Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Au revoir, Major Tom

Aperçu article Au revoir, Major Tom
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Cette semaine, un génie est mort. Lundi, apparemment entouré de sa famille, paisiblement, David Bowie a rendu l’âme.

Comme on pouvait s’y attendre, la nouvelle a ébranlé le web et la planète musique tout particulièrement. Les témoignages viennent de partout dans le monde et de toutes les générations, signe de la portée de l’art du Britannique. Car effectivement, peu de musiciens peuvent se vanter d’avoir été aussi influents pendant aussi longtemps. À l’ère des réseaux sociaux, on assiste souvent à des poussées de popularité instantanées pour mademoiselle ou monsieur Quelque-Chose mais rarement voit-on des artistes qui réussissent à laisser leur marque à long terme.

Elle a été riche et longue la carrière de David Bowie, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas manqué de rebondissements. Débutant par le mouvement glam-rock avec le maintenant célèbre astronaute Major Tom en 1969, puis poursuivant son voyage cosmique dans la peau de la rockstar alien Ziggy Stardust en interprétant Suffragette City en 1972, Bowie finit l’année 1974 en dandy roux au style rock avec l’album Diamond Dogs. Le milieu des années 70 marque ensuite la venue de « The Thin White Duke », personnage emblématique d’une période plus sombre du chanteur en prise avec une addiction à la cocaïne. Mais les années 76 à 79 passées à Berlin sont une véritable cure pour David Bowie qui se débarrasse du cynisme qui affligeait sa musique. Par la suite, la décennie 80 est synonyme de renouveau, alors qu’il atteint de nouveaux sommets avec Let’s Dance en 1983 et remplit littéralement des stades entiers. Plus populaire que jamais, le Britannique entre dans les années 90 en formant le groupe rock Tin Machine et, côté solo, poursuit l’expérimentation dans l’électronique. Mais comme un dur retour de balancier, les années 2000 amènent certains problèmes de santé au rockeur qui se retire progressivement en 2006. Bowie est alors plutôt silencieux pendant plusieurs années, jusqu’au 8 janvier 2013, jour où il fait paraître The Next Day, album surprise, déclarant « Here I am, not quite dying »… « not quite dying », cette phrase paraît presque prémonitoire maintenant. Très exactement 3 ans plus tard, le 8 janvier 2016, Blackstar paraît, dernier album aux touches jazz, assez expérimental, loin d’un album d’adieux, mais une rétrospective parfaite d’une carrière qu’on ne peut qu’admirer maintenant.

En fait, David Bowie en est venu à un point où il est impossible de qualifier son art par un simple mot, à un point où « rock » était pour lui un amalgame de musique, d’art, de mode, de style et d’identité sexuelle et de conscience sociale. Et cet amalgame, Bowie l’incarnait et l’a enrichi tout au long de sa vie pour former ce pour quoi il est aujourd’hui si reconnu.

Parlant d’identité sexuelle, c’est justement un sujet qui a été au cœur de la vie de l’artiste. Posant en femme dès les premières années de sa carrière, Bowie était un symbole du mouvement LGBT, voir une véritable rampe de lancement quand le mouvement était encore jeune. Déclarant officiellement en 1972 sa bisexualité, brisant les tabous, l’homme n’était pas seulement une icône du rock, mais aussi une icône de sexualité avant-gardiste.

Bref, prétendre faire une rétrospective sur une telle carrière en un seul article relèverait de l’insulte, raison pour laquelle je ne m’éterniserai pas à en faire le tour inutilement. Disons seulement que l’homme a laissé une trace indélébile sur le monde artistique dans son entièreté. Une trace qui inspirera encore les générations à venir, que ce soit en vinyle, cassette, CD ou digital. Une trace qui pavera la route pour bien des jeunes musiciens partout dans le monde, et pour longtemps.

Au revoir Major Tom, Ziggy, Duke et tous les autres. Au revoir M. Bowie, vous nous manquerez.

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green

Les nombreux visages de David Bowie. Dessins © Helen Green




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Sympathy for the Devil

31 octobre 2008

Aussi rarement une exposition d’art contemporain n’a été plus proche de son public. Le Musée d’Art Contemporain de Montréal ouvre ses portes pour l’exposition Sympathy for the Devil : art et rock and roll depuis 1967. Présentée du 10 octobre 2008 au 11 janvier 2009, je vous convie à mes côtés pour une petite visite critique de l’évènement, au cœur de la musique et des médiums artistiques. Ambiance déjantée, imaginez-vous dans un concert des...

Ode à tout le monde

9 octobre 2007

Éric-Emmanuel Schmitt a le don du succès. Et il le prouve depuis bientôt vingt ans, tout à tour dans le roman, le théâtre et maintenant au cinéma. Son dernier né (qui est aussi le premier), Odette Toulemonde, narre la rencontre contre nature d’un auteur à succès avec une de ses lectrices. Le premier a tout les atours de l’homme comblé : une carrière épanouie, une belle femme et de l’argent. La seconde est tout...

Aoki au Métropolis

8 novembre 2013

Depuis plus d’un an déjà, avec la popularité grandissante de la musique électronique, communément appelé EDM, pratiquement toute la crème des DJ internationaux ont fait un détour par notre métropole afin de faire vibrer des foules de plusieurs milliers de personnes. Cette fois, c’est Steve Aoki qui s’est déplacé au Métropolis pour l’occasion. Dès l’ouverture de la salle, soit vers 19h30, la partie du parterre était déjà bondée et les danseurs et danseuses vibraient...