Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mais où est donc Emily?

Aperçu article Mais où est donc Emily?
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Des outils à la pointe de la technologie pour faire succomber Emily. Graphismes © Kyle Seeley

Pour s’amuser, il y a les jeux vidéo. Pour s’amuser différemment, il y a le bilboquet. Et aussi les jeux vidéo indépendants. Plongeons-nous donc dans l’univers de l’un d’entre eux, intitulé Emily Is Away, qui est disponible gratuitement sur la plate-forme Steam. Au menu de cette création originale à essayer sur votre ordinateur : séduction à peine voilée et nostalgie quelque peu désarmante.

Si vous êtes un consommateur assidu de jeux vidéo, vous goûtez peut-être parfois (ou même tout le temps) au plaisir simple qui consiste à sortir des sentiers battus des superproductions aux campagnes promotionnelles surdimensionnées pour vous intéresser à de petites créations indépendantes. Si vous ne l’êtes pas, vous avez peut-être envie de découvrir quelque chose d’original pour tuer le temps. Dans tous les cas, vous pourriez être tenté de jeter un coup d’œil à Emily Is Away, un jeu vidéo indépendant que vous pouvez vous procurer gratuitement sur la plate-forme Steam, ainsi que sur le site web itch.io, qui réservent souvent tous les deux de jolies surprises au rayon de la distraction un peu alternative.

Retour en 2002

Le principe de base de Emily Is Away, développé par l’imaginatif Kyle Seeley, ne manque déjà pas de saveur : vous êtes projeté au début de ce 21e siècle, aux commandes d’un ordinateur tournant sous une version résolument pixel art d’un bon vieux Windows XP. Vous prenez en main AIM, la messagerie instantanée historique de AOL, qui s’apparente en quelque sorte au légendaire MSN Messenger, si cette référence vous parle mieux. Après avoir défini votre identité par le biais d’un nom et d’un avatar, vous débutez une discussion avec votre amie Emily, répondant au doux pseudonyme de « emerly35 ».

Vos discussions avec Emily s’étalent sur plusieurs épisodes; autant d’années, en réalité. Dès qu’elle cesse d’écrire, c’est à vous de jouer et de choisir une des trois options de réponse. Vous entrez alors assez rapidement avec elle dans ce qui s’avère être un jeu de séduction dont le but final semble être de coucher avec Emily (de fait, au passage, le jeu est construit dans la perspective d’un personnage principal plutôt masculin). Sauf que Emily Is Away n’est en fait pas le jeu un peu stupide que vous pourriez attendre de cette description sommaire.

Nostalgie à tous les étages

En particulier, si l’on se borne à décrire Emily Is Away comme un jeu de séduction, on échoue complètement à faire transparaître l’aspect nostalgique qui semble être, en réalité, le vrai cœur du jeu. Évidemment, cette caractéristique ressort de manière amusante dans l’interface du jeu, qui clone avec une grossièreté volontaire l’ordinateur que vous auriez pu avoir au bout de vos petits doigts il y a, disons, une dizaine ou une quinzaine d’années. C’était un temps où les messages se paraient sans peine de couleurs criardes, où la créativité pouvait jaillir au détour d’un pseudo ou d’un avatar, où la messagerie instantanée, cet Everest de technologie, éblouissait les jeunes yeux en quête d’une dimension sociale nouvelle. Mais ce n’est pas tout.

Il y a aussi ces messages d’Emily qui sont empreints de mélancolie, par exemple : « je ne peux pas croire que ce soit déjà fini », « nous devenons vieux », « nous sommes presque des adultes maintenant ». C’est là qu’un aspect plus sombre du jeu ressort : l’idée terrible du temps qui passe trop vite, des relations humaines qui vont et qui viennent, des jours perdus qui ne seront jamais retrouvés. En cela, malgré ses dehors légers, Emily Is Away verse en plein dans le registre tragique, là où les personnages sont écrasés par les tourments de la fatalité. Soudain, le jeu acquiert un petit peu plus de relief.

Emily dans mon lit

Bon, tout ça, c’est bien joli, mais à un moment, on aimerait quand même passer à l’attaque. L’idée principale du jeu est tout de même d’arriver à sortir avec Emily, et plus si affinités… Attendez, est-ce bien ça, d’ailleurs? En fait, au départ du jeu, rien ne suggère que vous devez tout faire pour essayer de coucher avec Emily. C’est à vous d’orienter votre relation à chaque étape, et vous vous rendrez bien vite compte que tout tourne plus ou moins autour de cet enjeu. Alors, au final, comment avoir Emily dans son lit? Les possibilités sont nombreuses, sauf qu’il y a un problème; et c’est là que se produit le retour en force du tragique.

La vérité, il me faut vous l’annoncer, est sombre, car vous pourrez essayer autant que vous voudrez, mais jamais votre histoire avec Emily ne se terminera bien. Jamais, au grand jamais. On pourrait penser que cet état de fait diminue l’intérêt du jeu, mais en réalité, il est plutôt amusant d’essayer différents chemins dans l’histoire pour constater tristement qu’ils aboutissent tous, quoiqu’il en soit, à la fin brutale de votre relation avec votre amie, et du même coup, à celle du jeu. N’essayez pas de gagner quelque chose; enfin, si, essayez, mais sachez-le : le game over est incontournable.

Échec programmé

En testant les différents parcours de cette funeste arborescence, vous pourrez en tout cas trouver du plaisir à incarner divers personnages : l’ordure totale qui entraîne à son insu la rupture quelque peu prématurée du dialogue, le bon copain qui goûte aux joies de la friend zone, et bien d’autres. Un cheminement plutôt courant est celui de l’ami qui parvient à conquérir la belle Emily, avant d’être repoussé au profit d’un autre, puis qui essaye, alors que tout espoir est perdu, de renverser la vapeur, mais renonce faute de courage, et termine misérablement la partie en s’enfonçant dans des banalités sans nom, contraint au bout du compte à un « goodbye » à la fois fade et douloureux. Navrant.

Quel que soit celui que vous aurez décidé d’être, Emily, elle, sera de toute manière away lorsque sonnera le glas de votre relation. En fait, le titre du jeu en annonçait déjà la couleur. Vous commencerez le jeu avec beaucoup d’espoir, et le terminerez au fond du trou, car Emily ne veut tout simplement pas de vous. C’est le terrible destin que vous a programmé Kyle Seeley. C’est la dure loi du tragique.


Se procurer le jeu

Emily Is Away est téléchargeable gratuitement sur la plate-forme Steam.

Si vous n’utilisez pas Steam, vous pouvez télécharger le jeu « tout seul » sur itch.io.

Tous les liens utiles sont sur emilyisaway.com. Bon jeu!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+