Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’Opéra Piccola se dévoile aux Montréalais

 

Conjuguer opéra et intimité, espièglerie et émotion, découvertes et émerveillements, tel fut le délicieux mélange présenté par la nouvelle compagnie d’opéra à Montréal, l’Opéra Piccola  !

Samedi 27 août dernier, la compagnie prenait place au Théâtre Outremont pour la première fois de son histoire. Histoire que nous espérons ne fait que débuter !

La compagnie, dirigée par Anne-Marie Trahan et par le directeur artistique Taras Kulish, se dote d’une mission des plus primordiales : rendre l’art lyrique accessible et abordable, tout en formant la nouvelle génération d’amateurs d’opéra.

Et par abordable, c’est peu dire ! Les billets sont vendus pour aussi peu que 5$ et peuvent atteindre au maximum 65$. C’est parfait pour les petits budgets étudiants. Et le spectacle ne souffre aucunement de tels prix à rabais. Bien au contraire, c’est avec une grande sincérité et un réel charme que les quatre cantateurs se sont offerts au public.

En toute intimité. Avec pour seul décor une assemblée de chaises, des fleurs à égrener et des masques vénitiens.

L’atmosphère calfeutrée du Théâtre Outremont contribue grandement aux émotions transmises au public, quand les ombres s’étalent sur les murs au son des airs de Carmen, de la Bohème, de Rigoletto ou de Madame Buttefly. Un pur moment de magie !

Le défi était grand pour cette jeune compagnie, mais le défi fut relevé avec brio, et le public n’attend plus que l’annonce des prochains spectacles au cours de la saison.

Étudiants amateurs d’opéra, néophytes lyriques ou aventurier des spectacles, courrez sur l’occasion qui s’offre à vous, vous ne serez aucunement déçus !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à visiter le site :
www.operapiccola.ca




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+