Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mon parcours au Scope: de photographe à journaliste

 

Nous avons tous une manière différente d’entrer dans un comité. Je suis rentré au polyscope au début de ma première session. Comme chaque nouveau, j’étais emerveillé par la vie étudiante de Poly. Je ne connaissais pas encore tous les engrenages des comités et pourtant je voulais tout faire. Pourtant ce n’est pas vers le polyscope que je me suis tourné en premier. Peut-être comme vous, je n’avais pas l’âme d’un journaliste. Je suis d’abord allé aux réunions de Poly-Photo. Je faisais déjà de la photo (très amateur) et un comité fan de Nikon il n’y a pas mieux pour y faire de nouvelles rencontres. Mais c’est dans cette réunion que tout a basculé. Jean-Élie (ou Jef pour les intimes) est venu faire la pub de son comité pendant les réunions de Poly-Photo. Pour mieux séduire les nouveaux ils promettaient des places pour le match des carabins du jeudi suivant ! Comment refuser une telle offre ? Je n’ai pas réfusé et de fil en aiguille, deux ans plus tard, me voila directeur de votre journal préféré. Mais entre temps il s’est passé beaucoup de chose. J’ai appris que dernière le Polyscope se cachait l’AEP. J’ai également découvert que les gens au polyscope sont tout à fait normaux. Mieux encore, je n’avais pas besoin d’être un as en français. Je tiens d’ailleurs à remercier Laura et toutes les correctrices qui me corrigent ! MERCI ! Au niveau des sorties je n’ai pas été déçu non plus, je suis allé voir l’Opéra de Montréal, les grands Ballets Canadien, les matchs de Hockey / soccer / Football du CEPSUM, je suis allé au cirque de la Tohu, la semaine de la mode de Montréal et plus encore ! Enfin après deux ans de recherches je me suis trouvé un sujet sur lequel j’aimais écrire : la chronique Gui-IK ! Avant je venais au Polyscope pour jouer à Quake , monter des pages, soutenir les correcteurs, leur proposer une épaule pour pleurer devant les fautes. Bref, le journal m’a beaucoup plus apporté que je ne pouvais l’imaginer au départ.

Aujourd’hui, je suis le directeur du Polyscope, mais mon implication ne s’arrête pas là. J’ai une émission de radio à Polyrad, et je traîne comme un fantôme dans quelques comités. Je suis administrateur sur le CA de l’AEP. Et si tout cela s’est présenté à moi c’est avant tout grâce à mon implication dans le journal.

Si j’ai un conseil à vous donner, c’est de vous impliquer. Le journal étudiant de Polytechnique est comme son nom l’indique pour et par les étudiants. Malgré notre status de scientifique nous arrivons chaque semaine à faire un journal de qualité avec autant d’information et de rigolade!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.