Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Correction de la vue au laser

La réfraction est un phénomène physique qui permet la déviation d’une onde lorsque celle-ci passe d’un milieu à un autre. Dans le cas présent, la cornée agit comme agent réfracteur principal (80%) du milieu extérieur (air, eau) à l’intérieur de l’œil. Le laser corrige la vision de personnes touchées par la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme, mais les techniques les plus courantes ne corrigent ni les cataractes, ni la presbytie.

Chirurgies possibles

Il existe plusieurs types de chirurgies au laser, mais les deux principales sont le LASIK et le PRK. La première est un acronyme pour Laser-assisted in situ keratomileusis. Cela équivaut à dire que c’est une chirurgie au laser utilisée directement sur le corps (in situ) qui a pour objectif l’amélioration de l’effet réfractif de la cornée (keratomileusis). Cette chirurgie consiste en la découpe d’une mince couche cornéenne, soit par un laser appelé laser femtoseconde ou par un appareil composé d’une lame, appelé microkératome. Il est à noter que cette couche n’est que mise de côté pendant l’opération et reste attachée au reste de la cornée; elle est rabattue à la fin de la chirurgie. Par la suite, dépendamment du trouble de la vision, un laser excimère (qui ablate des cellules en menant à la rupture des liaisons moléculaires) sera utilisé sur la surface cornéenne à découvert. Ainsi, une personne affligée de la myopie verra le laser brûler les cellules excédentaires alors que pour un hypermétrope, le laser créera une une cornée plus courbée. L’autre type de chirurgie est le KPR, l’acronyme pour photokératectomie réfractive, donc l’ablation de cellules cornéennes par utilisation de la lumière (le laser) ayant le même objectif que le LASIK. Donc, cette technique utilise le même modèle que celui-ci, mais demande le grattage de l’épithélium de la cornée et non sa découpe temporaire. Ces deux opérations demandent une anesthésie locale; quelques gouttes sont administrées sur l’œil quelques minutes avant et juste avant la chirurgie. Ceci peut être expliqué par le fait que l’opération est relativement rapide, ne durant que quelques secondes. De plus, le laser peut être pratiqué sur les deux yeux lors d’un même rendez-vous ou sur seul œil à la fois. La raison principale pour laquelle une personne opterait pour le PRK est une épaisseur de la surface cornéenne très mince, puisqu’ainsi, moins de cellules sont ablatées. Il est toutefois à noter que le PKR est plus douloureux et demande une période de récupération plus longue que le LASIK, celui-ci dernière demandant environ trois jours.

Avantages

Ces deux techniques peuvent être considérées comme avantageuses en comparaison au port de lunette ou verre de contact, car elles solutionnent (théoriquement) les anomalies des yeux. De plus, l’amélioration visuelle se fait à l’intérieur de 24 heures. De plus, pour les personnes ayant un trouble de la vue sérieux, le port de lunettes ou verres de contact ne rétablie pas complètement la vue. Finalement, plusieurs sports sont plus facilement praticables, comme le karaté ou le basketball.

Désavantages

La chirurgie peut être risquée et mener à diverses conséquences. En effet, malgré le fait que le laser génère de la chaleur, créant un milieu moins pathogénique, un risque d’infection post-opératoire est toujours possible. De plus, l’inflammation, la sensibilité et la sécheresse de la cornée sont très probables. Plusieurs autres anomalies sont à craindre, malgré leur faible probabilité. Dans certains cas, une deuxième opération est nécessaire. De plus, la presbytie est incontournable autour de l’âge de 40 ans, donc la personne ayant subie la chirurgie devra tout de même porter des lunettes ou verres de contact après cet âge. Aussi, une apparition ou accentuation de halos est à craindre, plus spécifiquement pour les personnes ayant de grandes pupilles. Finalement, ce type de chirurgie est relativement récent, quelques dizaines d’années, donc les effets à très long termes sont encore inconnus.

Expérience personnelle

La théorie est intéressante, mais il est toujours apprécié de connaître l’opinion de quelqu’un qui a subi la chirurgie; j’ai subi le LASIK il y a environ un mois. Plusieurs raisons peuvent expliquer l’utilité du laser. Pour ma part, ma vue était très basse, mes yeux n’étaient pas compatibles aux verres de contact, ma vue se dégradait très rapidement (environ -0.5 à -1 par année) et ma couche cornéenne est très mince due à ma grande myopie. L’opération en tant que telle, n’est pas douloureuse, mais inconfortable puisque pour pouvoir découper la couche cornéenne, une pression non négligeable est appliqué directement sur l’œil. Ainsi une surface plate plus plate est obtenue pour la découpe du volet cornéen. Suite à la chirurgie, considérant la gravité de votre myopie ou hypermétropie, la douleur peut être intense ou faible, elle se manifeste sous forme de picotement, brûlements et pression assidue sur l’œil. Par après, il est essentiel de porter des lunettes fumées à l’intérieur comme à l’extérieur pour environ deux jours. De plus, il est interdit de conduire, lire, regarder la télévision ou l’ordinateur et parcourir de grandes distances durant 24-48 heures. Donc, il est essentiel de planifier une période de repos suivant l’opération. Il est aussi important de comprendre que la vue fluctuera beaucoup durant le premier mois et que plusieurs types de gouttes devront être utilisés à des fréquences différentes pendant plusieurs jours. Dans mon cas, puisque j’ai de grandes pupilles, l’effet de halo s’est tellement accentué qu’il m’est très difficile de conduire la nuit. Par contre, il est vrai (pour la plupart des gens) que la vue commence à s’améliorer dans les premiers 24 heures.

Je ne crois pas que je suis en position de recommander la chirurgie, puisque chacun a ses raisons et chacun réagit différemment à une opération, par contre, je peux dire que je globalement satisfaite de l’avoir subie.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La fin de semaine où je n’ai pas écrit d’éditorial

20 janvier 2012

les débuts de session sont des périodes fourbes. Alors que nous assistons volontiers à nos cours, fringants comme des gazelles et aussi excités que des élus montréalais devant une enveloppe brune, notre motivation s’éteint dès notre retour à la maison, alors que nous tentons de prolonger un peu la décadente paresse des vacances d’hiver. Tout ça pour dire que j’écris ces lignes un mercredi soir avec un retard terrible et que cela est plus...

Meilleur du Web

3 octobre 2008

La chronique techno est maintenant disponible sur le web! Visitez http://comic.polymtl.ca/articles Révélation du Google Phone Après quelques délais, nous avons finalement eu la chance de voir le premier téléphone se servant du système d’exploitation Android de Google. Le téléphone avait le nom de code HTC Dream, mais a été renommé G1, pour se servir de l’avantage commercial de la marque de Google. Il a été révélé lors d’un évènement organisé par T-Mobile, qui sera...

Soirée chaudement épicée

6 octobre 2006

Hein!? Ça a déjà commencé? Effectivement, à 19h25, les Mars Volta avaient entamé leur spectacle, même si le billet disait que le show débutait à la demie… Cependant, je peux m’estimer chanceux d’avoir raté même 5 minutes de ce supplice. Avec leur nouvel album Amputechture comme pièce centrale de leur partie, le groupe laissait prévoir que le nouveau matériel me serait toujours aussi indifférent que les chansons que je me suis forcé d’écouter avant...