Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Projet dodo – recherche de candidats volontaires

Optimisation du temps alloué aux études par le sommeil polyphasique

Une des plus merveilleuses périodes de l’année est bien entendu la période des intras : examens se suivant l’un après l’autre, devoirs, projets, sans oublier ces nuits d’études. Puisque nous sommes tous des ingénieurs (en devenir), nous devrions posséder une certaine curiosité scientifique. Et c’est la raison pour laquelle le Polyscope vous propose un nouveau projet à caractère expérimental s’étendant sur une période d’un an, mais qui peut varier selon la volonté et les capacités de l‘étudiant. Voici son énoncé.

Mise en contexte

La charge de travail et la difficulté des examens à Polytechnique Montréal sont reconnues comme étant supérieures à plusieurs autres écoles de génie. Donc, en comparaison à d’autres universités, les élèves sont parfois davantage sollicités au niveau des études. Nous considérons donc offrir une opportunité incomparable à nos étudiants d’acquérir de meilleures méthodes d’études et une meilleure éthique de travail. Par contre, nous comprenons que tout élève a ses limites et nous sommes tout-à-fait conscient que la charge de travail peut parfois être excédentaire, c’est pourquoi, pour éviter le syndrome d’insuffisance de sommeil, nous avons décidé de mener un projet d’avant-garde ciblant les cycles de sommeil de nos étudiants. Ce projet s’adresse à tout étudiant désirant optimiser ses heures d’études, surtout dans le cadre de la période d’intra.

Le projet est basé sur le concept de sommeil polyphasique, ou, si vous voulez, sur les « power naps ». Mais voici la littérature concernant le sommeil pour que vous soyez à même de comprendre la raison de ce projet.

Littérature

Le sommeil ne permet pas seulement le repos physique et physiologique, mais est également un état second caractérisé par des modifications physiologiques telles que les sécrétions hormonales, le rythme respiratoire et cardiaque, etc. Il est toutefois à noter que la période de sommeil nécessaire est variable pour chaque individu : 7-8 heures pour la population en général, mais un faible pourcentage ne nécessite que 5-6 heures, alors qu’une faible proportion ne peuvent dormir moins de 9-10 heures pour être frais et dispos le lendemain. Cette période est influencée par l’âge de l’individu, tout comme par ses gènes.

Le sommeil est vital à tout individu, ainsi, l’insuffisance de sommeil peut amener de fâcheuses conséquences, dont la somnolence, la fatigue, l’irritabilité, les fautes d’inattention, l’incrémentation du stress, du temps de réaction latent, et le pire pour les étudiants, des manques de concentration et des pertes de mémoire. En considérant ces conséquences, on peut facilement comprendre qu’un manque de sommeil peut possiblement mener à des difficultés académiques, des accidents, des sautes d’humeur et des problèmes relationnels. Si cette insuffisance persiste après quelques jours, le système immunitaire peut être affecté tout comme le métabolisme, mais plus gravement, il peut entraîner la dépression.

Tout comme les militaires sont parfois menés à l’utiliser, nous vous proposons d’expérimenter le sommeil polyphasique. Comme son nom l’indique, on remplace une période de sommeil unique en plusieurs courtes périodes.

Avantages

L’avantage le plus manifeste du sommeil polyphasique est un gain de plusieurs heures actives en comparaison au sommeil uni ou biphasique. De plus, lorsque la période d’adaptation est passée, la capacité à s’endormir rapidement a été démontrée comme grandement accrue. Dans le cas qui nous préoccupe, le temps excédentaire peut être utilisé à des fins d’études.

Inconvénients:

Il est important de comprendre que dépendamment du type de sommeil polymorphique (Tableau 1), une adaptation est nécessaire; il faut considérer ses cours et son empoi du temps avant d’implanter ce type de sommeil. Il est toutefois à noter que ce sommeil demande une constance: il faut s’adapter à ce type de mode de vie ainsi qu’à ce type de sommeil, mais il faut aussi être régulier. Ainsi, il est risqué de vouloir implanter cette adaptation à notre corps pour une courte durée de temps. Ainsi, cette étude permettra d’ajouter à la littérature existante tout en permettant de découvrir la méthode la plus efficace pour implanter ce type de sommeil auprès des étudiants, considérant leur environnement socioculturel.

Méthode

Pour pouvoir bien cerner vos besoins en termes de type de sommeil, le chargé de projet concerné sera à votre disposition pour vous aider à trouver la variante la plus adéquate. De plus, considérant que cette étude est pionnière, toute addition de variantes est possible si justifications.

Il y a plusieurs façons de suivre le sommeil polyphasique, et voici un tableau en résumant les différentes variantes.

Le projet consiste donc à expérimenter le sommeil polyphasique pour optimiser votre temps d’études. Nous vous laissons le choix de la méthode utilisée, mais nous vous conseillons fortement d’aller voir notre chargé de projet qui possède les instruments nécessaires pour un bon diagnostic de la méthode à utiliser, il possède par exemple, un polysomnographe. Nous vous demanderons de remplir un formulaire, ainsi, un rapport hebdomadaire permettra un suivi constant de votre adaptation et de vos impressions quant à la méthode utilisée.

Il est toutefois à noter que le temps excédentaire que vous posséderez devrait être presque exclusivement dédié à vos études. Nous vous référons donc au site Moodle, à la section «Ateliers de développement des habiletés d’apprentissage» qui vous permettront d’utiliser votre temps plus efficacement en combinaison avec l’utilisation d’une des variantes du sommeil polyphasique. Il serait également suggéré, pour les étudiants prompts à se détourner facilement de leurs études, de trouver les sources de ces détournmements pour ainsi mieux distribuer leur heures actives.

Puisque nous désirons encourager les étudiants à optimiser leur temps, si cette méthode est trop demandante, voici quelques conseils qui pourraient vous aider à diminuer votre période de repos. Premièrement, le fait de se réserver quotidiennement une période d’exercice de 15 minutes permet de se débarrasser de la fatigue accumulée durant la journée et donc, peut possiblement diminuer la période de sommeil d’une heure à une heure et demie. De plus, l’oxygénation de la pièce où vous dormez est un important facteur à un bon sommeil. Il est également conseillé d’éviter de se nourrir avant d’aller dormir. Pour une utilisation plus efficace de votre temps, la paresse matinale est prohibée; levez-vous dès que vous vous réveillez. Finalement, pour les plus résistants, les douches froides peuvent également aider à s’endormir plus rapidement.

Sachez que ce projet recherche des partenaires académiques et est en pourparlers avec certaines hôpitaux de Montréal et universités affiliées. Ce projet est basé sur plusieurs études entreprises par différents organismes dont la NASA et les Forces Armées Américaines.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.