Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Une nouvelle maison pour les Montréalais

Le 19 Octobre dernier, nous avons réussi à avoir une place très prisée pour la visite de la Maison du Développement Durable (MDD) au 50, rue Sainte-Catherine Ouest, angle Clark. Si vous trouvez le restaurant Commensal à cet endroit, ne cherchez pas plus loin, vous y êtes ! Les locaux sont en effet utilisés par ce restaurant et diverses entreprises et associations à vocation éthique et durable comme Équiterre, les initiateurs de cette visite, ou Amnistie Internationale.

En entrant dans la MDD, on se sent bien. C’est grand, lumineux, coloré, enfin bref on s’y sent bien quoi. La visite commence sur le toit vert. Il est recouvert d’une pelouse qui a pour fonction d’isoler thermiquement le bâtiment, de drainer la pluie et la neige de façon plus efficace qu’un toit conventionnel, de réduire la formation d’îlots de chaleur dans la ville et surtout de profiter de la vue sur la place des Arts.

Notre guide nous emmène ensuite dans la salle d’air. Cette salle remplie de machines contrôle la ventilation dans la MDD : une chambre accueille l’air froid qui sera réchauffé par l’air chaud usagé puis cet air réchauffé est injecté dans le circuit de ventilation par un système de clapets.

La prochaine pièce visitée est un bureau type qui bénéficie d’un système de chauffage par le sol, système révolutionnaire qui prend en compte le principe suivant : l’air chaud monte ! Pour éviter les pertes de chaleur, une fois notre bureau bien chauffé, la BMW de la fenêtre a été choisie : triple vitrage séparé par du gaz argon avec cadre de fenêtre en néoprène. Des essais de pertes de chaleur ont démontré que l’air pouvait également s’échapper par les prises murales : celles-ci sont donc installées au sol, comme certaines dans notre bibliothèque. Le confort est lui aussi remarquable. Ventilation très silencieuse, moquette, grandes fenêtres, régulation manuelle du débit d’air, bref tout pour bien travailler.

Nous atterrissons ensuite dans la cuisine collective. Premier fait notable, les chaises sont extrêmement confortables. De plus, le sol est en béton poli constitué de 30% de cendres ce qui réduit la proportion de ciment dans le béton et permet un nettoyage uniquement à l’eau, sans ajout de produits nettoyants. Le plan de travail est, quant à lui, en verre recyclé et les menuiseries réalisées par une entreprise de réinsertion sociale avec du bois à la norme FSC.

On nous propose à présent d’aller visiter la salle d’eau qui contient encore plein de machines, mais cette fois pour la géothermie. Pour y aller, on passe par le couloir principal, qui lui, vaut le détour.

En effet, on y trouve un mur végétal qui recouvre toute la hauteur du bâtiment et dont la fonction, en plus de l’esthétisme, est de filtrer et purifier l’air au point où notre guide nous affirme que l’air à l’intérieur de la MDD est meilleur qu’à l’extérieur. La peinture contribue elle aussi à la qualité de l’air, car elle ne contient pas de COV (Composés Organiques Volatils). Les plantes du mur végétal sont inondées par la lumière d’une immense baie vitrée dont la luminosité est modulée par des volets roulants automatiques. Enfin, tout le bâtiment est équipé de détecteurs de présence pour économiser les lumières.

La MDD tient un rôle éducatif. Elle abrite deux dalles de béton expérimentales à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment pour les étudiants de l’ETS, une future matériauthèque qui exposera des matériaux de construction durables et des salles de conférences.

Ce beau projet de développement durable sera complètement reconnu lorsqu’il aura atteint son objectif qui est le plus haut niveau de certification pour les nouveaux bâtiments, soit LEED Canada-NC 1.0 Platine.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+