociale [NDLR : chers compagnons de la page 3] et une section culturelle des plus florissantes et voilà le Polyscope (j’en ai ommis je sais !). Sans oublier Rammstein, les cafés étudiants de l’UdeM, les voitures et les CAPS LOCKED de Mathieu !

Et puis cet édito. Premier lien entre une page couverture au rendu des plus sexys et un journal au contenu des plus pertinents. Un édito parfois improvisé, souvent dernière minute, toujours des plus sincères. Écrire ces dernières lignes est quelque chose d’assez spécial. On se dit que l’on aurait pu faire encore bien plus, et c’est au moment où l’on entrevoit le plein potentiel du journal que l’on doit passer le flambeau. Ne vous inquiétez pas, le prochain saura faire un travail fabuleux, j’en suis certain !

C’est donc les dernières phrases, mes derniers mots pour cette année. Damn ! J’espère passer thermodynamique statistique biomoléculaire cette session… Bon c’était la der des ders, promis. Rendez-vous dans deux semaines pour le dévoilement de notre nouveau kapoté, et croyez-moi, cela sera du grand art ! Très chers lecteurs, je ne peux que reprendre les sages paroles de René Lesvesque et vous dire… À la prochaine fois !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

En attendant la prochaine coupure

2 mars 2007

À la dernière parution de la chronique dite «Courrier des gens fâchés» (chronique oui, car personne n’est dupe : qui perdrait son temps à envoyer ses états d’âme lesquels s’apparentent le plus souvent à des fadaises à ma chère feuille de chou ?), une lettre savamment concoctée par moi-même et mon acolyte occasionnel Imad fut censurée par les «hautes instances dirigeantes» du Polyscope. Même si je n’arrête pas de me creuser la tête, bon...

[Colonne éditoriale]

7 novembre 2003

J'aurais tellement voulu être un membre de l'administration Bush ! Non, je ne niaise pas. C'est une affaire très sérieuse. Et dire que je m'étais trompé en me campant sur ma position et en défendant des idées toutes faites, j'appuyais il y a un an les anti-guerres au lieu de comprendre au plus tôt l'importance du débat et les enjeux historiques qui se jouaient là. Quels romantiques étions-nous pour braver le froid, au nombre...

Politiquement vôtre

20 février 2004

En cette période de mi-session, suffisamment perturbante par la démultiplication des examens et des devoirs, l'actualité politique me donne un arrière-goût dans la gorge : un mélange de bile et d'oeufs pourris. J'ouvre chaque matin mon journal avec un tremblement dans les mains et une légère fièvre. « Qu'ont-ils donc à nous emmerder avec l'affaire des commandites ! », me dis-je avec dégoût. Et à y penser à tête reposée, face à mon écran,...