Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’empire du côté obscur

Vous allez tomber sur le cul. Votre chialeur préféré, anti-mouvements sociaux aveugles, anti-contrôle de l’information est maintenant officiellement sur Facebook. Le nombre de fois que j’ai écrit du mal de ce site et me voilà maintenant un mouton qui a plié à la pression sociale. Ne pensez pas que je n’ai pas d’orgueil et que je n’ai pas d’excuses. C’est sûr que j’ai une défaite ! En fait, je me suis dit que j’allais utiliser Facebook à mon avantage au lieu de subir sa présence. Je vous entends déjà pleurer en position fœtale à vous demander ce que le monde va devenir si EFFO, le Jedi qui résistait encore jusque-là à l’Empire, a capitulé. Eh bien, je ne sais tout simplement pas ce que l’avenir nous réserve.

Ça m’a pris deux ans de réflexion avant de finalement faire la plus grande preuve d’amour en demandant aux gens que je connais d’être mon ami Facebook. Parce qu’un ami Facebook, c’est un ami pour la vie. Oui, je suis un grand sensible gêné, mais je me suis dit qu’il n’y a pas de honte à faire une telle preuve d’amour.

À peine 48 heures après avoir fait la grande demande, j’avais déjà reçu la réciproque de plus de 110 personnes. J’ai eu le cœur gros pendant une grosse fin de semaine. À peine 24 heures après avoir tombé devant l’Empire, je me suis dit que ma réflexion de deux ans n’avait pas encore été assez profonde, car il y avait des facettes que je n’avais pas encore considérées. Alors que j’annonçais à des gens à qui je défendais fermement ma position anticonformiste que j’avais malheureusement perdu le combat, on m’a demandé pourquoi ? Pourquoi, toi qui es si fort et entêté pour certains principes, tu as lâché les armes ? Moi de répondre : « J’ai réalisé que c’était un bon moyen de garder le minimum de contact avec beaucoup de gens, sans effort ou presque et que les contacts, c’est toujours pratique. Je me suis également dit que si jamais j’ai besoin de faire un appel à une grande quantité de personne, aussi bien être déjà où les gens sont. ». Bref, je ne veux pas utiliser Facebook pour procrastiner avec des futilités. Vous savez ce qu’on m’a répondu ? « Bin voyons, dis-le que c’est pour faire du stalking (c’est du voyeurisme pour ceux qui ne sont pas encore dans le mouvement comme moi) comme tout le monde. » CHOC ! Déjà que je savais qu’une bonne partie des gens l’utilisait hypocritement comme site de rencontre, j’apprends que les gens l’utilisent surtout pour voir les photos de filles en bikinis et leur situation relationnelle.

Bon, ils peuvent bien faire ce qu’ils veulent de leur temps, moi je sais que je ne mettrai pas de photos ni trop de détail sur ma vie. Je ne serai vraiment pas un « ami » divertissant. Je n’aime toujours pas l’idée qu’à partir de maintenant, mes amis Facebook (oui, il faut le préciser parce que je n’ai pas 100 amis… des vrais, ça se compte sur les doigts) puissent écrire des choses sur moi, contrôler l’information à mon sujet et faire le lien avec des photos de moi. En fait, j’ai surtout de la difficulté à accepter qu’on puisse faire le lien entre moi dans la réalité et moi sur le net, car j’ai toujours distingué les deux, comme si c’était une entité différente de moi qui existait uniquement sur le net. J’ai toujours utilisé le net avec un pseudonyme, sauf peut-être pour certaines adresses courriel. Facebook associe maintenant le « vrai » moi à cet imposteur ! J’ai quand même mis une adresse courriel que peu de gens connaissent et j’utilise un pseudonyme. Comme ça, il y aura moins de chance lorsque je passerai une entrevue, que mon futur employeur voit que j’ai déjà… haha, vous ne le saurez pas non plus ce que j’ai déjà fait. GANG DE VOYEURS ! Il y a un t-shirt qui se vend sur le net sur lequel on peut lire : Reallife (avec la police de Facebook). C’est exactement ce que je pense. Tu veux savoir ce qui est arrivé à tel party ? C’est à toi de venir. Tu n’étais pas invité ? Tu n’as pas à voir les photos.

Les nouvelles technologies mènent souvent à une utilisation non réfléchie. On se concentre uniquement sur les bénéfices à court terme et de premier niveau. Je vous propose un petit documentaire qui traite de ce sujet : Ma vie à poil sur le net. C’est Guillaume, le gars de la chronique GUI-IK qui me l’a fait découvrir. C’est bien intéressant de constater l’impuissance que nous avons face aux technologies. On se croirait presque dans Terminator. Bientôt Skynet deviendra autonome et prendra contrôle des statuts Facebook. Sans blague. C’est perturbant de constaté que ce que l’homme crée, initialement à petite ou moyenne échelle, devient parfois très rapidement plus gros que lui. Tellement qu’il n’a plus le contrôle. C’est l’inertie de notre société.

C’est surprenant qu’en à peine un mois, l’Amérique adopte Justin Bieber, Facebook, Avatar et compagnie… mais qu’il y a encore des gens à Poly ou ailleurs dans notre société « développée » qui n’adopte pas le recyclage pour le destin de leur cannette de liqueur. C’est trop compliqué de la garder dans ses mains dix mètres de plus plutôt que de la mettre immédiatement dans une poubelle… Quand ils ne les laissent pas trainer sur une table ! Vous trouvez que j’ai dérapé de mon sujet principal ? Pas du tout. Je suis en plein dans le sujet. Facebook n’aide pas à organiser sa vie ni ses idées, mais simplement à devenir encore plus paresseux intellectuellement et vicieux. Bon, il fallait bien que les Égyptiens et les Tunisiens viennent me contredire ! Faut croire qu’il y a du bon dans tout.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.