Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Votre examen final vaut cinq dollars!!!

Saviez-vous qu’il fallait payer des frais de cinq dollars pour obtenir, non pas son examen final, mais plutôt une photocopie de ce dernier? Même juste le consulter sur place équivaut à obtenir une photocopie et donc, à payer ledit frais.

Je trouve la facture un peu aberrante, car cela me fait penser aux frais « accessoires » chez les médecins, tant parlé dans les médias québécois, il n’y a pas si longtemps, à l’automne dernier. Ces fameux frais « accessoires » où le patient est obligé de payer à la clinique les gouttes ophtalmologiques à 200 $ qui ne coûtent que 20 $ ou 150 $ pour ouvrir un dossier, par exemple, avant de pouvoir consulter le médecin. Pourtant, dans le mot « accessoire », ça signifie que ça devrait être un élément facultatif et non un passage obligé.

Bon, ce n’est peut-être pas vraiment comparable avec les frais de photocopie d’examen final, vu que l’École ne fait pas de profits exorbitants en forçant l’étudiant à payer un supplément de cinq dollars pour un produit ou un service « accessoire » à la sauce médicale. Quoique facturer cinq dollars à l’étudiant pour une photocopie qui coûterait 15 cents par page de son examen final, c’est questionnable.

Faille dans le système

Le risque de problème apparaît dans une éventualité où un chargé de cours ou un professeur bâcle, pour une raison quelconque, la correction des examens finaux de ses étudiants, et que l’étudiant a certains doutes sur la note qu’il obtient à la fin de sa session. Pire encore si les responsables du cours manquent de transparence en ne publiant pas le solutionnaire, s’il y a lieu, à la fin de la période d’examens finaux.

La dissuasion

Mais ce n’est rien que cinq dollars, me direz-vous? Ne sous-estimez pas la psychologie humaine… L’argent étant ce qu’il est, toute personne normale (excluant l’ex-bâtonnière du Québec, Lu Chan Khuong, qui ne compte pas son argent) a le réflexe de réfléchir à deux fois avant de sortir son argent. Déjà que les études supérieures ne sont pas gratuites, il me semble justifiable que ce frais de cinq dollars ne vaille pas la peine d’exister et le service devrait être déjà inclus dans les frais de scolarité. De plus, durant la session, le professeur ou chargé de cours remet généralement les contrôles périodiques aux étudiants pour qu’ils le vérifient et s’assurent que la note soit bien calculée. Mais c’est alors qu’à la fin de la session, quand vient le temps de l’examen final, le fonctionnement change et il est impossible de consulter son examen final sans sortir l’argent de ses poches.

L’autoroute A25

Ceci étant dit, à quoi peut bien rimer l’existence actuelle de ce frais de cinq dollars? Prenons pour exemple l’autoroute A25 où il y a des droits de péage. Il s’agit du fait que quand un conducteur emprunte cette autoroute, qui aurait pour avantage d’avoir moins de trafic (évidemment puisque c’est payant), il se fait facturer des frais de quelques dollars à chaque passage. Cela est donc une façon de dissuader beaucoup de gens d’emprunter cette autoroute payante pour utiliser les autoroutes gratuites, lesquelles sont réputées être congestionnées.

La philosophie de l’examen

Cela amène à se questionner sur le rôle de l’examen en général. On sait tous que ça sert d’abord pour évaluer les apprentissages assimilés par l’étudiant, puis après la correction, cela permet à l’étudiant de prendre conscience de ses erreurs. Toutefois, il semble qu’à Poly, cela ne s’applique pas systématiquement aux examens finaux coûtant cinq dollars. En effet, je rappelle que pour consulter son examen final, l’étudiant doit payer cinq dollars pour obtenir en fait une photocopie. Cela freine l’envie de faire appel à son examen.

La philosophie de la note

De plus, à quoi peuvent bien servir des notes, surtout à l’examen final? Si d’une part, les notes en cours de session sont importantes pour s’assurer de passer éventuellement le cours, mais que la note de l’examen final ne sert qu’à confirmer ou infirmer le fait de passer un cours, est-ce qu’on doit comprendre dans le message que l’important, c’est de passer ses cours avec un D et non se donner la peine de s’assurer d’avoir une note à sa hauteur? Je crois que oui. Ayez de bonnes notes durant la session, puis faites le minimum requis pour l’examen final si vous le désirez, car vous ne vous donnerez probablement pas la peine de voir les corrections de l’examen final quand il y a un obstacle de cinq dollars à l’horizon.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Fausses nouvelles : et maintenant?

27 janvier 2017

Les fausses nouvelles et les obscurs réseaux qui les engendrent ont pu prendre une importance démesurée dans l’actualité dernièrement. Pour autant, au lieu d’attendre que les géants d’Internet s’attaquent au problème, nous aurions plutôt intérêt à concentrer nos efforts...

Agriculture : des solutions pour un avenir plus vert

24 mars 2016

Quelques habitudes de vie jugées très néfastes pour l’environnement passent au banc des accusés et sont vues par l’entièreté de notre société comme étant les causes majeures de nos problèmes écologiques. Des solutions telles que laver son auto avec une quantité raisonnable d’eau potable, utiliser des sacs réutilisables pour l’épicerie et recycler ne représentent à mon œil qu’une fraction minime des actions ayant un impact sur notre empreinte écologique. Celles-ci ne sont que la pointe de l’iceberg que devraient être nos actions environnementales. Rendus en 2016, nous devrions avoir un pas d’avance ; l’élimination de ces habitudes devrait être acquise. De plus grands sacrifices et efforts devront être faits pour atteindre un réel changement à grande échelle. Chaque produit qu’on consomme, qu’il soit alimentaire, ménager ou utile à notre vie de tous les jours, devrait être source de réflexion en ce qui concerne son effet sur l’empreinte écologique. En effet, parmi les étudiants de Polytechnique, bien plus de la moitié consomme du café régulièrement. Or, le café est loin d’être produit ici. Son transport est donc logiquement une source de gaz à effet de serre non négligeable. Pourtant personne ne jugerait ou même ne considérerait juger un buveur de café comme on le ferait pour celui qui ose mettre sa bouteille de vitre dans une poubelle. Le café dans cet exemple n’est qu’un symbole, car il est très important aux yeux de l’étudiant, mais on peut pousser une réflexion générale quant à notre consommation alimentaire. Les belles oranges de Floride que je viens d’acheter au lieu du fromage produit ici est-il vraiment un choix plus écologique parce qu’il ne provient pas de la production animale? J’en doute. Par contre, c’est inconcevable qu’un Québécois puisse s’empêcher de manger des tomates pendant tout l’hiver parce qu’elles proviennent du Mexique. Je vois donc deux solutions à ce souci : augmenter sa consommation d’aliments produits localement qui se conservent bien, tous les légumes-racines par exemple, et l’augmentation de l’utilisation de serres qui permettent la production d’aliments locaux à l’année longue. J’ai passé ma semaine de relâche à Anguille où j’ai eu la chance de visiter la serre hydroponique de l’hôtel où je résidais. Concept très intéressant, surtout quand on sait que les îles des Antilles font venir pratiquement tous leurs produits de Miami. Cette méthode de cultivation des légumes nécessite très peu d’eau par rapport à l’agriculture en champ. On évite l’évaporation, car on donne l’eau, les minéraux et les nutriments nécessaires directement aux racines de la plante via un système qui recycle ce substrat aqueux non-absorbé. Cette technique de production sauve aussi beaucoup d’espace, car on utilise des méthodes ergonomiques pour organiser les feuilles et les racines de la plante. L’hydroponie est bien sûr plus couteuse que la production traditionnelle de légumes, mais reste une véritable solution quand on voit les réserves d’eau de la Californie — état où on produit plus du tiers des légumes et deux tiers des fruits aux États-Unis — diminuer de manière dramatique (source : cdfa.ca.gov). Puisque cette méthode de culture nécessite peu d’espace et de ressources, le faire chez soi devient une option. D’ailleurs Ikea s’en est inspiré et sort en avril des trousses pour les individus comme vous et moi. Au Québec, l’option idéale est la serre souterraine aussi connue sous le nom de « walapini ». Avec un sol qui ne gèle qu’à moins d’un mètre de profondeur, creuser à quelques mètres permet de bénéficier de l’isolation naturelle du sol et de la protection contre le vent pendant l’hiver. À l’opposé, pendant l’été, ou à des latitudes inférieures, le sol conserve une température plus fraîche. Cette isolation permet ainsi d’éviter les grands deltas de température qui peuvent s’avérer fatals pour les plantes plus frêles. Ce type d’infrastructure, qu’on observe plus souvent en Amérique du Sud, permet de cultiver les végétaux pendant trois saisons, voire toute l’année dépendamment du lieu géographique exact sans avoir à chauffer ou climatiser la serre de manière ridicule. Ces deux techniques ne sont que des exemples innovateurs qui nous permettront, dans un futur plus ou moins proche de délaisser nos anciennes méthodes d’agriculture coûteuses en ressources. La période où nous consommons des aliments provenant de partout devra cesser, car elle n’est qu’une conséquence directe de la mondialisation qu’on voit émerger depuis le 21e siècle. Or, c’est un luxe qu’on ne peut se permettre si on désire poursuivre dans une direction de développement durable....

DOSSIER: STAGES À 9 CRÉDITS

30 août 2013

La direction ira de l’avant avec son projet de faire passer les stages de 3 à 9 crédits. Le Polyscope tente de cerner les impacts de ce changement sur la population étudiante. La position de votre association étudiante   Le 3 juin dernier, la Direction des affaires académiques et internationales (DAAI) a présenté au Conseil académique un document concernant la « valorisation des stages au baccalauréat ». Ce document, après une brève présentation de ce...