Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Natation : L’UdeM accueille cette semaine les meilleurs nageurs universitaires au pays

Natation : L’UdeM accueille cette semaine les meilleurs nageurs universitaires au pays

Pour la première fois depuis 1992, l’Université de Montréal est l’hôte du championnat de natation de Sport interuniversitaire canadien (SIC). De jeudi à samedi, 23 au 25 février, la plus importante compétition de natation par équipe au pays regroupera 334 nageurs représentants 28 différentes universités à la piscine du CEPSUM. Un bon nombre d’entre eux tenteront leur chance aux prochains essais olympiques.

La principale tête d’affiche risque fort d’être Martha McCabe, des Thunderbirds de UBC, elle qui a gagné une médaille de bronze au 200m brasse aux derniers championnats mondiaux de la FINA à Shanghai à l’été 2011. De plus, elle a été sacrée nageuse de l’année par Natation Canada en 2011.

Les Dinos de Calgary tenteront de balayer les bannières par équipe pour une troisième saison consécutive dans une compétition qui s’annonce déjà comme la plus serrée des dernières années.

L’événement le plus spectaculaire du milieu de la natation.

La natation étant une discipline essentiellement individuelle, cette compétition par équipe revêt un caractère très particulier. En plus de développer des stratégies afin d’aller chercher un maximum de points au classement cumulatif, les différentes équipes ont recours à une panoplie de moyens pour encourager leurs nageurs.

« À cause de la dimension par équipe, le championnat canadien universitaire est reconnu comme l’événement le plus spectaculaire de l’année dans le milieu de la natation, explique Alain Lefebvre, coordonnateur du sport d’excellence – haute performance, à l’UdeM. Les athlètes sont hyper créatifs dans leurs façons d’encourager leurs coéquipiers et c’est ce qui rend ce rendez-vous si intéressant à voir sur place », ajoute celui qui a travaillé dans le monde de la natation durant plus de 40 ans, dont 10 comme directeur technique à la Fédération de natation du Québec.

Au CEPSUM pour la première fois depuis 1992

« Nous possédons d’excellentes installations pour ce type de compétition, dont une piscine rénovée il y a trois ans et qui est reconnue pour être très rapide, affirme quant à elle Manon Simard, directrice des programmes sportifs à l’UdeM. Il y a aussi un petit quelque chose de magique à recevoir des nageurs qui sont en préparation pour les essais olympiques et qui représentent la relève canadienne en natation », ajoute l’ancienne nageuse de l’équipe nationale.

Rappelons que les essais olympiques de l’équipe canadienne auront lieu du 27 mars au 1er avril à la piscine du Parc olympique, la même qui avait servi lors des Jeux olympiques de 1976 à Montréal.

La dernière présentation du championnat de natation de SIC au CEPSUM remonte à 1992, une époque où Simard avait d’ailleurs remporté cinq médailles alors qu’elle portait le maillot des Carabins dirigés par Lefebvre.

« Depuis la relance du sport d’excellence à l’UdeM en 1995, l’organisation des Carabins ne cessent de progresser et la tenue de cette compétition nationale occupe une place de choix dans notre grand livre d’histoire », dit-elle.

L’UdeM sera représentée par 11 nageurs qui se sont qualifiés pour l’événement. Le plus à surveiller devrait être Frédéric Le Blanc (Génie civil (Polytechnique), lui qui était monté sur la troisième marche du podium au 200m brasse l’an dernier.

Quelques invités de marque

Les partisans qui assisteront au championnat sur place auront l’occasion de croiser quelques personnalités du milieu de la natation, dont l’ancien olympien Yannick Lupien qui assurera les entrevues autour de la piscine ainsi que Pierre Lafontaine, directeur général et entraîneur-chef à Natation Canada.

À chaque jour les préliminaires débuteront à 10h et les finales à 18h. Les billets des finales seront en vente à l’entrée de la piscine au coût de 5$ pour les étudiants et de 10$ pour les adultes. Des passes donnant accès aux trois jours de compétition seront aussi disponibles. De plus, toutes les courses seront retransmises en direct sur le site web de SSN Canada (www.ssncanada.ca).




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

On a eu chaud malgré le froid

23 octobre 2003

Par un froid de canard où le temps était plus au café qu'à la bière, près de 3500 spectateurs se sont présentés au CEPSUM pour la partie entre les Carabins et les Mounties de l'université Mount Allison en Nouvelle-Écosse. L'adversaire a, avant le match, une fiche peu reluisante de 0-6, pas grand chose pour faire peur aux Bleus. Le match commence tout de même très lentement, même de façon ennuyante pour la foule. La...

La fuite du rapport Duschesneau

23 septembre 2011

Dans cet éditorial, le Polyscope fait le bilan des évènements qui ont suivi la publication du rapport du SPVM sur la collusion dans l’industrie de la construction québécoise. Le 15 septembre, la journée de la publication du rapport, le Polyscope a rencontré Pauline Marois, la chef de l’opposition officielle, pour recueillir ses réactions par rapport à la publication. Voir l’entrevue complète en page 7. Tout le monde le soupçonnait depuis longtemps mais personne n’en avait...

Les documentaires que vous auriez manqués

27 janvier 2012

Par Margaux Meyssonnier et Marie Leray PolySphère vous propose trois films documentaires à l’occasion de la semaine de l’environnement. C’est le moment de découvrir des sujets importants à travers des films qui dénoncent et mettent en évidence les dérives environnementales actuelles. Après le succès du Monde selon Monsanto, Marie-Monique Robin s’attaque aux produits chimiques qui contaminent notre nourriture avec son nouveau film Notre poison quotidien. Un documentaire qui va nous faire repenser notre façon...