Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Robocop, symbole mâle

J’aime beaucoup Détroit, une ville dont la principale exportation est le « drive-by shooting », et dont la catchphrase publicitaire devrait être : « Beautiful Detroit : where you won’t necessarily catch a stray bullet ». À cet entichement pour Detroit se combine mon amour inconditionnel de Robocop. Pour ceux qui seraient trop jeunes et/ou perdus, Robocop est un personnage fictif de science-fiction des années 1980, un policier mort en fonction à qui on aurait donné un corps de robot. Une sorte de Terminator, mais avant le temps, avec un turbo-armure en alliage de titane quasi-indestructible (Ah, Hollywood et la science, une longue histoire d’amour et de cohérence), et dont l’objectif n’est pas de revenir dans le temps pour tuer la mère de John Connor, mais bien d’éliminer la racaille de Détroit. Bref, finalement, c’est pas si semblable au terminator, et davantage à un exterminateur. Dans tous les cas, Robocop finit par sauver cette incarnation fictive de Détroit (encore une fois, merci formule hollywoodienne).

Pourquoi je parle de Robocop et de Détroit, en cette mi-session peu lubrifiante? C’est bien simple : une initiative citoyenne détroyenne (détroitiste? Détroite? J’aime bien détroite, ça fait tight, mais détroyenne, c’est antique) veut ériger une statue du héros de science-fiction en plein Détroit. Le tout a débuté par une simple suggestion sur le twitter du maire Dave Bing, suggestion qui a fait germer l’idée de l’érection de la statue susmentionnée. Dave Bing, en bon maire propret, ne s’est pas mouillé et devant le buzz généré par l’idée, a mis les choses au clair sur son twitter: « There are not any plans to erect a statue of Robocop. Thank you for your suggestion », ce qui, pour vous lecteurs qui comprennent que dalle à l’anglais, se traduirait par « Il n’y a aucun plan qui vise à ériger une statue de Robocop. Merci pour vos suggestions. » Il en faudra davantage pour faire reculer les citoyens de Détroit, qui, devant ce refus, ont décidé d’amasser 50 000 $ en dons pour bâtir la statue. Gé-fucking-nial. Philadelphie a son Rocky, Détroit aura son Robocop.

Oui, Détroit pourrait sérieusement bénéficier d’un Robocop en titane et en os pour purifier un peu la pagaille dans cette ville. Mais à défaut d’avoir les ressources et l’inconscience pour équiper un cyborg de la meilleure technologie humainement possible (je veux dire, merde, dans Robocop 3, il a un jetpack !), est-ce qu’une statue sera capable de redonner du cœur au ventre des citoyens de la ville, ainsi que d’effrayer, à l’image d’un épouvantail qui fait fuir les corbeaux, les criminels de bas étage qui grugent cette cité? Possible. Personnellement, je pense que si on commence à ériger des statues aux personnages fictifs qui ont marqué Détroit, il va falloir considérer une pelletée et demie de rappeurs de tous acabits, dont le roi des rappeurs blancs, sa majesté Eminem. S’il se présentait comme maire de la ville (chose dont je doute beaucoup, mais bon, on peut rêver), il y aurait une sérieuse portion de votes pour lui. Donc une statue, ça me semble un minimum, mais vu qu’à Détroit, les citoyens ne sont pas les plus riches de l’Univers, au lieu d’avoir ET la statue de Robocop ET celle d’Eminem, ils risquent de mettre leurs ressourcent ensemble. Ça va probablement créer une sorte de statue hybride de robot-rappeur, dysfonctionnel dans sa programmation (il tire autant sur les criminels que les policiers) et dont l’arme serait un bâton télescopique qui se transforme en micro. Ce serait vraiment à éviter.

Une autre forme d’hommage qu’on a vu récemment, c’est le système de traitement des déchets d’Austin, Texas qui pourrait être renommé, et tenez-vous bien, le Fred Durst Society For Humanities and Arts. Fred Durst, pour la petite histoire, est le chanteur du groupe Limp Bizkit, et dont la contribution artistique à l’univers pourrait être résumée par un gros déchet. En somme, le titre est approprié. Évidemment, comme ce sont les citoyens qui votent pour le nom, la ville d’Austin conserve un droit de regard sur le titre final. Malgré tout, Fred Durst a déclaré sur son Twitter qu’il aimait beaucoup l’hommage, et serait charmé d’avoir le système de traitement des déchets d’Austin renommé en son honneur.

Mots-clés : Chronique barbare (22)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Entrevue avec Thierry Vandal, PDG d’Hydro-Québec

20 février 2009

Cet été, le Polyscope a rencontré une série d’intervenants de la communauté des ingénieurs afin de tâter le pouls de la profession. Cette semaine, voici Thierry Vandal, président directeur général d’Hydro-Québec, et ancien président de l’association des étudiants de Polytechnique... Thierry Vandal Président d'Hydro-Québec Quelle est votre formation ? Je suis un ingénieur civil avec une spécialisation en gestion de projet. J’ai fait mon bac en ingénierie à Poly entre 1978 et 1982. Pourquoi j’ai...

Hormones et science

10 septembre 2010

On a souvent entendu parler du stéréotype du petit scientifique studieux, asexué, plongé dans ses recherches, un peu le stéréotype négatif des sciences pures. Il est fort probable que, tous et chacun, nous connaissions un mec (ou demoiselle, occasionnellement) qui perpétue le stéréotype. Pourtant, on n’a qu’à regarder les différents thèmes de recherche en physique, biologie, anthropologie et j’en passe, pour voir que les chercheurs sont souvent si absorbés par notre sympathique système reproductif...

Qui a une arme ?

17 septembre 2010

Le 22 septembre à Ottawa aura lieu un vote crucial. Ce sera la troisième et dernière lecture de la loi C-391 pour modifier le registre des armes à feu. Le vote est très serré, deux ou trois votes pourraient faire la différence dans le dossier. C’est un sujet chaud de la scène politique fédérale des derniers mois et particulièrement ce mois-ci dans les médias à travers le pays. Qu’est-ce que le projet de loi...