Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Critiques de bandes dessinées

Le Petit Spirou – Tome 15 – Tiens-Toi droit !

De Tome et Janry; aux éditions Dupuis; Genre : humour

Note C

Scénario 2,0/5

Dessin 4,0/5

Quinze albums, peu de séries de bandes dessinées peuvent se targuer d’un aussi grand nombre de parution en 20 ans. Cette force du Petit Spirou semble se transformer en faiblesse, essoufflement du scénariste, manque d’inspiration, baisse de régime temporaire, c’est ce qu’il faut espérer, car ce dernier album n’est vraiment pas à la hauteur des quatorze autres. Le scénariste se perd dans des situations qui relèvent du fantastique, du gore, de l’anachronisme ou du second degré, des situations bien éloignées de celles que l’on a l’habitude de côtoyer avec le Petit Spirou. Le nouveau personnage (Malogrodo), introduit dans cet album, n’apporte rien. Pire, il alourdit la bande dessinée qui perd en rythme. Seul point positif, les dessins de Janry toujours aussi agréables, clairs et aérés gardent une certaine bonhommie et sympathie. Le cru 2010 ne restera pas dans les mémoires, espérons que le seizième tome soit meilleur.

L’Âge Dur

De Max de Radiguès; aux éditions L’employé du Moi; Genre : relation filles/garçon, écolier

Note B+

Scénario 4,5/5

Dessin 3,0/5

L’âge dur, cette fameuse période où l’adolescent découvre les petites amies et les relations avec les autres. Cigarettes, cours, bagarres et sexualité rythment les pages de cet album tout en restant soft, un peu naïf, voire par moment, banal. On se rappelle notre jeunesse (qui n’est pas si loin) du secondaire. On remarque de belles notes de tendresse et d’amitié, dans une réalité où les clivages entre garçons et filles sont encore bien marqués. Cette vision de l’adolescence est loin des clichés traditionnels et des histoires sordides, et rappelle que cet âge n’était pas aussi noir que la société voudrait nous le faire croire. Max De Radiguès, le jeune scénariste et dessinateur belge de 28 ans emploie un style très sombre : dessin en noir et blanc, avec peu de détails et d’arrière-plans. Il est au service de son scénario et reste dans un style minimaliste, mais auto-suffisant. Avec ce style et l’absence de détails, son récit reste intemporel, ne pouvant être situé qu’entre les années 80 et nos jours. Publié sous forme de fanzine (magazine indépendant envoyé à une centaine de passionnés), cette histoire avait été fractionnée en seize différents numéros. L’auteur l’a écrit entre la Belgique et le Vermont, où il a fait un an d’étude au Center for Cartoon Studies. Qui a dit qu’être dessinateur et scénariste étaient des dons innés ?




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Charest, t@b#rn?¢k !

18 mars 2011

Samedi 12 mars, c’était la manifestion nationale Samedi 12 mars, c’était la manifestion nationale de l’Alliance sociale et de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics. Des organisations de différentes natures ont répondu à l’appel, toutes réunies pour réclamer un budget équitable de la part du gouvernement libéral. « Monsieur Charest, d’autres voies sont possibles, il n’en tient qu’à vous, c’est une question de choix ! », criaient les porte-parole de l’événement....

Prairie Maguire

19 février 2010

Situé entre les rues Henri-Julien et de Gaspé et bordé par le chemin de fer du Canadian Pacific, l’espace vert quelque fois appelé « Maguire Meadow » a provoqué une vague d’inquiétude auprès de la population du quartier au cours de la dernière année concernant l’avenir qui lui était réservé. Cet espace vert est l’un des seuls lieux qui n’ont pas encore été victimes du marché immobilier. C’est un lieu de rencontre populaire pour les...

Critique de la semaine

25 mars 2011

Album : I Artiste : Xerath Année : 2009 Genre : Death-Symphonique-Prog-Industriel Ça arrive, parfois, de tomber sur des albums inclassables, qui font ressortir tout l’aspect cuisine moléculaire du heavy métal. L’album s’ouvre sur des grands arrangements de violons, ça sonne symphonique à souhait. Pourtant, après environ 1 minute du traitement symphonique, on ajoute au mélange des sonorités hyper-industrielles : les guitares lourdes comme le monde, un chant abrasif dans le tapis, tout ça...