Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Vous avez dit Kronum? À vos souhaits

Ah, que ne fûmes-nous pas après à désirer si ardemment que les festivités de fin d’année s’en viennent que nous en oubliâmes bien rapidement les désagréments de la nouvelle année? Combien d’entre nous ne se sont pas réveillés ce 2 janvier en se disant « les vacances seront bientôt terminées, il va falloir reprendre le travail» d’un air déprimé. Et maintenant, toujours aussi déprimés par tout le travail de cette nouvelle session, vous vous cherchez une occupation plus épanouissante que Netflix ou que la Häagen Dazs afin de vous faire oublier toutes ces activités déprimantes? Oui? Je me disais bien que c’était le cas. Mais lequel faire alors? Du cardio? Du footing? Pourquoi ne pas faire un sport qui regroupe tout cela?

Un terrain de Kronum. Photo © Kronum.com

Connaissez-vous le Kronum? Oui? Dans ce cas-là, allez directement à la page du sudoku car je ne pense pas vous en apprendre bien plus. Sinon installez-vous confortablement et restez ici.

La particularité de ce jeu, ce n’est pas juste d’être nouveau, c’est de cumuler les prouesses athlétiques du soccer, du baseball, du hand et du basket. Inventé en 2008 par un certain Bill Gibson aux États-Unis avec un slogan aussi accrocheur que « Join the Revolution », le Kronum est joué sur un terrain circulaire (oui oui, circulaire) par deux équipes de vingt joueurs, dont dix sur le terrain, qui doivent se disputer une balle. Bien évidemment, pour ce jeu alliant soccer, hand et basket, la balle se doit d’être préhensible par les mains tout autant que jouable aux pieds, donnant ainsi l’occasion à tous les « deux mains gauches », « deux pieds droits » ou les « bêtes comme leurs pieds », un sport où exceller. Toutefois, pour cela, il vous faut aller aux États-Unis, car il n’existe que sept équipes reconnues officiellement et toutes forment la ligue américaine.

Le terrain

Un but est composé d’une cage de soccer appelée chamber quelque peu classique mis à part qu’elle est surmontée de cinq anneaux (rings) et disposée de manière convexe. On peut donc marquer un but avec ses mains ou avec ses pieds, dépendamment de la zone où on se trouve. De plus, si la balle passe par les rings, c’est un ring shot et cela compte double.

Le terrain est divisé en quatre zones avec chacune un but où chaque joueur est à la fois défenseur et attaquant :

• la goal zone. Dans celle-ci, c’est quartier libre, tous les coups sont permis, mais au final tu ne marques qu’un point soit en faisant un chamber shot, soit deux avec un ring shot;

• le wedge zone et la flex zone permettent chacune deux points au pied. La seule différence? Pour la flex zone, seules les mains sont autorisées;

• la cross zone ou le 2nd ring permet quant à lui de marquer quatre points

 

Les zones et les points. Photo © Patch.com

Les règles

Et les règles alors? Il y en a au moins? Oui, bien sûr qu’il y a des règles. Le jeu se joue donc avec dix joueurs par équipe sur le terrain durant trois manches de vingt minutes et une moyenne de cent points par match. Autant vous dire que si vous êtes gardien, cela devient vite assez déprimant.

Parmi les autres règles intéressantes: un maximum de deux pas avant de passer, si tu es à la main tu dois dribbler mais tu peux te faire une passe à toi-même si tu fais rouler la balle à la main pour ensuite la récupérer au pied.

Au niveau de l’engagement, l’arbitre jette la balle en l’air dans le 1st ring et seulement deux joueurs de chaque équipe sont autorisés pour la récupération. Quand un but est marqué, la balle est renvoyée dans le 2nd ring pour un changement de possession.

Les positions

Il y a 3 positions principales :

• le wedge back qui est chargé de défendre le but ou de marquer des un-deux points en position d’attaque;

• le ranger qui joue l’équivalent d’un milieu de terrain au soccer et qui marque plutôt des deux-quatre points;

• les crosser qui ont pour but de gagner la possession de la balle, de faire des passes aux autres ou de marquer des quatre-huit points.

Enfin, les équipes sont alternativement à l’offensive ou à la défensive. Pour cela, il faut renvoyer la balle dans le 1st ring pour que la défense puisse récupérer la possession de la balle et ainsi passer en attaque et avoir la possibilité de marquer dans les quatre buts. Oui, mais alors comment ça se passe pour le changement de gardien? Eh bien de ce que j’ai vu et lu, étant donné que chacun peut utiliser ses mains, chaque joueur peut jouer en tant que gardien ce qui finit par donner un sacré maelström.

Pourquoi Kronum?

Mais alors Père Julien, dis-moi, pourquoi cela s’appelle-t-il le Kronum et pas le SocHandBask? (Désolé je n’ai pas trouvé mieux.) Eh bien, voyez-vous, créer un nouveau jeu demande beaucoup d’efforts mentaux; dès lors, pour se reposer, on fait des choses plutôt simples ensuite comme trouver un nom facile ou laisser le choix aux élèves de trouver leurs propres stages tout en les faisant payer après pour l’ajouter obligatoirement à la Ruche. Pardon je m’égare un peu. Les cercles qui surmontent la cage ne sont pas appelés rings par les aficionados mais couronne donc crown en anglais. Et comme ils sont au-dessus du but, ils sont up donc crownup qui a dû se déformer en crownum à moins qu’ils n’aient voulu donner un nom latin. Une autre explication est que lorsqu’on marque avec les crowns, le marquage est doublé donc si jamais un joueur marque depuis la cross zone dans les crown, le marquage sera de huit, ce que l’on appelle un Kronum, action bien entendue extrêmement difficile à performer.

Voilà, c’est à peu près tout ce que j’ai pu comprendre de ce sport. Si jamais vous n’avez pas tout compris, n’hésitez pas comme moi à aller voir les vidéos sur Youtube.

Et surtout bon sport !

Un but de Kronum. Photo © YouTube




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Carabins VS McGill

11 septembre 2009

Jeudi 3 septembre, c’est l’équipe de McGill qui a eu l’immense privilège d’affronter les Carabins de l’Université de Montréal pour ouvrir la saison de football. Ils auraient sans doute préféré offrir cette chance à n’importe quelle autre équipe et repousser tant que possible l’échéance de cette débâcle affligeante. L’équipe du CEPSUM avait sa santé au sommet, et ce n’est pas peu dire : dominant largement la partie face à une équipe de bras cassés...

Sic

10 novembre 2006

Parlons de l’électeur. Ce con. En fait, on est tous des cons, mais ça c’est une autre histoire. Une très longue histoire. Ce con d’électeur, donc, est bien utile quand vient le temps d’obtenir un mandat, mais quand vient le temps d’avoir son opinion sur un sujet qui le touchera de près ou de loin, c’est par simple courtoisie qu’on le questionne, car en fait on s’en fout. On veut juste savoir si celui-ci...

Analyse politique : l’impact de la minorité hispanophone dans les élections américaines

9 novembre 2012

«Too close to call» a été l’illustration principale de cette campagne présidentielle aux États-Unis. Le faible écart entre les deux candidats a tenu le suspense à son comble jusqu’à la toute dernière minute. Outre les grands facteurs qui ont influencé l’élection de Barack Obama, attardons-nous sur ce qui a été l’une des faces cachées de la victoire du candidat démocrate.   Autrefois négligée, récemment courtisée, l’étude sur l’impact des minorités dans les élections américaines a...