Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Montréal Complètement Cirque

Cette année, Montréal a inauguré un nouveau festival : Montréal Complètement Cirque. Après avoir le meilleur festival du rire et le meilleur festival de jazz, la ville se lance à la conquête du titre du meilleur festival de cirque. Et après cette première édition, c’est bien parti pour arriver rapidement ! Conçu au départ pour remplacer la Formule 1 avec le Grand Prix du Canada, ce festival est bâti pour durer.

Fort de sa réputation internationale de ville des arts du cirque, Montréal a su attirer des compagnies des quatre coins du monde grâce à Montréal Complètement Cirque, avec les géants locaux du Cirque du Soleil, Cirque Éloize et les 7 doigts de la main, mais aussi les gallois NoFit State ou encore les australiens A4 Circus Ensemble. Au total, six pays étaient présents au travers de 15 troupes qui ont joué 83 représentations sur les 18 jours du festival. Pour la plupart des compagnies étrangères, c’était la première fois qu’elles jouaient en Amérique, et les autres ont présenté des spectacles inédits. Mention spéciale pour les 7 doigts de la main, qui ont créé le spectacle Cabaret spécialement pour le festival.

Ce festival international des arts du cirque a présenté une offre très diversifiée, puisant dans tous les genres du cirque et rejoignant tous les âges. Le Cirque Éloize, qui a inauguré cette première édition avec iD, a réalisé un impressionnant mélange de numéros de cirque puissants avec des danses de rue, Le Cabaret des 7 doigts a fait revivre l’ambiance cabaret grâce à son humour particulier, Tabú nous a fait aborder l’univers du cirque de l’intérieur, les clowns allemands Habbe et Meik et les jongleurs belges d’Ea Eo ont fait rire tout le monde, Les québécois des Confins ont exploré le cirque contemporain avec RUPTURE(s)… Chaque spectacle a été différent et a apporté quelque chose de nouveau par rapport aux autres. Le festival a également présenté des work in progress, dont celui de Parfois, dans la vie, les choses changent, qui sera à l’affiche à la TOHU en avril prochain. De nouveaux concepts ont également été à l’affiche, comme l’adaptation des matchs d’improvisation avec l’Impro-Cirque.

Le festival Montréal Complètement Cirque s’est effectivement déroulé dans toute la ville de Montréal. Les différents spectacles ont pris l’affiche dans beaucoup de salles différentes : la TOHU bien sûr, mais aussi les Quais du Vieux-Port et ses chapiteaux, l’Usine C, l’Espace GO, l’Olympia, le Lion d’Or et la gare Dalhousie. Les quartiers Hochelaga-Maisonneuve, Saint-Michel et Verdun ont également pris une part active dans ce festival en organisant des événements et spectacles dans leur quartier.

Montréal Complètement Cirque n’a pas proposé que des spectacles en salle. De nombreuses activités gratuites ont été aussi programmées dans toute la ville. Le Cirque du Soleil a organisé Corso pour souligner le départ de Totem pour Québec. Ce numéro s’est construit comme une introduction au festival, en présentant les différents spectacles avec quelques extraits. Les Minutes Complètement Cirque, en plein quartier latin, ont su surprendre les passants en soirée chaque jeudi, vendredi et samedi. Le quartier Hochelaga-Maisonneuve a accueilli la troupe AlBadulake pour Malaje. La compagnie a fait voyager le public en Espagne le temps d’un spectacle en mélangeant flamenco, jonglerie, clown et équilibre. La guitare et les chants, joués sur scène, accompagnent ce voyage rythmé. Le cirque Carpe Diem a élu domicile à la TOHU, proposant deux spectacles différents en plein air ainsi que des initiations au trapèze pour le public.

Grâce à ce festival, nous avons pu voir que le cirque québécois ne compte pas juste sur les grandes institutions, mais également sur des compagnies comme Les Confins, Tim Tyler & Johnny Filion ou encore la nouvelle Bande Artistique.

Après cette excellente édition, on attend avec impatience la suivante.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.