Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

EduPortfolio : pourquoi nous compliquer la vie?

Aperçu article EduPortfolio : pourquoi nous compliquer la vie?
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Logo Eduportfolio.org

Les étudiants au bacc. de l’École Polytechnique de Montréal doivent, au cours de leur parcours universitaire, faire usage d’une interface web qui s’appelle EduPortfolio.org afin de construire leur portfolio numérique. Cette dernière est au minimum utilisée pour faire état de leurs apprentissages et de leurs évaluations en communication écrite et orale.

Définition rapide d’un portfolio numérique

Qu’est-ce qu’un portfolio numérique? C’est un document numérique (page web) regroupant des pièces qui rendent compte des apprentissages et des réflexions de l’étudiant au cours de sa vie, afin de donner un portrait de ses compétences. Le rôle d’un portfolio est de donner à l’étudiant un rôle actif sur ses apprentissages et sur ses réflexions, ainsi que de favoriser une collaboration avec les enseignants lors du cheminement.

De la théorie à la pratique

Ayant étudié un an et demi à Polytechnique, voici mes observations concernant le portfolio qu’on utilise.

Au cours de la première année, les étudiants sont convoqués notamment pour se faire expliquer qu’ils auront à remplir un portfolio numérique via le site web EduPortfolio.org. Comme le dit si bien le proverbe « les paroles s’envolent, les écrits restent », je songe à l’utiliser au sens littéral pour continuer mon explication. Je ne me souviens pas très bien de ce qu’on a dit aux étudiants concernant les bénéfices d’utiliser EduPortfolio ou les bénéfices de se construire un portfolio numérique en général tout au long de la vie ou de la carrière d’ingénieur. Mais plus encore, les diapositives que les étudiants ont obtenues ne font aucune mention sur son rôle au-delà de rapporter leurs apprentissages linguistiques durant leur baccalauréat. Rien n’empêche de l’utiliser, mais j’ose avancer que rares sont ceux qui le trouvent utile ou bénéfique après leur diplôme entre les doigts, pour se vendre à un employeur à coup sûr. En effet, la norme de se vendre à un employeur en tant que chercheur d’emploi demeure en grande partie l’utilisation du curriculum vitae et, dans l’ère numérique où nous sommes, le site web LinkedIn, pas un portfolio numérique! (Du moins, rien ne montre un changement de tendance jusqu’à présent.)

L’erreur d’EduPortfolio

L’École Polytechnique de Montréal, voulant que les étudiants cheminent dans leurs apprentissages linguistiques à l’aide d’un portfolio numérique, a choisi un site Web : EduPortfolio.org. Ce dernier serait le résultat d’une collaboration avec des organismes notamment la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et de la communication en éducation, le Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) et l’Université de Montréal. Le problème n’est pas là. Il faut revenir au côté pratique.

Forcé d’utiliser ce site web, la convivialité de l’interface est une vraie plaie quand vient le moment de gérer le contenu de notre portfolio. Il y a du drag-and-drop dans une page qui n’entre même pas dans l’écran d’ordinateur, d’où l’obligation d’attendre le défilement de la page, tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé. De plus, c’est une plaie autrement plus douloureuse que d’avoir très peu de marge de manœuvre pour glisser des items dans un rectangle ou dans un sous-rectangle, faisant office de catégorie et de sous-catégorie, du premier coup et dans un temps record. Il faut carrément être une machine pour manœuvrer le drag-and-drop efficacement.

Enfin, la page de présentation du portfolio, dont le design nous est imposé par le personnel enseignant, exige absolument des menus déroulants, dans lesquels il y a d’autres menus déroulants pour enfin atteindre le document désiré. Plus précisément, il faut dérouler manuellement, avec plusieurs clics de souris, les titres, les sous-titres et les les sous-sous-titres des catégories. Donc, trois fois pour enfin atteindre le document désiré depuis la page de présentation. Aucun bouton pour les dérouler tous en un clic. Méchante récursion! Ne serait-ce pas plus simple d’enlever cette fonction de déroulage pour mieux présenter un affichage complet et direct de tous les titres et sous-titres, à la manière d’une table des matières?

Enfin, même si le portfolio numérique est une bonne idée, sa concrétisation (son implantation, dans le jargon informatique) n’est pas aussi bonne. Une bonne idée n’est pas garante de qualité. Tant qu’à faire, reprenons donc à Moodle pour déposer nos documents.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.