Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Conseils pour survivre à la Saint-Valentin

Soyons réalistes, pourquoi aimons-nous les fêtes? Prenons Noël. Certains plus cyniques (ou matérialistes) diront pour les cadeaux, certains plus traditionnalistes diront pour être entourés des membres de leur famille, certains autres diront (avec raison) pour les vacances, ou encore pour la nourriture : les tourtières, les pâtés, bûches et desserts. Maintenant, penchons-nous sur l’Halloween: eh bien, pour les bonbons, et ce à n’importe quel âge! Et Pâques? Pour fêter la naissance d’un certain messie et là encore, pour se gaver de chocolats. Et la Saint-Valentin? Là encore, la fête ne fait pas exception, gâteries et chocolats à profusion, mais la mauvaise nouvelle avec cette fête, c’est que ce ne sont pas tous qui ont la chance, ou malchance, de recevoir de ces délicieuses sucreries.

Eh oui, la Saint-Valentin, telle qu’on la voit maintenant, est une fête qui est célébrée par certains et exécrée par d’autres, car elle ne célèbre pas l’amour universel, mais bien la célébration de la vie de couple, de l’amour entre partenaires de vie, de la dépendance affective de l’un pour l’autre et de l’autre pour lui, de l’adoration des moments passés l’un avec l’autre… Il est donc assez évident que cette célébration de l’amour exclue certaines personnes, la pire des conséquences étant bien sûr le fait que ces personnes ne soient pas assurées de recevoir leur dû en matière de chocolats et de sucreries. Soyez ainsi béni de lire cet article, car il a pour objectif de faire en sorte que vous, mortels déprimés, renversiez votre condamnation à passer une nouvelle Saint-Valentin seul, abandonné. Mais aussi pour vous, mortels, heureux en couple, pour que votre relation amoureuse s’épanouisse pour le jour de la Saint-Valentin. Vous êtes donc des privilégiés si vous vous apprêtez à lire cet article ce vendredi, jour de parution, car vous avez ainsi cinq jours pour vous préparer avant la date péremptoire. Soyez donc heureux, amis polytechniciens, pour les informations que vous vous apprêtez à recevoir.

Pour ceux qui sont en couple

-Il y a un point à bien comprendre, nous sommes tous étudiants et tous les génies ont leur part de difficultés, et surtout d’examens. Puisque la Saint-Valentin tombe un jour de semaine, et bien Roméo (ou Juliette) n’aura peut-être pas la possibilité de vous sortir le soir venu. Retour à la réalité où le sol de la chambre n’est pas couvert de pétales de roses : la vie étudiante n’est pas toujours plaisante.

-Pour celles qui ont la chance de célébrer la Saint-Valentin, et bien justement, cette fête est une célébration et non une responsabilité, donc ne vous surprenez pas si votre âme sœur n’a pas rien organisé pour l’événement, votre compagnie seule lui suffit; profitez simplement de la soirée.

-Hommes et femmes confondus, cuisinez pour l’être cher au risque de rater votre recette, cela aura l’air encore plus mignon, car vous semblerez avoir fait un effort de plus pour l’être cher.

-Ce n’est pas la bonne journée pour se plaindre de sa prise de poids ou du nombre de boutons qui envahissent votre visage angélique, sachez attendre le lendemain de la Saint-Valentin pour vous plaindre (ou peu importe l’expression que vous employez pour désigner ce que vous faites). Ce n’est pas non plus la bonne journée pour planifier une soirée à la Cage aux Sports, malgré une partie des Canadiens (vu leur performance cette saison, il n’y a pas grand-chose de perdu).

-Ce n’est peut-être pas le meilleur moment pour dire pour la première fois «Je t’aime », pensez-y bien, vous pourriez venir à le regretter le lendemain.

Pour ceux qui sont seuls

-Eh bien, soyez bien conscients que plusieurs d’entre vous sont tristes/désespérés/dépressifs de ne pas être en relation, donc conseil d’ami, c’est le temps de sortir vos griffes de cougar pour appâter la proie (remarquez que cette remarque est unisexe). Sortez au pub de la Poly, enrôlez-vous dans un programme de bénévolat, dépensez-votre argent dans des cafés étudiants, allez dans des bars de karaoké, mentez sur vos capacités à jouer au billard ou aux quilles… Les occasions sont multiples, mais gare après la Saint-Valentin.

-Pour ceux qui espèrent qu’une de leur relation amicale se développe avant le jour fatidique, eh bien, forcez la chance et faites comme si vous étiez la veille du jour de l’an, mais à la fin des classes et le 14 février… ça pourrait fonctionner.

-Les filles, faites-vous faire un chandail avec le séduisant message : « Je ne te connais pas encore, mais j’attends le prochain pub pour t’offrir une bière ». Pour les gars, le message: « Je ne te connais pas encore, mais je n’attends qu’à mettre mon bras autour de ta taille ». On pourrait aussi rajouter «au prochain pub» au dernier message, mais je laisse ça à votre discrétion.

-Ce n’est pas le moment de prouver votre supériorité intellectuelle comme arme de séduction massive, ça ne fonctionnera pas, du genre : «Ça a été difficile pour moi de commencer à sortir, car j’ai dû apprendre à accepter que la plupart des gens avec qui je sors ne seront jamais aussi brillants que moi». Ingénieurs, dormez.

Conseil du Polyscope :

-Vérifier les allergies (et ça, c’est probablement le seul bon conseil de cet article).

-Si elle vous dit qu’elle n’aime pas le chocolat, elle vous ment ou elle n’a pas d’âme.

-Si vous avez des opinions politiquement incorrectes, c’est la bonne journée pour vous vider le cœur, peut-être que quelqu’un appréciera votre sincérité.

-Dites à votre amoureux que vous ne célébrez pas la Saint-Valentin, car c’est une fête trop matérialiste et qui a pour objectif de contribuer à la consommation abusive. Puis, achetez un présent à votre partenaire, mais ayez l’air surpris (et surtout outré) lorsqu’il/elle n’a aucun cadeau pour vous.

-Demandez la femme ou l’homme de votre vie en mariage et espérez que vous serez safe pour la prochaine Saint-Valentin.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

ISF : Des profils différents, une mission unique

16 septembre 2011

En tant qu’ingénieurs ou futurs ingénieurs nous sommes tous habités par une même mission principale : développer des solutions techniques pour répondre aux problèmes et aux besoins de notre société et ceci tout en saisissant l’impact de nos solutions à tous les niveaux qu’il soit humain, économique, social, culturel ou encore institutionnel. En plus de cette mission, l’ingénieur au Québec a également un certain nombre de devoirs et d’obligations envers les clients et notre...

I AM chez les « 450 »

7 octobre 2011

Wo yooooo, wo yo yo yo» à tout ceux qui aiment le rap français, qui gardent une écharpe «Allez Marseille» en secret, À tout ceux qui « au début des années 80 Se souviennent des soirées Où l’ambiance était chaude Et les mecs rentraient» Enfin à tout ceux qui liront cet article musical et frais C’est hier soir sur le concert d’I AM que nous nous sommes déchainés. Ils font kiffer les nanas, les...

Donne-moi ta bouche

11 février 2008

− Ça ne te tenterait pas d’écrire quelque chose pour la St-Valentin? − Euh, comment te dire… non, pas vraiment. Et me voilà entrain d’écrire ces quelques lignes. Il me semble que cela résume pas mal ce que représente la St-Valentin, du moins pour plusieurs. Suffit qu’une demoiselle avec un joli décolleté te demande la lune pour qu’on aille lui décrocher, la queue entre les deux pattes. Tout ça dans le but avoué (ou...