Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le chemin des passes-dangereuses : une fusion des genres réussie

Critique de théâtre

 Le 15 janvier dernier, la tournée québécoise de  Le chemin des passes dangereuses, présentée par les productions  Des Pieds et Des Mains, s’arrêtait à la maison de la culture Frontenac, à Montréal. La petite équipe nous présente un spectacle atypique, mélange de théâtre et de gigue contemporaine.

Le chemin des passes dangereuses, du dramaturge québécois Michel Marc Bouchard, nous raconte l’histoire de trois frères, Carl, Ambroise et Victor. Réunie à l’occasion du mariage de Carl, le cadet, la fratrie se retrouve bloquée au milieu des bois, suite à un accident de voiture. Isolés, à deux pas du lieu de décès de leur père, les trois frères discutent de leurs vies et de leurs souvenirs. Le sort semble s’être ligué contre eux pour les contraindre aux aveux et aux confidences.

Le chemin des passes dangereuses est un texte extrêmement fort. L’auteur revisite des thèmes récurrents dans son œuvre : le clivage entre la ville et la région, l’homophobie, les secrets et les non-dits dans les familles, les traumatismes de l’enfance, etc. Les personnages sont esquissés rapidement et sont à la limite du stéréotype : Carl, le gars pas compliqué qui travaille dans un Costco de Québec, Ambroise, le citadin cynique et désabusé et Victor, le pêcheur amoureux de la nature. Toutefois, les trois sont bien conscients d’êtres stéréotypés, et n’hésitent pas à se servir de cette nature caricaturale, autant pour s’attaquer que pour se justifier. À travers leurs différences, c’est toute une société qui semble s’exprimer, dans la multitude de ses aspirations et de ses préjugés.

Venons-en à la production. En un mot, elle est excellente. Les trois acteurs Dominique St-Laurent (Carl), Arnaud Gloutnez (Ambroise) et Félix Monette-Dubeau (Victor) sont époustouflants, autant dans leur jeu que dans la danse. Le mélange gigue-théâtre est un pari réussit. La danse ne prend pas toute la place, bien au contraire. On la retrouve en crescendo, d’abord subtile puis un peu plus assumée. Elle marie parfois si bien le texte qu’on en oublie la particularité du spectacle. En somme, le spectateur n’a pas l’impression d’assister à un spectacle de danse, mais à une pièce de théâtre à la mise en scène audacieuse. La chorégraphie souligne efficacement les émotions du texte, elle permet aux acteurs de s’exprimer plus efficacement alors qu’on aurait pu craindre qu’elle les distraie. En ce sens, Menka Nagrani, qui signe la mise en scène et la chorégraphie, réussit un tour de force.

Verdict? Si vous en avez l’occasion, allez voir la troupe, qui continue sa tournée québécoise. La pièce ne s’adresse pas qu’aux amateurs de danse, et les fans de théâtre seront comblés par ce spectacle, qui combine une des grandes œuvres dramaturgiques québécoises, une interprétation solide et une mise en scène inspirée.

Mots-clés : Théâtre (91)

Articles similaires

Le Mariage de Figaro

23 janvier 2009

Quand on est le fils d’un horloger, on doit sûrement saisir plus vite que les autres l’importance du temps qui s’échappe. Résultat : on se dépêche de devenir exceptionnel. Pierre-Augustin Caron est le fils d’un maître horloger qui tient boutique sur la rue Saint-Denis à Paris dans les années 1730. À cette époque, on vit à une demi-heure près car personne n’a encore trouvé comment doter d’une régularité parfaite le rouage des pendules et...

Fratrie à double tranchant

9 octobre 2007

Être frère, c’est fraterniser; mais fraterniser, réellement, ce n’est jamais que s’aimer comme des frères. C’est le lien qui unie une personne à une autre au-delà de la haine qui parfois pointe. Qu’est-il ce lien ? Est-ce de l’amour ? Est plus fort que cela ? La relation entre Caïn et Abel finit ultimement dans le sang – aurait-ce pu en être autrement ? Moitié-moitié est la dernière partie d’une trilogie entreprise par le...

King Lear Contre Attaque

5 septembre 2008

Loufoque, complètement flyé, Les Productions Préhistoriques reviennent sur scène avec la pièce King Lear Contre Attaque. Où et quand ? Présentée du 28 août au 13 septembre à 20h, et les 6 et 13 septembre à 16h, pour le coût de 19$ pour les étudiants, à l’Espace Libre (métro Frontenac). L’histoire ? Tout est prétexte à histoire pour cette troupe de théâtre. Les six acteurs invitent les spectateurs à revisiter le répertoire d’un autre...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

À venir d’ici l’automne

25 mars 2011

Le printemps en est encore à ses premiers jours que l’on fait déjà des plans pour combler les soirées de l’été qui se dessine un peu plus de jour en jour. Question de s’y retrouver parmi les centaines d’activités et de festivals qui meubleront les rues de la ville et les agendas de ses résidents, voici quelques suggestions qui pourront peut-être vous donner l’envie de faire quelques découvertes musicales tout en profitant du beau...

Le Sacre du Printemps & Re-II par les Grands Ballets canadiens de Montréal

16 juin 2009

Lorsque le 29 mai 1913 les parisiens découvrirent pour la première fois Le Sacre du Printemps de Stravinsky, chorégraphié par Nijinski, ce fut un scandale tel que les danseurs n’entendaient même pas la musique, assaillis par les sifflements, les cris, les demandes de duel… Aujourd’hui cette musique est bien-sûr considérée comme pionnière de la modernité et vous ne douterez pas en l’écoutant de sa force révolutionnaire qui vous cherche jusque dans le tréfonds de...

Mon voyage au musée d’art contemporain

9 novembre 2012

L’art contemporain ça divise, ça fait rire, ça fait pleurer aussi, mais ça laisse rarement indifférent.   Le musée d’art contemporain de Montréal (ou «MAC» pour les initiés), petit cousin du «MOMA» de New-York ne déroge pas à la règle. Je vais essayer de vous donner envie d’aller y faire un tour, au moins au nom de la curiosité intellectuelle (et puis surtout parce que c’est gratuit le mercredi soir). Commençons par l’exposition consacrée à...