Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

ISF : Des profils différents, une mission unique

En tant qu’ingénieurs ou futurs ingénieurs nous sommes tous habités par une même mission principale : développer des solutions techniques pour répondre aux problèmes et aux besoins de notre société et ceci tout en saisissant l’impact de nos solutions à tous les niveaux qu’il soit humain, économique, social, culturel ou encore institutionnel. En plus de cette mission, l’ingénieur au Québec a également un certain nombre de devoirs et d’obligations envers les clients et notre profession d’une part et d’autre part envers le public, i.e. la société en général.

Concrètement, nous avons tous la même profession. Certes nos formations diffèrent et nous avons tous des spécialités différentes. Si les formations en génie civil et génie biomédical peuvent apparaître peu semblables sur le papier, nous avons tous développé des compétences techniques et une approche similaire de résolution de problèmes aussi complexes soient ils. Pourtant, nous aurons tous une manière différente d’exercer notre profession. Nous avons tous des profils d’ingénieurs différents, nous choisirons tous des postes différents que ce soit au sein d’entreprises ou au sein d’institutions. Certains d’entre nous ferons de la conception tout au long de leur carrière, d’autres se retrouveront gestionnaire de projets de petite ou grande envergure, certains travailleront à l’international, d’autres resteront au Québec, certains ne changeront pas d’entreprises, d’autres auront eu des postes multiples…Néanmoins nos actions exercées dans le cadre de notre profession auront toutes des répercussions sur nos sociétés locales aussi bien que globales.

Nos envies, aspirations, valeurs, personnalités conduisent-elles notre manière d’exercer la profession ? Ces dernières sont-elles dues à notre formation technique ou à nos habiletés à considérer les facteurs non techniques de notre profession ? Dans un de ses volets de travail au Canada, Ingénieurs sans frontières Canada (ISF) s’attache à développer cette attitude qui consiste à considérer les facteurs non techniques afin de trouver des réponses à certains des problèmes les plus complexes de notre société tels que la sécurité alimentaire, l’accès à l’eau potable ou aux infrastructures et l’extrême pauvreté.

Au cours de la deuxième édition de la semaine de l’ingénieur global qui aura lieu du 19 au 23 septembre au sein de Polytechnique, la section ISF vous propose de découvrir certains profils d’ingénieurs ou encore de vous interroger sur votre profil à travers une série d’activités. Tout au long de la semaine, une exposition au deuxième étage du pavillon Principal présentera différentes visions sur la profession d’ingénieur et vous permettra d’exprimer votre propre vision. Vous vous questionnez sur le leadership. Rendez-vous à la conférence du mardi. Un panel de spécialistes débatra du rôle de l’ingénieur en politique le jeudi soir. Un atelier interactif vous proposera d’explorer les biais de l’ingénieur international, inscrivez votre équipe à l’adresse suivante avant le 19 septembre : http://polymtl.ewb.ca/?page_id=385. Enfin une compétition de consultants vous permettra, par équipe, de réfléchir à un problème de société; les membres de l’équipe gagnante auront le privilège d’obtenir une entrevue chez HATCH Québec ; inscrivez-vous à l’adresse internet suivante avant le 19 septembre 14h : http://polymtl.ewb.ca/?page_id=365. Pour plus de renseignements sur la semaine de l’ingénieur global : http://polymtl.ewb.ca/.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Vacances au Palais de Justice de Montréal

14 septembre 2012

Au printemps dernier, sans trop m’en rendre compte sur le moment, je suis tranquillement et par accident devenu un spectateur de contestations juridiques. Pour la première fois de ma vie, j’ai mis les pieds au Palais de Justice de Montréal pour observer comment le droit était appliqué dans la vraie vie. Auparavant, mon seul contact avec les tribunaux et le droit était celui des films. Un film en particuler, intitulé « Rules of engagement », m’avait marqué...

Géniocratie – Une idée de génie?

7 octobre 2016

ATTENTION : Le contenu présenté dans cet article ne représente pas la vérité objective de la situation discutée. Il s’agit d’une position de débat qui vise à faire réagir. Tu n’es pas d’accord ou tu crois qu’il y a fausseté ? Viens en débattre au C215.3! Alors que les États-Unis flirtent maladroitement entre une figure proéminente (et protubérante?) de la finance et une vétérane (cynique?) de la politique, l’École Polytechnique jouit de son devoir démocratique...

118 millions de dollars, ça représente quoi ?

29 janvier 2010

Par Mathieu Gilbert, VP-Externe AEP 118 millions, c’est 2 360 000 000 de bonbons à 5 sous, c’est également le financement que le gouvernement fédéral ne veut pas verser au Québec dans le cadre du Programme Canadien de Bourses aux Étudiants (PCBE). Pour expliquer la situation, un bref historique est nécessaire. En 1999, la Fondation Canadienne des Bourses d’Études du Millénaire (FCBEM) est créée dans le but d’améliorer l’accessibilité aux études. Fait intéressant, c’est une fondation privée...