Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Poly sans eau embouteillée

En tant que produit transformé, la bouteille d’eau en est un des plus pointés du doigt pour son impact sur l’environnement, mais surtout pour le paradoxe qu’elle apporte. Sa production possède un coût environnemental incroyable, et ce, sur tout son cycle de vie : production de plastique, transport, vente et «recyclage», mais souvent enfouissement.

Quoi de plus ridicule que de payer 5$/L et contribuer à polluer, alors qu’on a actuellement accès à un produit équivalent (ou meilleur), gratuit (payé collectivement), local et directement connecté à chacune de nos demeures!?!? Comment les grandes entreprises de boissons (PepsiCo, Nestle, etc.) ont réussi à nous convaincre d’acheter de l’eau embouteillée issu du réseau d’aqueduc public que nous avons d’ailleurs financé? Vous trouverez la réponse dans un court vidéo, ma foi, des plus pertinents : « Story of bottled water » qui fait partie de la lignée « Story of Stuff » que vous connaissez peut-être déjà (www.storyofstuff.org). Aussi, un épisode de la télésérie « Les Bougons » illustre très bien, avec un sarcasme évident, comment l’eau du robinet est en fait une source de richesse incroyable (http://www.youtube.com/watch?v=9bf2I5kmmHM). Ce qui est aussi important de retenir, c’est que, même recyclée, consommer de l’eau embouteillée est incroyablement plus polluant que celle du robinet.

Pour passer de la parole aux actes, PolySphère et l’École Polytechnique travaillent à retirer définitivement les bouteilles d’eau de Poly. La tâche n’est pas mince, car les abreuvoirs du pavillon principal, entre autres, sont peu nombreux (presque cachés) et peu invitants, disons-nous le. Or, pour encourager les étudiants et employés à les utiliser, le SDI aménage de nouvelles installations servant à faciliter le remplissage de gourdes. Peut-être avez-vous déjà remarqué que les abreuvoirs au 6e étage du pavillon Lassonde et au 2e étage du pavillon principal sont déjà équipés depuis quelques semaines.

En terme de compétition interuniversitaire (parce qu’on aime ça être les meilleurs à Poly) sachez que le campus de Sherbrooke est « bouteille d’eau free » depuis le 5 mai dernier! Même que plusieurs cégeps et cafés étudiants se sont aussi déjà affranchis de ce marché ridicule et polluant! En attendant la journée sans eaux embouteillés, le 10 mars, soyez fiers de vous promener avec une gourde ou un thermos à café (qui garde fraîche votre eau gratuite!), plutôt que d’acheter ces sales bouteilles de plastique, recyclées une fois sur deux! Parce que ça aussi, c’est de l’optimisation!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Poly criminalise le temps partiel

23 janvier 2018

[NDLA] L'article 6.2.2 du \"Règlement des études du premier cycle\" (\"Règlements des études du baccalauréat en ingénierie\") qui restreint sévèrement les études à temps partiel chez les étudiants au baccalauréat remonte à au moins 2002, d'après les archives publiées sur...

Échange à l’international = valeur ajoutée au CV

29 octobre 2010

C’est devant plus d’une cinquantaine de participants que se déroulait mardi 28 octobre dernier la soirée conférence du service aux étudiants, avec un panel de conférenciers des plus pertinents. Le but de cette rencontre, convaincre les derniers indécis du tournant majeur que prendra leur cheminement après une expérience d’étude à l’étranger, et rassurer les polytechniciens post-échange quant aux opportunités qui s’offriront à eux par la suite. Pour cela, cinq conférenciers furent présents, tous ayant...

Les documentaires que vous auriez manqués

27 janvier 2012

Par Margaux Meyssonnier et Marie Leray PolySphère vous propose trois films documentaires à l’occasion de la semaine de l’environnement. C’est le moment de découvrir des sujets importants à travers des films qui dénoncent et mettent en évidence les dérives environnementales actuelles. Après le succès du Monde selon Monsanto, Marie-Monique Robin s’attaque aux produits chimiques qui contaminent notre nourriture avec son nouveau film Notre poison quotidien. Un documentaire qui va nous faire repenser notre façon...