Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Première mondiale pour l’équipe du Pr Sylvain Martel

Livraison in vivo d’un médicament anticancéreux par des microtransporteurs téléguidés

Par Annie Touchette

Cibler de façon précise les cellules cancéreuses en évitant aux cellules saines de l’organisme d’être exposées aux effets toxiques des médicaments ne sera bientôt plus un rêve d’oncologiste, mais une réalité médicale, grâce aux travaux de l’équipe du Pr Sylvain Martel, directeur du Laboratoire de Nanorobotique de l’École Polytechnique de Montréal.

Connu pour être le premier chercheur au monde à avoir guidé in vivo une bille magnétique dans une artère, le Pr Martel annonce une nouvelle avancée spectaculaire dans le domaine de la nanomédecine : en utilisant un appareil d’imagerie par résonance magnétique (IRM), son équipe est parvenue à guider, à travers le système sanguin d’un lapin des microtransporteurs chargés d’une dose de doxorubicine (un médicament couramment utilisé pour combattre le cancer) jusqu’au foie de l’animal, où le médicament a pu être libéré avec succès. Une première mondiale qui ouvre la voie à d’éventuelles améliorations de la chimio-embolisation, un traitement actuellement utilisé pour combattre le cancer du foie.

Microtransporteurs en mission

Ces microtransporteurs, appelés « Therapeutic Magnetic Micro Carriers (TMMC) » et développés par Pierre Pouponneau, étudiant au doctorat, sous la direction conjointe des professeurs Jean-Christophe Leroux et Sylvain Martel, sont des particules de polymère biodégradable d’un diamètre de 50 micromètres, soit un peu plus mince qu’un cheveu. Une dose d’agent thérapeutique, la doxorubicine en l’occurrence, ainsi que des nanoparticules magnétiques y sont encapsulés. Ces dernières, agissant comme de minuscules aimants, permettent à un appareil d’imagerie par résonance magnétique adapté de guider les particules à l’intérieur des vaisseaux sanguins jusqu’à un organe ciblé. Durant les expériences, les particules injectées dans le système sanguin ont suivi un parcours contrôlé à l’intérieur de l’artère hépatique jusqu’à un des lobes du foie sélectionné préalablement, où le médicament a pu être libéré progressivement. Les résultats de ces expériences in vivo viennent d’être publiés dans la prestigieuse revue Biomaterials et le brevet qui décrit cette technologie vient d’être émis aux États-Unis.

Le Laboratoire de Nanorobotique, qui vise le développement de nouvelles plateformes médicales interventionnelles, travaille en collaboration avec le Dr Gilles Soulez, radiologiste interventionnel, et son équipe de la plateforme de recherche en imagerie du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM), afin d’élaborer des protocoles médicaux adaptés à de futures interventions sur l’humain.

Les travaux de l’équipe du Pr Martel et de ses collaborateurs reçoivent le soutien financier des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ainsi que du programme des Chaires de recherche du Canada (CRC), de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), du Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies (FQRNT) et du Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ).

Références :

Pouponneau, P., Leroux, J.-C., Soulez, G., Gaboury, L. and Martel, S. (2011). Co-encapsulation of magnetic nanoparticles and doxorubicin into biodegradable microcarriers for deep tissue targeting by vascular MRI navigation. Biomaterials. Volume 32, Issue 13, May 2011, Pages 3481-3486. (DOI: 10.1016/j.biomaterials.2010.12.059)

Site du Laboratoire de Nanorobotique de l’École Polytechnique de Montréal : http://www.nano.polymtl.ca/

16 mars 2007, Voyage fantastique, science-fiction ou réalité? : http://www.polymtl.ca/carrefour/article.php?no=2501




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La vérité qui dérange : fais pas ci, fais pas ça…

25 mars 2011

Par Sébastien Vilfayeau Tout petit je n’aimais pas les règles, les adultes. Toujours en train de me reprendre, de me punir. « Sébastien, lève la main avant de parler ! Sébastien, prête ton jouet ! Sébastien, range ta chambre ! Sébastien, apporte-moi une bière ! Et les cacahouètes, elles arrivent à pied ? Sébastien, suce pas ton pouce ! Ni celui de ta voisine ! Sébastien, mets pas tes doigts dans ton nez ! Ni dans celui de ta voisine ! ». Je l’aimais beaucoup ma...

Musique…

23 février 2007

Les Frères Goyette Minimiser les dégâts (Indépendant / 2007) par Vincent Bouverat Le 10 mars, les Frères Goyette lanceront au Petit Campus leur deuxième disque « Minimiser les dégâts », un disque absurde, drôle, country, rock, folk, comme Vos yeules, on chante, leur premier. À les entendre, on s’imagine facilement une « gang » de gars de bois habillés en chemise à carreaux, légèrement déficients intellectuellement, qui parlent de pêche, de culottes «...

Comme un doux son de czimbalum

19 novembre 2010

Sage bizutage Chers lecteurs, vous tenez entre vos mains le fruit d’un dur labeur polyscopien. Polyscopien ? Aurais-je déjà bu ? Non non, vous ne divaguez pas car malgré les apparences, ce n’est pas un exemplaire du Quartier Libre mais bien le dernier résultat de longues soirées passées au local du Polyscope qui est en votre possession. La fin de session apporte son lot de remises en question, avec les dates limites des derniers...