Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Retour sur le festival du nouveau cinéma

Y’a pire ailleurs

Très simple dans le concept, mais vraiment très riche en émotions, plein de fraîcheur ! J’ai énormément ri (beaucoup de situations comiques, comme dans la vie). C’est un joli petit film, avec des personnages qui ne sont pas fictifs, mais des individus réels (on adore le papy rêveur qui reste optimiste). On ressort de la salle avec un grand sourire sur les lèvres et le coeur léger. C’est merveilleux !

Un concentré de petits bonheurs, d’émotions et de simplicité. Loin d’une production hollywoodienne, ce «film» montre des tranches de vies de personnalités du village de Najac en Aveyron. La beauté des paysages séduit les yeux, la simplicité des personnages séduit les coeurs et leur vie simple et compliquée à la fois réveille nos racines.

Notre jour viendra

Mon opinion sur ce film est partagée. D’un côté, les acteurs sont très bons et la mise en scène de la première heure est brillante et l’idée de base de faire un film sur une fragilité humaine, une sorte de fêlure, est excellente. Puis, vient la dernière partie du film, qui est, à mon goût, bâclée. Une seconde partie plus ambitieuse aurait pu faire un grand film, mais en l’état, ça manque un peu de consistance.

Après une rencontre avec le réalisateur du film, j’arrive à mieux cerner l’essence même du film. Il se dit lui-même perdu et ne trouve pas particulièrement un sens à son oeuvre. Très connu pour faire des capsules vidéos sur Internet, Romain Gavras, se met en danger. Il est encore jeune et il lui faudra quelques années afin de pouvoir réaliser une oeuvre de très haute qualité

Tomboy

Ce film est une petite merveille et une excellente surprise. Réalisé par Cécile Sciamma, on y voit très clairement nos premiers émois amoureux et la découverte de la sexualité.

Surprenent et émouvant, de la première minute à la dernière. La petite Zoé tient son rôle de façon tout à fait naturelle, on y croit, on ne se l’avoue pas, elle nous épate.

Ce film est simplement beau, simple et juste. Un regard attachant et loin d’être simpliste sur une tranche de vie.

Assassin’s Creed : Embers

Difficile de critiquer à la base un produit de la marque Assassin’s Creed. Il est la suite du second Assassin’s Creed, opus dans le panthéon du jeu vidéo. Dans cette vidéo on peut voir les dernières heures d’Ezio, et le message qu’il a voulu transmettre.

C’est dommage que l’oeuvre ne dure pas plus de vingt minutes, le support cinématographique n’est (à mon goût) pas utilisé au maximum. Cependant, je pense que c’est une nouvelle victoire pour les créateurs de jeux vidéos, car ils sont de plus en plus à l’aise pour ces créations.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.