Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

3D SEX AND ZEN: EXTREME ECSTASY

Le lettré Wei Yangsheng rencontre la belle Tie et l’épouse. Incapable de la satisfaire sexuellement, il part au «Pavillon des plaisirs ultimes», là où habitent le Prince de Ning et son armée de voraces nymphomanes. Cet individu fourbe réalise que le pénis de Wei est trop petit. Il le convainc de se faire greffer une bite d’âne. Les problèmes commencent…

Ce, plus ou moins, premier vrai film de cul 3D en a surpris beaucoup, récemment. Revisitant la très sympathique franchise des SEX AND ZEN (trois films dans les années 1990), il a battu tous les records cette année à Hong Kong (dépassant Avatar, question record de box-office de premier week-end). Des transports de bus étaient même organisés pour amener les spectateurs de Chine continentale voir le film du côté de Hong Kong, puisque banni sur le reste du territoire. Une vraie comédie paillarde qui dérape vers le sadisme et la cruauté pour un pur film d’exploitation comme on n’en voit plus. Notons aussi une 3D démonstrative efficace et tout plein de belles Japonaises dénudées (aucune actrice chinoise n’ayant été assez «ouverte «, outre la plantureuse Vonnie Lui) qui frétilleront de façon ô combien proche. Allez, on s’amuse… – Julien Fonfrède

Pour le polyscope : Du sexe, de la 3D, c’est évident qu’il faut voir ce film !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.