Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Comment se faire pardonner en mâle (1 de X)

Disclaimer : Mesdames, vous risquez de trouver que cette chronique vous interpelle encore moins qu’à l’habitude. C’est normal. Pour vous faire pardonner auprès de votre copain, ça ne vous prend qu’un corset, un string (en option) et une bouteille de whiskey cask-strength. Simple comme bonjour et vous pourriez être accusés de crimes contre l’humanité que ledit copain sera déjà en train de baver par terre. Ça, ça ne s’applique que si votre amant est bien testostéroné. Je ne peux pas garantir qu’un manifestant écolo ou un hipster sera aussi en symbiose avec ses instincts de mâle, mais bon, vous ne perdez rien à tenter le coup. Si vous hésitez pour le corset, n’hésitez pas à envoyer des photos aux chroniques barbares pour un avis en profondeur.

En cette semaine post-Saint-Valentin, c’est souvent le même constat qu’on peut effectuer : soit vous êtes un éternel romantique et votre copine vous a noyé dans un océan de joyeuse baise, soit vous êtes un gars en manque d’imagination, drabe et gauche. Dans tous les cas, il risque de vous arriver, un jour, de devoir vous excuser auprès de votre tendre valkyrie. Je m’explique : si elle vous trouve, un soir où vous aviez prévu un dîner romantique, en train de vous taper des jumelles et quelques litres d’hydromel, ça risque de barder un peu. Du moins, si vous savez les choisir comme moi, elles risquent d’être du genre à sortir la hache de guerre en terme de réplique. C’est à éviter. Or, il est parfois judicieux de se faire pardonner. Oui, je sais, se faire pardonner c’est admettre qu’on a eu tort, mais bon, c’est la chronique barbare ici. Elle ne mériterait pas son nom si je ne vous encourageais pas à être irresponsable de temps en temps et à jouer avec le feu, au sens propre comme figuré.

Se faire pardonner sans perdre la face et avoir l’air d’une moquette sur pattes, c’est une discipline. Que dis-je, voyons, un art. Il faut allier repentir et je-m’en-foutisme, romantisme et barbarisme. C’est un équilibre précaire, mais avec mes conseils, vous arriverez peut-être à marcher sur ce dangereux fil de fer sans vous casser la gueule.

Musique

On dira ce qu’on voudra, la musique est une composante primordiale, si ce n’est pas LA composante dans ce genre d’entreprise. C’est pas avec du Sylvain Cossette en background que tu vas réussir à préserver tes couilles figuratives. L’intérêt ici est de jouer de la musique lourde mais sensible, de quoi capable de faire germer des larmes de métal aux coin de l’œil de votre douce.

Malheureusement, le métal n’est pas conçu pour caresser les femmes dans le sens du poil, sauf celles qui en ont beaucoup trop. Il faudra probablement vous rabattre sur son meilleur ami, le post-rock. Qu’est-ce que ça mange en hiver, ça, le post-rock ? C’est un genre de musique lente, lourde, atmosphérique et hyper polyvalente. Le genre de trucs qui peut faire pleurer une roche. Par où commencer ? Ça dépend de la connerie que vous avez faite.

Si vous avez écrasé son chat avec sa Harley Davidson, déjà, votre cas se pose mal. D’expérience, c’est pas évident, quand on écrase un animal domestique, de s’en tirer aisément, que ce soit un hamster, un chat, ou un poisson (longue histoire). Quelque chose de sobre, style Red Sparowes, saura faire tomber ses défenses, rendant d’autant plus facile la tâche de se faire pardonner. Every Red Heart Shines Toward the Red Sun, par exemple, est un album tout à fait approprié, et pendant que la belle fait son deuil de la bête, contemplative, vous en profitez pour lui offrir votre torse velu sur lequel elle pourra venir pleurer. Barbare 1, animaux 0.

Un autre scénario catastrophe : vous avez oublié son anniversaire/votre anniversaire/la Saint-Valentin. Ça, une rancunière est capable de vous le faire regretter pour un sacré bail. La meilleure solution : un CTRL-Z sur la mémoire. En général, la méthode bulletproof par exemple, c’est une bouteille de moonshine bas de gamme et beaucoup de détermination. Néanmoins, en l’occurrence, une méthode plus soft s’impose : un bon gros steak romantique, avec du Irepress en arrière (je pense notamment à la chanson Fletchie), saura recréer une ambiance festive, magique, qui lui fera oublier que vous en avez pas grand-chose à foutre de la date de la fête de sa mère.

Bref, ça, ce ne sont que deux exemples, mais le post-rock est un univers très riche, capable de vous donner la petite béquille émotionnelle nécessaire pour vous sortir du merdier. Dans les prochaines itérations de « comment se faire pardonner en mâle » qui viendront périodiquement, nous traiterons d’autres aspects importants de la discipline : qu’il s’agisse du choix de bouffe, de vin ou de comment la faire embarquer sur votre bécane pour une ride de réconciliation. Évidemment, tous les conseils présentés ici sont à prendre avec le grain de sel approprié.

Mots-clés : Chronique barbare (22)

Articles similaires

Les pirates: à l’avant-garde de la révolution musicale

29 janvier 2010

Tout d’abord, j’aimerais préciser que les pirates auxquels mon titre fait référence ne sont aucunement liés aux fl ibustiers somaliens qui terrorisent la corne de l’Afrique à grands coups de hors-bords et de RPG (« Rocket-Propelled Grenades », pour les plus formels). Ces gentils boucaniers au teint basané, je leur réserve une section dans une autre chronique éventuelle. Aujourd’hui, peu exotique et affreusement biaisé, c’est du piratage musical dont je traite. Vous avez potentiellement...

Whiskey et moteur à explosion

20 août 2010

Le mouvement éco-énergétique a toujours eu beaucoup de misère à s’attirer les sympathies des gros rustres dans mon genre. N’en déplaise aux différents verts qui me lisent, j’aime le moteur à explosion (principalement à cause de la composante « explosion » de la chose), je conduis comme un véritable iroquois et je suis, vous vous en douterez bien, un véritable cauchemar pour hippies et ainés. Pourtant, il se pourrait que je me mette bientôt à épouser...

Ode aux dealers mexicains

4 février 2011

Je pense résolument qu’il est nécessaire de savoir bidouiller, triturer, trafiquer, rafistoler, bref, tomber dans le bon gros Do-It-Yourself, pour mériter ses épaulettes de gros barbare macho. Pour citer complètement hors contexte (parce que c’est ça l’essence du journalisme, après tout) ma professeure de Procédés de formage et d’assemblage : « Un homme, ça doit savoir souder. C’est une condition primordiale. » Bon, après ça, c’était peut être parodique, mais je m’en fous, je...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.