Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le point sur le printemps arabe

Par Phililppe Prévost, Étudiant en Sciences politiques à l’Université Concordia

Depuis décembre 2010, des révoltes populaires d’intensité variable ont secouéepresque tous les pays arabes. Les monarchies jordaniennes et marocaines ont opté pour une série de réformes, ce qui a pour le moment apaisé la révolte. D’autres pays, comme la Syrie et le Yémen ont choisie la voie de la répression.

En Tunisie et en Égypte, les manifestants ont réussis à destitué leurs dictateurs de manière pacifique combinée avec des pressions diplomatiques exercées par la communauté internationale. Les opposants Libyens quant à eux ont dû recourir à la force, et la communauté internationale à dû intervenir militairement pour protéger les civils, menacés par le régime.

Tunisie:

Il y a de nombreuses raisons d’être optimiste pour le premier pays de la région à avoir éjecté son despote. D’abord, sa petite superficie et sa population peu nombreuse faciliteront la gestion du pays par un nouveau gouvernement démocratique. De plus, le pays peut compter sur une solide industrie touristique qui reprendra toute sa vigueur sous peu si la stabilité politique est maintenue. Les Tunisiens peuvent également compter sur une diaspora éduquée qui avait fuit le pays sous Ben Ali et qui sera tentée de revenir au pays.

Certains observateurs prévoient la montée des partis islamiques, interdits sous Ben Ali, advenant l’établissement d’élections compétitives. Un parti islamique récolterait probablement un certain nombre de voix, mais étant donné le rôle très marginal – voire nul- qu’ont joués les islamistes radicaux dans la révolution, il se peut qu’ils reçoivent un appui autre que marginal lors d’élections démocratiques, du moins à court terme.

Égypte :

L’Égypte sera le pays à surveiller à cause de sa taille (avec 80 millions d’habitants c’est le plus grand pays du monde arabe) et de sa position géopolitique. L’Égypte se situe au cœur du Moyen-Orient : à cheval entre le Maghreb et le Proche-Orient et voisin entre autres d’un des plus grands pays d’Afrique, le Soudan, et surtout l’Israël. L’Égypte est le seul pays arabe qui a signé un traité de paix avec l’État hébreu.

Pour le moment, l’armée égyptienne qui contrôle de facto le pays depuis la chute de Moubarak a réitéré son soutien envers le traité de paix de 1979. Toutefois, cela n’a pas empêché une foule en colère d’attaquer l’ambassade Israélienne il y a deux semaines pour protester contre la mort de policiers égyptiens à la frontière avec Gaza. De telles protestations auraient été impensable au temps de Moubarak.

L’Égypte est également le pays de naissance des frères musulmans, organisation islamique influente, dont est issu l’actuel présumé numéro 1 d’Al-Qaida, Ayman al-Zawahiri. La menace islamique est donc plus concrète en Égypte qu’elle ne l’est en Tunisie. Cependant, comme en Tunisie, Al-Qaeda et les radicaux islamiques ont joué un rôle marginal dans la révolution.

Il serait donc une erreur de croire que la population embarquera immédiatement dans leur rhétorique. Néanmoins, l’Égypte est le pays dans lequel la transition vers la démocratie est à la fois la plus cruciale et la plus incertaine. Si le feu prend en Égypte, il risque de s’étendre à Israël et d’embraser toute la région.

Libye :

La révolution libyenne se démarque des révolutions voisines car elle a pris la forme d’un conflit armé. Il aura fallu 6 mois aux rebelles libyens pour s’emparer de la capitale, Tripoli, et d’y chasser le Colonel Kadhafi, au pouvoir depuis plus de 40 ans.

La révolution libyenne se démarque également car elle a nécessité une intervention étrangère. En effet, il est difficile d’imaginer que des rebelles simplement armés de kalachnikovs auraient pu faire tomber le régime de Kadhafi sans le soutien aérien de l’OTAN. La France a de plus fourni des armes au Conseil national de transition et il est probable que des forces spéciales françaises et britanniques coordonnent au sol les raids aériens.

L’intervention de l’Otan est-elle justifiée? À mon avis oui, car elle honore la « responsabilité de protéger », concept légal élaboré par l’ONU pour justement éviter des massacres comme celui du Rwanda. De plus, l’intervention s’est fait à la demande du CNT, avec l’approbation du Conseil de sécurité de l’ONU et avec le soutien de plusieurs pays arabes.

Même s’il reste encore quelques bastions pro-Kadhafi et que le colonel lui-même est toujours en fuite, le CNT maintenant reconnu comme le gouvernement légitime en Libye. Lorsque loyalistes auront rendus leurs armes et que Kadhafi sera mort, exilé ou devant le Tribunal pénal international, la Libye pourra véritablement amorcer sa reconstruction.

Bien que les prophètes de malheurs sont nombreux, les perceptives d’avenir sont plutôt bonne. D’abord, fait déterminant et qui d’autant plus légitimime l’intervention de l’OTAN, le CNT ne semble pas tomber dans la vengeance et les exécutions sommaires des anciens Kadhafistes. Au contraire, il appelle à l’unité national et promet un procès juste et équitable aux anciens dirigeants.

Comme la Tunisie, la Libye est un pays avec une petite population, ce qui est toujours plus facile à gouverner. Elle possède un atout de plus que la Tunisie : le pétrole. Bien gérée, cette ressource pourrait permettre aux Libyens de rejoindre le niveau de vie du Koweït et du Qatar.

Quel est la prochaine dictature à tombér? Difficile à dire à ce moment-ci. L’opposition syrienne, violemment réprimée pendant des mois semble être désorganisée face au régime de Bashar el-Assad. Au Yémen, après plusieurs semaines de calme relatif, les affrontements ont repri entre opposants au régime et forces gouvernementales. Chose certaine, le monde arabe continuera à faire l’actualité internationale.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le soccer des Carabins

29 septembre 2006

Après une victoire convaincante de 3-0 contre l’UQAM vendredi dernier, les Carabins s’amenaient à Concordia avec l’intention de faire subir le même sort aux Stingers. Le match a bien commencé puisque dès la 7e minute, les Stingers ont concédé un penalty aux Bleus. Boubacar Coulibaly s’est chargé de le convertir et de donner une priorité d’un but à son équipe. À la 25e minute, Guillaume Couturier double l’avance des Carabins en marquant un but...

Retour sur la tragédie de Dawson: votre opinion

29 septembre 2006

Deux semaines après qu’un jeune homme de 25 ans soit entré armé dans le collège Dawson et ait ouvert le feu sur des étudiants, blessant 19 personnes, dont une mortellement, avant de se donner la mort, nous avons décidé de revenir sur cet évènement et d’écouter ce que vous aviez à dire. La tragédie de Dawson La majorité des réactions recueillies traduisent l’incompréhension, l’émoi, voire le dégoût vis-à-vis des actes du tueur. Ainsi les...

Décompte des films mâles

16 mars 2012

Cette chronique très sérieuse a été le sujet de bien nombreux déversements où il est possible que, à l’occasion, je paraisse pour un gros machiste sale et sans cœur. Certains individus audacieux sont même allés jusqu’à m’accuser de ne rien entendre à l’art. N’étant pas du genre à refuser un défi, abordons un thème qui m’émeut profondément, un décompte des meilleurs films (lire : les plus virils) de l’histoire du cinéma. Notez que, comme...