Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Culture Gui-iK : Dépendance Technologique

En ce moment, c’est la grande révolution. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais tout autour de vous des gens se promènent avec un téléphone intelligent! Certains opérateurs vous feront même la pub avec ces nouveaux téléphones SUPER intelligents! Cela ne me dérange pas du tout qu’ils en sortent autant! Au contraire, cela permet de diversifier le paysage de nos contacts. On se rapproche

Mais aujourd’hui, en plus d’être indispensable pour le travail, le fait est que d’autres aspects du téléphone sont entièrement axés sur notre vie personnelle via des applications (Facebook, Twitter, et plus), mais aussi sur les loisirs, (les divertissements comme YouTube, les jeux flash…), ce qui lui donne de plus en plus de raison de sortir son téléphone mobile de sa poche.

Pour un simple moment d’ennui ou lorsque l’on ne prend pas part à une discussion qui a lieu autour, et on est vite tenté de prendre notre téléphone. Ainsi, on va immédiatement utiliser son téléphone intelligent, pas forcément pour faire quelque chose de productif, mais tout simplement parce qu’on est las de ce qui est autour.

Si vous aussi, vous avez un téléphone intelligent, un «Smartphone», comme on peut l’entendre, vous avez dû vous rendre compte que vous ou vos amis le regardez plus souvent. Moi-même je le vois. J’ai un téléphone d’une marque canadienne dont je tairai le nom, et je reçois donc tous vos courriels directement sur mon téléphone (ce n’est pas une raison d’en envoyer 1000 quand vous lirez cet article!), mais on se donne rapidement un sentiment de personne occupée. Très rapidement, on se dit qu’il faut répondre, on va sur une application de mémo pour noter la nouvelle tâche que l’on doit se rappeler. Une fois effectuée, on peut passer à un autre mail et ainsi de suite. On se retrouve très rapidement débordé si on joue au jeu un minium. Cependant, le risque est grand puisqu’on se dit que tout est gérable. Un simple coup de clavier, et hop, on se rajoute facilement une tâche à notre emploi du temps.

On rajoute/synchronise également tous nos évènements de la semaine, du mois, nos 5, 7, les journées carrières, le fait d’aller voter pour le referendum de la hausse des frais de scolarité. Bref, un calendrier peut vite se remplir en ayant un minimum d’implication en dehors de l’école. Mais dans ce cas-là, comment faire pour ne pas tomber dans la dépendance téléphonique? Si on est plus facilement joignable, alors les autres vont forcément savoir que vous serez plus apte à répondre à leurs questions.

Par exemple, prenons les individus Lambda et Gamma. Le premier n’a pas de téléphone intelligent, regarde ses mails une fois par jour. En comparaison, l’individu Gamma possède un téléphone intelligent. Vous désirez obtenir la solution d’un devoir la veille de la remise? L’individu Gamma vous répondra plus rapidement.

En Angleterre, un propriétaire de BlackBerry sur trois a la même attitude qu’un alcoolique face à la bouteille….

Il existe également la dépendance créée par les applications de communication. Je regardais cela avec une amie, et on n’avait pas moins de 7 façons de communiquer. Parmi elles, Facebook via le chat et les messages, les mails, les SMS, les appels, les appels via Skype, via Viber et les autres applications comme WhatsApp. Entre « nous», il y a BBm. Je suis sûr que vous avez également vos propres moyens de communication.

Et comme dit facilement joignable, dit difficilement injoignable et volatilisable de la stratosphère numérique. On est trop facilement tenté par les applications qui nous empêchent de nous coucher tranquillement le soir. On se rapproche plus des gens de manière numérique, mais on s’en éloigne de manière physique ou mentale. À la manière de Facebook qui permet juste de poker pour dire à la personne qu’on existe, il suffit d’envoyer un message de salutations et puis ne pas répondre. Et cela devient plus frustrant parce que l’on sait maintenant quand la personne a lu le message.

Mais êtes-vous aussi dans cette situation où, lorsque vous êtes dans une conversion avec une personne, vous passez de l’écriture des courriels, à des SMS, puis à d’autres moyens de communication, et au bout d’un moment, sans raison apparente, tout cela s’arrête. Vous vous demandez ce que fait l’autre, pourquoi il ne répond plus… Personnellement, ça me tue. De plus, j’essaie toujours au maximum de répondre rapidement quand on m’écrit alors s’il-vous-plait, ne me laissez pas attendre devant mon téléphone!

Comment contrôler la dépendance aux téléphones intelligents? Comme toute dépendance, ne pas être capable de contrôler son utilisation crée plusieurs problèmes (surtout avec vos blondes, je suis sûr). Par contre, selon moi, les téléphones intelligents sont beaucoup plus utiles que nuisibles. Que je dise le contraire vous aurait étonné non?

Statisques en Rafales

15% des adolescents ont déjà reçu des photos à caractère sexuel sur leur téléphone.

47% des personnes majeures avouent envoyer/lire des textos en conduisant. Cela a causé 200 000 accidents aux USA.

Chaque seconde 200 000 SMS sont envoyés à travers le monde.

En 2010, le nombre de SMS aurait atteint 6 100 milliards.

En 2009, 4,6 milliards d’abonnements au téléphone portable ont été contractés dans le monde




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.