Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

On est cave vol.4

Vous l’attendez chaque session, ma chronique où je fais une revue des publicités ou des concepts publicitaires qui me font réaliser qu’on nous prend vraiment pour des caves. Ce qui est surtout triste c’est que ces campagnes de publicité fonctionnent, puisqu’on les voit et revoit ! Voici donc les publicités qui m’ont fait réagir bien effoueré dans mon divan !

Le ou la féministe en vous sera fier de moi ! Une annonce de Fleecy, un assouplissant textile, où l’on voit pendant 30 secondes des enfants dire : « merci maman ». Bien sûr, on ne connait pas encore le produit qu’on désire nous vendre et comme à l’habitude dans ce genre de publicité, on voit venir à des milles à la ronde que le dénouement sera décevant. Un jeu de mots trop tordu, une blague plate ou une représentation de la réalité complètement utopique. La conclusion de l’annonce : merci maman parce que c’est doux comme toi. Dans la version non censurée de l’annonce on aurait vu la mère péter sa coche : « ouais, ça fait plaisir de vous torcher avec des serviettes de bain alors que dans notre monde civilisé nous ne devrions plus associer les tâches ménagères spécifiquement aux femmes. Vous direz à votre père de faire le lavage la prochaine fois et que je m’occuperai des gouttières ».

Le saviez-vous ? Abréva (le produit contre les feux sauvages) contient du glucosanol. Il y a aussi un shampooing sur le marché qui contient de la caféine, et un autre de l’extrait de pomme grenade. Le saviez-vous ? Les nouveaux Redbull contiennent de l’arsenic. Ce n’est pas parce qu’on vous dit dans une publicité qu’un produit contient quelque chose avec un nom exotique que c’est forcément une bonne nouvelle. Au mieux, la caféine dans le shampooing ça ne change absolument rien, sauf te coûter plus cher et au pire, c’est nocif. Non, mais c’est supposé être un point positif d’avoir du glucosanol dans la crème anti feux sauvages ? C’est connu que le glucosanol et le pu ne font pas bon ménage ? Par culture générale scientifique, par le suffixe -nol, j’imagine que c’est un alcool qui aide à assécher le bouton, mais l’ado typique ne le sait pas ça! Il préfère continuer à boire son Redbull à l’arsenic.

Parenthèse… Lorsque vous prenez des produits naturels pour vous soigner en vous disant : au pire ce n’est pas grave d’en prendre c’est naturel. Ce n’est pas automatiquement bon! Si vous aimez ça vous faire arnaquer avec l’homéopathie slash placébo, c’est votre problème, mais il faut toujours vérifier si ce qu’on prend est utile. Parce que de l’arsenic aussi, c’est naturel ! Fin de la parenthèse.

La conscience d’être entouré par des micro-organismes, bactéries, virus rend plusieurs personnes paranos. C’est pourquoi de plus en plus de produits se développent pour répondre à ce besoin. Lysol nous offre la toute nouvelle pompe à savon avec œil magique pour la maison. Dans les lieux publics, je considère que c’est une innovation technologique très intéressante (quand ça n’éclabousse pas partout ou quand on n’a pas à bouger les mains rapidement comme un débile mental pour que le dispositif s’actionne) pour réduire la propagation de microbes. Encore là, ça ne donne pas grand-chose de se laver les mains avec un évier automatique, une pompe à savon automatique et un sèche-main automatique si on sort de la salle de bain et qu’il faut ouvrir la porte en utilisant la poignée que le gars avant toi a ouvert après avoir trôné, trop pressé de se laver les mains. Pour en revenir à la pompe à savon avec œil magique pour la maison, c’est bien beau de ne pas se contaminer les mains en se mettant du savon avant de se les laver s’il faut ouvrir le robinet avec les mains. Il faut vraiment ne pas avoir confiance en son savon pour miser sur une pompe à savon automatique afin d’avoir les mains propres à la fin du lavage ! (Notez qu’à la fin de ce lavage vous fermez le robinet avec vos mains propres, le même robinet infecté par vos mains sales du début.

J’ai gardé ma préférée pour la fin. Une toute nouvelle publicité de bouffe pour chien. Une pub qui reflète bien une réalité que je dénonce… Celle de ne pas profiter du moment dans la réalité au profit du monde virtuel trop accessible. On voit une fille sur le bord d’une falaise qui regarde au loin le soleil se coucher dans la mer. Un paysage qui vaut le road trip en Gaspésie. Bref, la fille dit : « on ne se tanne jamais de ça hein ? ». Sans réponse et zoom out où on aperçoit un gars en train de pitonner sur son téléphone, manquant le spectacle. Le narrateur : « Il y a des amis plus fidèles que d’autres… » Voilà une bonne raison pour les femmes d’acheter de la bonne bouffe à chien. Car, le meilleur ami de l’homme ne chie pas dans la pelle de la femme. Il chie un peu partout, mais jamais dans la pelle. Il est toujours là et content d’être là !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+