Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Twitch veut encore tous les attraper

Aperçu article Twitch veut encore tous les attraper
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Red entend les voix du chaos. Dessin © inferno988 sur DeviantArt

Le 14 février prochain, laissez tomber les célébrations sirupeuses et surfaites à la gloire de je-ne-sais-quoi. Ce jour-là, le projet collaboratif Twitch Plays Pokémon fête son anniversaire en lançant sa troisième saison. C'est l'occasion pour nous de faire le point sur ce phénomène toujours bien vivant qui avait agité Internet il y a tout juste deux ans.

L’univers de Pokémon a durablement marqué une génération entière, particulièrement avec ses jeux vidéo. Et c’est vrai qu’ils sont amusants, ces jeux. Mais ce qui est encore plus amusant, c’est d’y jouer à 100, à 1000, à 10 000, voire à plus… sur la même partie, en même temps. Drôle d’idée, dites-vous? C’est pourtant l’« expérience sociale » qu’un Australien anonyme a décidé de lancer en février 2014 sur la plateforme de streaming Twitch.tv. Le succès de Twitch Plays Pokémon (TPP) a rapidement été au rendez-vous et plusieurs grands médias ont rapporté à quel point il s’agissait d’un projet absolument fascinant. Penchons-nous de plus près sur cette étrange expérience.

Tous sur un même jeu

Un aperçu de la toute première partie de TPP. Image © Twitch Plays Pokémon

Un aperçu de la toute première partie de TPP. Image © Twitch Plays Pokémon

Le 12 février 2014, la chaîne TPP s’ouvre sur Twitch. Alors que ce site sert habituellement aux joueurs pour diffuser leurs parties en vidéo, ici, les rôles sont inversés : tous les spectateurs inscrits peuvent entrer une commande du Game Boy (« a », « down », « start », etc.), et chacune de ces commandes est automatiquement traduite dans le jeu, en l’occurrence la version rouge de Pokémon. Le but, à partir de là, est de se synchroniser tous ensemble pour terminer la partie, ce qui n’est pas vraiment facile. En effet, pour des raisons techniques, il y a un délai important entre le moment où le joueur-spectateur entre la commande et le moment où elle est exécutée, qui peut aller jusqu’à 30 secondes; il faut donc un bon sens de l’anticipation. Mais surtout, TPP a rencontré tellement de succès que la chaîne a connu un pic à plus de 100 000 joueurs simultanés, ce qui annihile quasiment toute idée d’organisation… et a contraint Twitch à allouer à la chaîne des moyens techniques habituellement réservés à des événements de classe mondiale.

L’organisation, justement, c’est ce que quelques joueurs ont décidé d’apporter à ce fonctionnement anarchique dans le but d’arriver au bout du jeu. Ainsi, de nombreuses stratégies ont été esquissées tout au long de la partie, notamment par le biais du site web Reddit, certaines parmi elles étant particulièrement complexes et anticipatives, cherchant à résoudre des problèmes qui pourraient éventuellement surgir beaucoup plus loin dans le jeu : un niveau trop faible pour l’équipe de Pokémon, des attaques trop peu intéressantes, etc. Malgré tout, certains passages du jeu restaient trop difficiles pour des milliers de joueurs à la fois. Ainsi, le créateur de TPP a mis en place la possibilité de passer temporairement à un système de « démocratie » (opposé au système classique d’« anarchie »), dans lequel le jeu exécute périodiquement la commande la plus populaire du moment, au lieu de toutes les entrer. En fin de compte, la dualité « anarchie » / « démocratie » a triomphé de toutes les difficultés du jeu, qui a été achevé au bout de plus de 16 jours de jeu sans interruption (ce qui est tout de même dix à vingt fois plus que le temps requis pour terminer le jeu dans des conditions normales).

Le chaos et l’intelligence

Vu comme ça, il n’est pas évident de cerner l’intérêt que représente une projet tel que TPP. En réalité, une des raisons qui rendent ce concept passionnant est son esthétique particulière. En effet, regarder TPP est une expérience à la fois hypnotique et captivante. Soumis à de multiples commandes simultanées, le personnage se déplace de manière totalement erratique, voire chaotique; il fait des allers-retours sans but apparent, se tourne dans tous les sens, entre et sort frénétiquement de divers bâtiments, reste longuement coincé dans des menus pour consulter des objets parfaitement inutiles. Et puis soudain, alors qu’on n’attendait plus rien de ce spectacle délirant, la situation se débloque, et la partie fait un infime pas en avant. C’est naturellement sans compter sur les joueurs-trolls qui viennent ruiner la progression du jeu en entrant des commandes volontairement destructrices pour le bon déroulement de la partie; le jeu fait trois pas en arrière, et tout est à refaire. Le chaos est au cœur même du jeu.

Malgré tout, dans ce torrent indescriptible d’instructions à exécuter, il ressort du jeu une formidable impression de voir se dérouler sous nos yeux le produit brut de l’intelligence collective : même dans le désordre le plus total et l’absence de synchronisation, si la plupart des joueurs ont l’intention de faire avancer le jeu, alors globalement, la partie évoluera dans le bon sens. Il est donc clair qu’en apportant un peu d’organisation, la foule jouant sur Twitch devient d’une efficacité redoutable. L’élément particulièrement remarquable est le système de démocratie que je vous ai décrit plus haut; en effet, en termes statistiques (ne partez pas en courant!), mettre en place un vote pour choisir la prochaine commande à exécuter revient à moyenner toutes les entrées et donc de réduire considérablement le bruit (le désordre de toutes les commandes entrées simultanément) autour du signal qui nous intéresse (la suite de commandes réellement utiles qui permet de faire avancer le jeu). D’où la réussite du mode « démocratie » pour se sortir des situations les plus complexes comme les labyrinthes. Ainsi, TPP se construit peu à peu grâce à l’intelligence collective, sur un principe finalement comparable à celui de Wikipédia.

Meme generator

On peut donc comprendre à quel point les débuts de l’expérience TPP ont été stimulants et exaltants. Preuve que le projet a marqué son temps, il a généré une quantité assez phénoménale d’éléments culturels à sa gloire, comme des dessins ou même des chansons, qui reprennent des moments marquants de l’aventure TPP. Parmi les mèmes les plus fréquemment repris, on peut citer l’opposition « anarchie » / « démocratie », chaque camp ayant ses fervents partisans, et bien sûr Helix Fossil, un objet rare que les joueurs n’ont pas cessé de faire consulter au personnage tout au long de la partie malgré son inutilité, et qui a au cours du temps acquis un statut véritablement divin. Le succès de TPP a même été une vraie source d’inspiration pour d’autres créateurs, qui ont décliné le concept en organisant des parties collectives de Dark Souls, un jeu particulièrement difficile.

Cependant, un tel engouement n’est jamais éternel. Après les seize premiers jours de jeu, le créateur de TPP a poursuivi sur le même modèle en permettant de jouer collaborativement à quasiment tous les jeux Pokémon existants. Tous ont été terminés les uns après les autres, plus ou moins rapidement, mais de manière bien plus confidentielle que la partie originale. Il faut dire les jeux « classiques » de la série ne sont pas les seuls à être joués; ils ne représentent en fait que quelques courtes périodes à certains moments de l’année. Le reste du temps, pour s’occuper, Twitch préfère jouer, toujours collectivement, à des épisodes tels que Pokémon Battle Revolution qui consistent simplement en des combats de Pokémon, dans une version modifiée permettant aux spectateurs de parier des Pokédollars. Alors, pour relancer l’intérêt, en février 2015, pour fêter la première année d’existence de la chaîne, le créateur de TPP a dégainé une édition spéciale nommée Pokémon Anniversary Red, qui est en réalité la version rouge de Pokémon largement modifiée pour permettre d’attraper l’ensemble des 151 créatures, et aussi par exemple d’affronter le Professeur Oak à la fin du jeu… Tout cela a permis de raviver un peu la flamme.

Nouvelle saison, nouveaux défis

Et puisque le créateur australien de TPP compte faire tourner l’expérience tant qu’elle suscite de l’intérêt, le 14 février prochain marquera le début d’une nouvelle édition anniversaire. Les amateurs de la chaîne auront cette fois affaire à Pokémon Crystal 251, qui sera probablement une version profondément revisitée Pokémon Crystal. Le spectacle promet de durer, puisqu’il avait déjà fallu plus d’un mois pour venir à bout de l’édition anniversaire de 2015, supposément plus courte. Pour amplifier l’événement, sachez que ce début de troisième saison correspond également aux vingt ans de Pokémon… Bref, vous n’avez plus d’excuse: allez chercher vos Pokéballs, on se retrouve sur Twitch!


Regarder la chaîne

TPP est regardable en continu sur twitch.tv/twitchplayspokemon. La saison 3 commencera le dimanche 14 février à 16:00 (heure de l’Est).




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

L’OSM dans les parcs

28 juillet 2009

La saison estivale de l’Orchestre Symphonique de Montréal s’est ouvert le 21 juillet avec la populaire série des concerts gratuits OSM / Loto Québec. Pour la troisième année consécutive, l’OSM se déplace dans différents parcs pour interpréter certaines des œuvres les plus aimées du public. Les concerts OSM / Loto Québec dans les parcs sont une très belle occasion de profiter des belles soirées d’été tout en appréciant le répertoire symphonique. L’OSM était le...

Donka, un hommage à Tchekhov

13 décembre 2010

Pour rendre hommage au 150e anniversaire de la naissance de l’écrivain et médecin russe Anton Tchekhov, Daniele Finzi Pasca a créé le spectacle Donka – Une lettre à Tchekhov pour le coup d’envoi du Festival international de théâtre de Moscou. Fondateur de la compagnie Teatro Sunil, Daniele Finzi Pasca a écrit plus de 25 spectacles, dont des collaborations avec le Cirque du Soleil (pour Corteo) et le Cirque Éloize (pour le triptyque du ciel...

Deux plus un

8 septembre 2006

Trois auteurs pour écrire trois courtes pièces (Marie-Êve Gagnon, Pascal Lafond, Louis-Dominique), un metteur en scène (Stéphane Saint-Jean), sept comédiens (Dephine Bienvenue, Élisa Compagnon, Benoît Dagenais, Philippe Lambert, Diance Lavallée, Philippe Martin et Yann Tanguay) et des contraintes imposées. Un défi de théâtre peu conventionnel, qui donne naissance à la pièce Trois!, pour laquelle les contraintes ont été déterminées au hasard avant même l’écriture, soit: le nom des comédiens pour chacune des trois pièces,...