Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Huit clubs sportifs font leur entrée à l’UdeM

Par Mathieu-Robert Sauvé

Les adeptes d’aviron, de cross-country, de cyclisme, de ski de fond, de squash, de rugby, de triathlon et de disque volant extrême (ultimate Frisbee) peuvent désormais se regrouper pour pratiquer leur sport au sein d’un des nouveaux clubs de l’Université de Montréal. Cela leur permet de porter les couleurs de l’UdeM à différentes compétitions et activités publiques. Ils peuvent recruter de nouveaux membres et faire connaitre leur sport de différentes façons.

«Avec la formule des clubs, on vient compléter l’offre sportive sur notre campus, qui comprenait déjà le récréatif au CEPSUM ainsi que le sport d’excellence des Carabins, mentionne Manon Simard, directrice des programmes sportifs à l’Université. On répond également à un besoin qui était présent depuis quelques années.»

La mise sur pied de ces clubs a été rendue possible grâce à l’appui financier d’étudiants de l’UdeM, par l’entremise de leurs cotisations volontaires au Fonds d’amélioration de la vie étudiante.

Au cours des dernières années, plusieurs équipes sportives se présentaient comme étant rattachées à l’Université de Montréal, mais il n’existait, dans les faits, aucune structure d’accueil. Ces groupes ne faisaient pas partie des organismes régissant le sport universitaire au Québec ou au Canada tels que le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) ou Sport interuniversitaire canadien (SIC).

«Il y avait un vide, explique Guillaume Callonico, responsable de ces clubs. Même si les clubs ne jouent pas sur des circuits du RSEQ ou de SIC, notre structure leur permet maintenant d’affronter officiellement d’autres équipes dont certaines d’autres universités.»

Ils ont le droit d’annoncer leurs activités sur le campus et peuvent compter sur les conseils de gestionnaires ou encore obtenir un accès aux fournisseurs du CEPSUM, reprend M. Callonico.

Étudiants d’abord

Encadrés par le CEPSUM, les clubs doivent répondre à certains critères. Par exemple, ils doivent compter un minimum de 10 participants et présenter un budget équilibré. De plus, les clubs ont leur propre conseil d’administration, ce qui permet aux étudiants d’acquérir une expérience en gestion. «Nous voulons que ce soit d’abord une activité étudiante et que ça contribue significativement au sentiment d’appartenance, ajoute Mme Simard. Le CEPSUM est un véritable lieu de rassemblement pour les trois établissements de notre campus et les clubs viennent appuyer ce mouvement.»

Un autre avantage des clubs sportifs est de pouvoir assurer une permanence d’une cohorte à l’autre. «Au cours des dernières années, on a vu beaucoup de groupes se former et parfois atteindre un haut niveau de performance pour disparaitre complètement l’année suivante, faute de relève. Aujourd’hui, ce risque diminue grandement, car les clubs sportifs fonctionnent comme un organisme sans but lucratif et que le CEPSUM offre, en parallèle, un service d’encadrement et de développement de ces initiatives sportives», poursuit Guillaume Callonico.

Les clubs sportifs de la première heure regroupent déjà, au total, près de 350 adeptes. Selon les cas, un étudiant sans expérience dans le sport qui l’intéresse peut être admis dans le club concerné, puisque certains des clubs comportent un niveau «initiation».

L’an prochain, la liste des clubs pourrait s’allonger, puisque des adeptes de lutte, de bateau-dragon, de handball, de wallyball et de voile ont fait connaitre leur intention de se regrouper. Pour créer un club, il suffit de communiquer avec le responsable du programme, Guillaume Callonico.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Pour la haine de l’art

16 mars 2012

Je dis halte ! Halte aux Césars, halte aux Oscars, halte aux Golden Globes, aux Grammy Awards, halte aux Palmes d’Or, aux Molière, aux victoires de la musique, halte aux MTV Awards, Halte aux cérémonies de récompense destinées aux artistes de tous poils ! Alors voilà tandis que l’économie mondiale continue à s’effondrer, que la Syrie massacre, que la France frémit à l’approche des présidentielles, que la Grèce se meurt, que les sans abris...

Voyager avec Map Crunch

24 février 2012

Nous voici dans le joyeux temps des révisions pour les intras. Je vous connais, vous cherchez désespérément une nouvelle occupation pour ne pas, réviser, mais n’ayez crainte j’ai trouvé la solution pour vous ! Après 4chan, Chatroulette, 9gag, voici MapCrunch propulsé avec Tumblr ! C’est mon professeur de transport qui va être ravi de savoir. Le but de ce jeu est relativement simple, mais également relativement long. Et là vous vous demandez : mais...

Le Polyscope fait peau neuve (et durable)

21 octobre 2011

Par Marie Leray Depuis quelques éditions le Polyscope s’est doté d’un nouveau logo, le logo FSC pour Forest Stewardship Council que l’on pourrait traduire par le conseil pour la gérance des forêts. Ce conseil est en fait une organisation non-gouvernementale à but non lucratif. Créée en 1993, suite au sommet mondial sur le développement durable de Rio en 1992, elle est soutenue par WWF Canada, Greenpeace et la fondation David Suzuki. Les objectifs de...