Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Rentrée scolaire : du football dans l’air

 

Les joies de la rentrée. L’odeur des pages fraîchement imprimées, le privilège de tâter un livre encore inexploré, la frivolité révélée par l’achat de crayons de toutes les couleurs dans un objectif mnémotechnique avéré de prendre de belles notes de cours que l’on étudiera la veille de l’examen. D’accord, peut-être aviez-vous oublié ces petits plaisirs, mais cela doit être l’effet Poly, les sessions d’été, l’absence de vacances quoi.

Mais il subsiste tout de même une catégorie d’étudiants qui, avant même la grande rentrée scolaire, connaissent d’ores et déjà des chapitres entiers d’un livre, voire le livre au complet. Ces élèves ont passé leur premier test alors que certaines facultés et universités n’ont même pas encore rouvertes leurs portes.

Botté d’envoi

Jeudi dernier (1er septembre), les élèves de Danny Maciocia, nouvel entraîneur de l’équipe de football des Carabins, ont collectivement réussi leur premier travail d’équipe en remportant leur match d’ouverture contre les Redmen de McGill 24-13, au CEPSUM.

J’aimerais bien vous donner un compte-rendu de ce que j’ai pu observer, mais malheureusement comme j’avais une meilleure vue sur les cheerleaders que sur les fesses… euh, les numéros des joueurs (…), je vous réfère à un quotidien montréalais. Et les statistiques du match sont disponibles depuis jeudi passé.

Voici donc la chronique d’une spectatrice avec un calepin.

Match inaugural oblige, arrêt au tailgate.

D’accord, rien à voir avec les gros F-250 ou les Dodge Ram équipés d’écrans plats 7674’’, de systèmes de son portant jusqu’au sommet du mont St.Helens, et surtout, de BBQ avec réfrigérateur intégré et distributeurs à glaçons qui trônent dans les stationnements des stades universitaires de football américain. Qu’on s’entende, une partie des Carabins n’a pas la même portée qu’un match des Trojans de la University of Southern California.

Il n’en reste pas moins agréable de découvrir qu’il existe bel et bien une faune universitaire en dehors des murs de Polytechnique. Comme l’a mentionné l’annonceur en fin de partie, 5160 personnes s’étaient déplacées pour encourager les Bleus.

Je confirme, il y avait bien des supporters des Redmen. Mais il ne devait avoir de rouge que… rien du tout en fait, la seule raison pour laquelle j’ai découvert leur présence, c’est qu’il y en avait deux assis à côté de moi. D’accord, ils parlaient anglais, mais bon, il y en a qui ont été refusés en droit à McGill. C’est seulement lors du premier touché des hommes en rouge à la fin du premier quart que je les ai vus réagir.

Mais ils se sont vite calmés, n’ayez crainte. Après les statistiques relativement ordinaires obtenues par Yan Cyr au premier quart, le coach a changé d’idée et a décidé d’envoyer le quart partant de la saison passée, Alexandre Nadeau-Piuze, dans la mêlée. On aurait pu croire que l’annonce de la présence de Mike Pringle au banc des Carabins les avait galvanisé. Mais si l’on se fie aux trois passes de touchés lancées par Nadeau-Piuze au 2e quart, l’ancien porteur de ballon étoile des Alouettes n’avait pas grand-chose à voir avec tout ça. Il a d’ailleurs été nommé joueur offensif de la semaine de Sport universitaire canadien et de la ligue de football universitaire du Québec. Ça nous console un peu alors qu’on voit les Alouettes battre de l’aile, avec une autre défaite aux mains des Ticats de Hamilton 21-44… Pringle devrait aller leur donner un pep talk à eux aussi…

Le reste de la rencontre a été plutôt tranquille, comme en témoigne la baisse progressive de notes dans mon calepin. J’ai tout de même des mentions honorables pour :

•Le retour de botté de Mikhail Davidson en ouverture du match

•Les sacks du quart par la recrue Byron Archambault

•L’utilisation du jeu truqué (sérieux, je ne pensais pas voir ça au foot universitaire)

•Les receveurs Maxime Fournier-Rioux, Jean-Christophe Morin-Phaneuf et Félix Prévost qui ont permis à Nadeau-Piuze de nous offrir un spectacle aérien en complémentaire des courses de Rotrand Sené

•la presque remontée de McGill en fin de match (et éventuellement la perte de possession à la ligne de 3…)

•La présence des deux supporters de McGill (je suis certaine qu’ils ont apprécié les gars)

•Les belles courses du quart recrue des Redmen

•Les efforts louables du 84 des Redmen, Jean-Philippe Paquette, qui, à 5’6’’ et 150 lbs, me fait jalouser ses mensurations

•Une spectatrice aperçue avec une quille de Wildcat au tailgate

•Le peu de punitions écopées par les Carabins (contrairement à la saison passée)

•La drumline des Carabins, ma foi fantastique. À défaut d’avoir des Polytechniciens dans l’alignement, nous avions en avions un dans le régiment de batteurs, Olivier Généreux-Aubertin, étudiant en génie biomédical et drummer émérite.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette victoire ne se révèlera pas n’être qu’un feu de paille. Un défi de taille attend les Bleus cette fin de semaine, alors qu’ils seront accueillis samedi par les champions en titre de la Coupe Vanier, les irréductibles Rouge et Or de l’université Laval.

En passant, vous vous souvenez de vos cours de stats et de la loi de Poisson? Eh ben, je vous confirme qu’il y a vraiment des gens qui s’appellent Poisson. Il y en a un chez les Carabins. Je rêve désormais du jour où il y en aura un qui aura pour patronyme Student… Remarquez, ce serait assez approprié pour un étudiant universitaire…




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Amon Amarth, pour les intimes

2 septembre 2011

  Une soirée avec Amon Amarth, le titre du spectacle ne laisse aucun doute quant à son contenu. Pour les fans du groupe de métal viking suédois, c’était un événement à ne pas manquer et le fait de passer deux sets d’une heure trente minutes chacun avec Amon Amarth est assez pour décrire à quel point cette soirée fut épique. Pour ceux qui ne réalisent toujours pas l’ampleur de la chose, il faut savoir...

Quel rôle pour les ingénieurs au sein de l’industrie minère québécoise?

30 septembre 2011

Par Thomas Goyette-Levac Depuis le début de mon baccalauréat en génie des mines, je me suis toujours demandé ce que les ingénieurs feraient du développement durable dans l’industrie minière. En effet, le seul cours Impact et développement durable ne couvre qu’à peine les enjeux sociaux et environnementaux engendrés par notre industrie. Toutefois, à notre entrée sur le marché du travail, nous travaillerons pour des entreprises déjà dotées de politiques de développement durable, certaines ayant...

Chronique automobile

4 septembre 2009

Bienvenue à cette nouvelle session de chialage et de comportement fanboy. Ici, c’est « no compromise » : j’aime ou je déteste. Ceci dit, bonne lecture :) La Ferrari 458 Italia L’arrivée d’une nouvelle Ferrari est toujours un événement grandiose pour moi (et 100% des Italiens, j’imagine).Cet été, j’ai donc pu me réjouir en apprenant que la F430 cédait sa place à la 458 Italia. Ceci dit, c’est loin d’être une simple mise à...