Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité-- --Publicité

Pour la haine de l’art

Publicité-- --Publicité

Je dis halte !

Halte aux Césars, halte aux Oscars, halte aux Golden Globes, aux Grammy Awards, halte aux Palmes d’Or, aux Molière, aux victoires de la musique, halte aux MTV Awards,

Halte aux cérémonies de récompense destinées aux artistes de tous poils !

Alors voilà tandis que l’économie mondiale continue à s’effondrer, que la Syrie massacre, que la France frémit à l’approche des présidentielles, que la Grèce se meurt, que les sans abris et les dettes non-remboursables se multiplient sur tout le globe, que Céline Dion annule tous ses concert, bref que le monde souffre sa race, on ne trouve rien de mieux à faire que de couvrir d’honneur, de mots sucrés et de phrases flagorneuses des intermittents du spectacle !

Des gens qui il n’y a pas si longtemps, étaient des salauds de chômeurs, c’est-à-dire des paresseux, des moins que rien, des tire-aux-flancs, des fraudeurs, et qui en plus profitaient de rémunérations scandaleuses de l’état, vivant ainsi sans scrupules aux crochets de la société !

Mais vous ne voyez donc pas, tas d’inconscients, qu’en agissant ainsi vous encouragez des générations entières de jeune gens à se destiner à des carrières artistiques, et donc à fréquenter des acteurs et trices, des chanteurs et teuses, des décorateurs, des musiciens, des stylistes, des coiffeurs, des homosexuels, des drogués, des représentants des médias, des gens qui votent à gauche, et même, dans ce monde de débauche qui en est truffé, des ÉTRANGERS !

Bref, ces gens que vous applaudissez, que vous portez aux nues aujourd’hui, ne sont-ils rien d’autre que de sales rebelles qui réussissent dans la vie et s’enrichissent à millions, sans diplômes, sans cursus digne de ce nom, sans morale, sans principes, et qui ne doivent leur outrageux succès qu’à leur capacité à faire des pitreries issues de leur imagination débordante et perverse. Mais dans quelle errance vivons-nous ! Je vous le demande ! Ne serait-ce pas des industriels, des entrepreneurs, des chefs d’états qu’il faudrait récompenser par des prix plutôt que des gougnafiers qui ne songent qu’à faire leurs intéressants et à flatter leurs egos sans limite ?

Il est temps d’imaginer enfin d’autres formes de cérémonies de récompense pour ceux qui font vraiment le monde d’aujourd’hui ! Et les honorer comme ils le méritent pour le merveilleux univers dans lequel nous évoluons grâce à eux.

Alors, voilà ce que notre belle société pourrait s’offrir si nous nous en donnions les moyens : imaginez un très grand stade de 500 000 places, une scène illuminée de milles feux, un parterre constitué des grands de ce monde, un présentateur très bien coiffé, avec un costume Hugo Boss impeccable, un peu comme les miss univers mais en mieux, le tout diffusé en mondovision !

« Cette année, le glaive d’or du dictateur le plus sanguinaire qui massacre à tour de bras, sans que personne ne lève le petit doigt est attribué à l’unanimité à Bachar Al Assad ! Parallèlement la grande couille molle d’or de la lâcheté est remise à la communauté internationale ! Le Goering de platine de la xénophobie la plus abjecte et la plus assumée est attribué ex æquo à Jean- Marie et Marine Le Pen et on les félicite car dieu sait qu’il y avait de la concurrence ! L’oscar du mépris total pour les sans emplois combiné au ramassage des voix des électeurs du front national (que beaucoup continue encore d’appeler des gros fachos abrutis) pour se maintenir au pouvoir est gagné haut la main par Monsieur Nicolas Sarkozy !

Bien sûr, ça pourrait être encore un peu long, mais avouez quand même que ca aurait tout de même plus de gueule que des acteurs et des actrices en smoking et en robes ras le bonbon pailletées devant des parterre d’intermittents qui ont réussi on ne sait comment, non ?

Allez, à bientôt, tas de futurs salauds.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
Publicité--
--Publicité