Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Qu’est-ce que l’amour ?

Par Isabelle Jalliffier-Verne (Directrice SDÉP, Éternelle romantique)

Cher Polyscope, me voilà face à toi pour ma lecture hebdomadaire des péripéties de Poly. La semaine dernière, St-Valentin oblige, ce fut avec grande joie que je découvris les plus beaux (?) Apollon(s) de la Polytechnique. Il y en a pour tous les goûts : des maigres, des musclés, des noirs, des blancs, des poilus du haut, des poilus du bas, des poilus de partout ! Des cravates, des journaux, des lunettes… En couverture et en quatrième de couverture ! Quel contenant appétissant ! Malheureusement, le contenu ne fut pas à la hauteur de mes espoirs, un peu comme ces paquets de plats tout cuisinés qui nous proposent d’appétissants petits plats qui sont en fait plus proches du vomi de chameau en termes d’aspect et de texture. Pas d’horoscope de l’amour qui tue (où trouver l’homme de ma vie ?), pas d’idées « soirées du lundi 14 en amoureux », pas de trucs et astuces pour attraper un poisson (euh… un garçon) à Poly ! Pas d’explications sur l’amouuuuur au Québec ! Les si compliquées relations garçons-filles !

Voici que je passe mon quatrième hiver au Québec (oui je compte en hivers) et j’ai décidé (enfin bon j’ai été forcée par la Nature) de découvrir l’Amour façon Québec ! Quelle épopée ! Certains de mes très gentils amis ont pris le temps de m’expliquer : FF, Amis ++ et Chum/Blonde.

FF ou plus simplement « Fuck Friends », où l’on considère l’autre comme un sexe sur pattes diffusant de la chaleur pour le plus grand plaisir des sens. En France, on appelle ça un « one night », mais ici ça dure, ce n’est pas juste pour une nuit, mais au moins avec ça les moches peuvent découvrir l’acte.

Amis ++ ou comment y’a du foutage de gueule un peu dans l’air. « Fuck friends » en version améliorée : on découvre que l’autre a aussi un visage, un corps, des cordes vocales (quand il/elle s’exprime). Là une part de la beauté rentre en ligne de mire, c’est pour les un peu moins moches ! Effectivement, il y a des échanges en dehors de l’acte. C’est un état intermédiaire pratique quand on sort d’un lourd passif et qu’on ne veut pas faire face à de trop lourdes responsabilités (ouuuuh ça fait peur l’engagement !).

Chum/Blonde, bon ben ils sont beaux, jeunes, intelligents, amoureux, ils s’aiment, il y a des cœurs qui volent autour d’eux. Que dire de plus ? Aaaah c’est beau l’Amour. Le temps passe si vite, c’est si beau. On ne se voit plus que dans les yeux de l’autre. Jusqu’à ce qu’on se retrouve face à la réalité et qu’on se prenne un mur en pleine face ! Mais c’est un état qui vaut la peine d’être vécu quoiqu’on en dise, quoiqu’on ait pu vivre ! Laissez-vous aller et n’ayez pas peur de vos sentiments ! Il est temps de profiter !

C’est donc avec trois sublimes arguments que je vais vous exposer : Pourquoi faut-il aimer ?

-Lorsque nous aimons, nous produisons de l’ocytocine, hormone qui nous permet de rester zen (pratique en période d’examen)

-Bien sûr, je mettrai de l’avant l’aspect « sport », on garde ainsi une bonne condition physique ! (ainsi + de pec’ sur les couvertures du Polyscope !)

-Parce que c’est beau, c’est bon et meilleur que le chocolat ! (Et on peut écouter du Barry White !)




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.