Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Poly³: Supportons la Hausse!

Par Polycube

Depuis déjà 5 années, le sujet est chaud, le sujet est délicat, le sujet est le théâtre de nombreuses discussions houleuses n’engendrant généralement que discorde et désaccord. Depuis déjà 5 années, un regroupement d’individus est conscient des réels problèmes de ce monde inconscient de la pléiade de problématiques diverses et fondamentales. Certes, la principale problématique dont il est question dans cette nouvelle est celle du pseudo-problème de la hausse des frais de scolarité, et c’est pourquoi notre équipe hautement qualifiée du comité ésotérique de Poly-Cube s’est concentré sur le sujet pour dire à l’étudiant, ordinaire et désinformé par une quelconque association ou regroupement obscur s’objectant de façon délectable à cette approche si innovatrice qu’est celle de charger des prix plus exorbitants à une moyenne sociale en deçà du niveau acceptable de revenu viable, quel chemin de croix s’engagé.

La principale problématique ici soulevée par certaines communautés moins viables à long terme est que cette mesure est contraignante pour des sphères de la société n’ayant pas accès aux ressources nécessaires pour s’assurer une éducation adéquate et qu’ainsi le gouvernement augmenterait l’écart déjà trop grand entre les différentes couches économiques présentes.

Voilà pourquoi, notre comité nommé Poly-Cube, s’est penché de façon consciencieuse sur le problème pour pouvoir donner à cette petite populace, dépourvue d’opinion sensé et basé sur des faits réels et pertinents, une optique plus que raisonnable pour leur permettre de mieux comprendre les raisons qu’ils auraient d’accepter cette nouvelle réalité.

Poly-Cube est un organisme à but non lucratif œuvrant pour un retour à la source de la société pour recentrer les objectifs principaux de l’espèce humaine qui, aux cours des âges, semblent avoir divergé des réelles orientations essentielles et fondamentales de ce monde. Notre vision est d’abord et avant tout dans le but d’œuvrer vers un intérêt absolu d’utilisation optimale des différentes ressources qui nous reviennent de droit de par notre évolution et notre innovation. Il va sans dire que notre organisation croit intrinsèquement que les différentes méthodes utilisées telles que le recyclage, l’économie d’énergie, le protocole de Kyoto, les objectifs du millénaire et autres, sont une aberration même à l’origine de l’espèce et sont tout à fait contraire à toute logique mathématique considérant l’énergie dépensée dans de tels procédés qui sont contre nature en regard avec la théorie évolutive et même avec les croyances du créationnisme. Pour ces raisons, notre comité se bat sans relâche et sans gêne pour remettre sur le droit chemin les différents dirigeants de ce monde en faisant office de conseiller, de leader et même de pionnier dans bon nombre d’institutions pour assurer un contrôle de la pensée collective vers des optiques plus durables et viables que tout cet espoir en boîte saupoudré de rêve d’arc-en-ciel et de lutins absolument grotesque.

De cette optique, nous avons jugé plus que raisonnable de vous indiquer la voie à suivre pour s’harmoniser avec une idéologie plus adéquate quant à ce débat ridicule visant la hausse des frais de scolarité.

Commençons d’abord par décrire les différentes raisons qui feraient, dans un éventuel univers parallèle, de l’augmentation des frais de scolarité une mauvaise idée et qu’il serait préférable, dans cet optique saugrenue et complètement théorique, d’avorter le projet au plus vite. Bien sûr, certaines personnes, persuadées que nous vivons dans un monde de corruption et de mensonges, crieront haut et fort à l’injustice et à l’irresponsabilité de l’acte en mentionnant certaines fabulations telle que l’impossibilité pour certains d’avoir accès au soutien financier nécessaire pour pouvoir s’éduquer de façon convenable. D’autres irons même jusqu’à hurler à l’immondice en prétendant que de telles mesures ne feront rien d’autre que prioriser le portefeuille pour l’acceptation à l’université, au lieu de prioriser l’effort et le rendement.

Il va sans dire que de telles interprétations sont vraisemblablement inventées de toutes pièces et produites directement du fruit des entrailles d’un écrivain de suspense de série B, pièce théâtrale de bas niveau dont on devine, avant même l’entrée en scène du premier comédien, le Deus Ex Machina presque instantanément. Ces allégations toutes aussi grotesques les unes que les autres, se défendent aisément, avec certains faits incontestables.

Dans un premier temps, dire que l’accès aux ressources en sera limité pour certains est abracadabrantesque, car ce n’est un secret pour personne que les banques font office d’excellent soutient financier grâce à leur marge de crédit étudiante. Un moyen excellent de participer activement au roulement financier des banques et de leurs actionnaires est de participer à ces innombrables modes de financement, ces moyens autorisent non seulement l’étudiant à financer ses études, mais aussi à être proactif pour la société en investissant dans le bien-être des individus. N’est-ce pas une façon plus que raisonnable de remercier tous cette pléiade qui finance par ses poches une partie des études de chacun ?

Il est vrai que certaines personnes n’ont pas accès à ces marges de crédit, étant donné le champ d’études qu’ils choisissent, mais n’est-ce pas là une façon de faire égoïste et égocentrique que d’aller dans un domaine qui n’aura aucune répercussion viable et stable sur l’économie ? Ces personnes mal intentionnées à l’égo trop gonflé qui décident d’aller vers un domaine pour le simple plaisir d’apprendre ne sont t’elle pas la source du problème initial ?

Une fois ces personnes, imbues d’elles-mêmes et fermées au bien collectif, rayées du réseau, d’autres semblent croire que cette mesure fera en sorte de prioriser les gens bien nantis. Certes, cette mesure sera plus dispendieuse, certes il faudra avoir des moyens, mais ne croyez-vous pas que cette méthode est plus optimale pour effacer les individus superflus ? Lorsqu’on réfléchit du point de vue de la théorie de l’évolution, n’est-ce pas naturel que les plus forts aient plus d’avantages et réussissent ce qu’ils entreprennent, n’est-ce pas naturel que les faibles disparaissent ? Si nous poussons la réflexion plus profondément, même au point de vue du créationnisme, si certaines personnes sont mieux nanties que d’autres, n’est-ce pas la volonté divine ? Si leur dieu avait voulu qu’ils aient les moyens de poursuivre des études universitaires, ne leur aurait t’il pas donnés ?

Certes, ces questions sont troublantes, mais il est temps d’arrêter de s’enfoncer la tête dans le sable de la pitié et de la compassion pour œuvrer tous ensemble dans un but commun et objectif. Il faut arrêter de dépenser inutilement de l’énergie essentielle au fonctionnement de notre société pour combattre des moulins à vent. Cette bataille déjà perdue nous écarte de nos objectifs ultimes, soient la santé et l’économie, deux sphères qui sont primordiales à toutes populations.

Les faits sont que vous devez accepter comme un cadeau cette hausse projetée par le gouvernement, cette offre n’est que des plus généreuses en vertu de ce que vous leur demandez en retour et en fonction de la générosité de l’ensemble de vos compatriotes.

Cette hausse est infinitésimale lorsqu’on la compare à tous ces caprices inutiles que vous avez enfoncé dans la gorge de la société, que ce soit votre recyclage qui coûte une fortune, votre transport en commun qui doit s’adapter à vos besoin ou encore tout ces aménagements verts qui nécessite un entretien minutieux et un espace sacrifié. Tout cela, sans même avoir mentionné votre désir d’avoir une éducation de haut niveau, des professeurs experts dans leur domaine et une documentation à jour et reflétant la réalité. Dans votre égoïsme vous ne pensez aucunement au bien collectif, aux répercussions économiques de vos demandes et à l’entropie sociale.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

SSC concurrence Bugatti

10 septembre 2010

On a souvent entendu parler du stéréotype du petit scientifique studieux, asexué, plongé dans ses recherches, un peu le stéréotype négatif des sciences pures. Il est fort probable que, tous et chacun, nous connaissions un mec (ou demoiselle, occasionnellement) qui perpétue le stéréotype. Pourtant, on n’a qu’à regarder les différents thèmes de recherche en physique, biologie, anthropologie et j’en passe, pour voir que les chercheurs sont souvent si absorbés par notre sympathique système reproductif...

10 septembre : Un doux désordre

12 septembre 2003

Bon, je vais vous résumer ça brièvement. Je suis partie en stage en France au cours de l'été 2002. Un séjour au cours duquel les Français m’ont vraiment... éprouvée à plusieurs niveaux (et, tout compte fait, je les en remercie). Toujours est-il que je me suis trouvé un exutoire : j’envoyais des e-mails régulièrement à ma famille et amis proches pour leur raconter les aventures rocambolesques de ma vie là-bas. J'ai toujours aimé lire,...

Chronique hebdomadaire de l’AEP

9 septembre 2011

  Voici qu’on entame la 48ième année de l’AEP et la 100 quelqu’ième de vie étudiante. Bref, une année sur une centaine d’année c’est peu de chose (1÷100 = 0,01) mais puisque chaque année compte, il est important pour moi de m’assurer que notre association avance et continue de s’améliorer. Au menu cette année : -Régler la question du permis d’alcool -Hausse des frais de scolarité -Gestion des espaces de l’AEP -Améliorer le service...