Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Une soirée muy caliente

Par Laura Beauchamp-Gauvin

Euphoria était définitivement le mot d’ordre de la soirée de jeudi dernier au Centre Bell. Avoir passé plus d’une heure les pieds dans l’eau à attendre que les portes de la salle s’ouvrent enfin n’a apparemment pas réduit l’ardeur ni la puissance vocale des fangirls (je vous assure que mes oreilles en ont souffert grandement) venues en grand nombre afin de déclarer leur amour à Enrique Iglesias. En effet, le chanteur vedette de la soirée n’a pas foulé les planches du Centre Bell avant 21h30, deux heures après l’heure prévue du début du spectacle. La foule n’a pas semblé lui en tenir rigueur et lui a pardonné assez rapidement son retard. Après tout, qui pourrait en vouloir bien longtemps au sex-symbol qu’est Enrique Iglesias.

Après quelques chansons de Mohombi en première partie (avec entre autres Bumpy Ride et Dirty Situation), le beau Enrique nous a expliqué qu’il a failli annuler le spectacle pour cause de maladie, mais qu’en entendant les cris enthousiastes de ses fangirls, il a décidé de rester. Au prix d’une performance vocale plutôt moyenne, compensée par plus de danse et d’interactions avec la foule qui n’a sans aucun doute rien remarqué, absorbée qu’elle était par le sex-appeal de l’Espagnol de 35 ans.

Il a commencé en force avec Tonight, I’m Loving You, en version « clean » avant de passer à la version plus explicite, encouragé par la foule… dont certains membres n’avaient probablement pas l’âge d’entendre les paroles. Après l’interprétation des chansons Heartbeat et No Me Digas Que No tirées de son dernier album Euphoria, Enrique a offert à ses fans ses classiques datant de son album Enrique sorti en 1999 : Rhythm Divine et Bailamos.

Les chansons en anglais et en espagnol se sont succédées à un bon rythme et les fans venus (surtout venues, mais il y avait tout de même de nombreux hommes, la plupart probablement emmenés contre [ou pas, qui sait ?] leur gré par leur blonde) nombreux chantaient dans les deux langues, semblant savoir les paroles dans les deux langues. Enrique a tout de même tenu à faire plaisir à ses fans francophones en parlant un peu en français.

Il y a eu une certaine cassure dans le rythme du spectacle lorsqu’un homme passablement éméché a été invité sur scène et a tenté de chanter avec Enrique sans grand succès. Après plusieurs minutes de conversation menant nulle part, le chanteur a plutôt commencé une nouvelle chanson en disant à son invité que les spectateurs s’impatienteraient s’il ne recommençait pas bientôt à chanter.

Plus tard par contre, lors du rappel, l’Espagnol a préféré choisir une femme pour l’accompagner sur la scène lors de la prestation de sa fameuse chanson Hero. Définitivement un meilleur choix. C’est ce qu’elle semblait penser aussi, surtout après qu’Enrique lui ait planté un baiser à la fin de la chanson. Le tout fut suivi de deux autres chansons, Escape et finalement, le hit I Like It, directement tiré de son dernier album.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.