Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Children of Bodom à MTL

Les suédois de Children of Bodom étaient de passage au Metropolis de Montréal dans le cadre de leur tournée de 15e anniversaire. Ils étaient accompagnés par Eluveitie, Threat Signal et Revocation.

Revocation sont montés sur scène prêts à conquérir la foule avec le matériel de leur dernier album, Chaos Of Forms (2011, Relapse Records). Portés par le guitariste et vocaliste David Davidson, ils ont offert une performance impressionnante de leur fusion de technical death metal et de thrash.

Threat Signal, un groupe de l’Ontario, ont su réchauffer la salle avec leur melodic death puissant et bien fait. Ils ont joué beaucoup de matériel de leur dernier album éponyme (2011, Nuclear Blast) et ont prouvé qu’ils étaient un groupe à surveiller à cause du talent des musiciens. Malgré tout, leur musique frappe comme manquant un peu d’originalité dans un genre qui s’avère saturé.

Le groupe suisse Eluveitie¸ porte-étendard du folk metal, nous a présenté leur nouveau matériel avec brio, tirant leur setlist de leurs deux derniers albums avec Nil, Kingdom Come Undone, (Do)Minion et la chanson titre de leur album Everything Remains (As It Never Was) (2010), et A Rose For Epona et Havoc de leur plus récent opus, Helvetios (2012). La seule chanson qu’ils ont tiré de leur ancien matériel est leur classique Inis Mona, qui donne toujours des mosh pits impressionnants. Rien à redire au niveau de la performance, sauf que plusieurs vous diront (et moi le premier) qu’ils s’ennuient de l’ancien matériel de Eluveitie, plus violent, plus sombre et avec une touche folk définitivement plus prononcée et surtout mieux utilisée.

Children of Bodom et leur excellent guitariste Alexi Laiho se sont présentés dans le cadre de leur tournée 15e anniversaire pour faire plaisir aux fans avec du bon vieux matériel comme Sixpounder, Silent Night, Bodom Night, et Lake Bodom sans oublier du matériel plus récent comme Shovel Knockout et Deadnight Warriors / Hate Me ! Fidèles à leur habitude, ils ont déployé leur talent pendant plus d’une heure et ont terminé sur un rappel avec Bodom After Midnight, un petit plaisir avec un cover absurde de Umbrella de Rihanna, et ont conclu avec Downfall. Ils se sont permis de jouer autant de leur vieux matériel et très peu de choses de leur dernier album Relentless Reckless Forever (2011, Spinefarm) parce qu’ils ont fait une tournée de promotion l’été dernier et se sont d’ailleurs arrêtés au festival Heavy MTL.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Paradis perdu : Supplémentaires jusqu’au 20 février

5 février 2010

« Il était une fois, une dernière fois » un soldat errant sur Terre. Ce seul survivant de la race humaine s’apprête à livrer ses ultimes souffles alors qu’une voix intérieure l’invite à tout faire renaître par le biais d’un voyage onirique le portant « dans le jardin du monde et dans le cœur de l’homme ». Paradis perdu se veut une interrogation sur la coexistence de l’homme et de la biodiversité, mais c’est avant tout...

Le monde selon JP

16 février 2007

Une fois de plus, m’en vais chialer contre le gros voisin d’en bas. On aurait pu croire qu’après l’échec de la guerre en Irak, la déconfiture qu’ont subit les républicains, Mr Bush aurait retenu la leçon. Mais non, le New York Times nous apprenait que son administration avait de beaux plans pour frapper sur les méchants Iraniens. Pourtant sur les deux champs de batailles qu’il a lancé durant ses présidences, les mots « succès...

Lent comme dans langage

27 octobre 2006

L’automne me ramène toujours à la danse. C’est à ce moment que les créateurs présentent leurs plus beaux atours. Et c’est à un détour plus qu’attendu que nous a conviés la saison de Danse Danse en amorçant l’année avec la compagnie japonaise Sankai Juku. Sankai Juku n’avait pas piétiné les planchers québécois depuis 16 ans. Les œuvres se sont pourtant succédées depuis 1975, année de création par le directeur artistique, Ushio Amagatsu. Ce dernier...