Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Êtes-vous volontaire pour mourir sur Mars?

 

Mars One. Ce nom ne vous dit rien? J’ai moi-même découvert cette compagnie dernièrement sur Reddit (où autre?). L’objectif de cette entreprise privée est d’envoyer 4 humains/cobayes/kamikazes (selon le point de vue), pour aller vivre, vieillir, et mourir sur Mars, d’ici 2023, le tout financé par la médiatisation de l’événement.

Et bonne nouvelle! Les polytechniciens sont en plein dans la tranche d’âge recherchée pour cette grande aventure!

En apprenant cette nouvelle, j’ai immédiatement cherché plus d’information. Ça semble trop beau pour être vrai! Mes intras ont étés catastrophiques, je viens de me séparer d’une relation de 4 ans (QUATRE!), et la batterie de mon portable casse alors que ma garantie vient de se terminer. La planète rouge est donc la suite logique pour échapper à toutes mes déceptions terrestres.

Qu’est-ce qui m’attendrait donc sur Mars? Que du plaisir, apparemment! Outre les tempêtes de rayonnement solaire mortelles et les ouragans de sable durant des jours, je vivrais en collocation avec 3 autres braves. Nous aurions un spacieux 200 m³ à se partager, comprenant chambres, salles de travail, espaces en commun et une serre, pour des légumes frais, sans compter la décapotable allant à 15 km/h (un rover solaire, idéal pour séduire les martiennes).

Toute notre énergie viendrait de 3000 m² de panneaux solaires flexibles, avec une efficacité de moins de 20%, fonctionnant avec un rayonnement solaire de moitié inférieur à celui arrivant sur la Terre. Également, la gravité étant 38% de la nôtre, nous gagnerions quelques centimètres de plus, ainsi que l’atrophie de nos muscles, si nous ne nous entraînons pas au moins deux heures par jour.

Mais on ne serait pas seul. La compagnie prévoit envoyer un nouvel arrivage de quatre personnes à chaque 2 ans. La base serait construite avant notre arrivée, par modules déjà prêts, assemblés sur place par des rovers semblables à Curiosity, grandissant à chaque arrivage. Notre air et notre eau viendraient à 80% des réserves déjà présentes sur la planète rouge. Les communications avec la terre prennent 7 minutes, à sens unique. Nous disposerions d’imprimantes 3D pour tout outil nécessaire, étant biens formés à toute éventualité.

En effet, l’entraînement sur terre dure 8 ans, nous donnant les compétences médicales et scientifiques nécessaires pour survivre.

Certains se plaindront qu’on pourrait mourir à tout moment d’une fuite d’air, d’une pluie d’astéroïdes, d’un manque de rations (notre ravitaillement dépend des ressources financières de l’entreprise, qui dépend des cotes d’écoute)… Mais ce n’est qu’un désagrément mineur considérant les milliers d’avantages!

Pensez-y! Plus de disputes avec votre mère qui essaie tout le temps de vous faire croire à Jésus! Plus d’intras! Plus de recherches de stage infructueuses! Plus de relations amoureuses compliquées, plus de politique, plus d’araignées, de personnes qui capotent sur les chats, de témoins de Jéhovah, de guerres, de tests nucléaires, d’enfants qui crèvent de faim, de famille, d’arbres, de ciel bleu, de chant d’oiseaux, de coucher de soleil sur un lac, de feux d’artifices, de montagnes russes, de rires d’enfants, de plage, de caresse du vent sur la peau, de caresse de Marie* dans mes cheveux… Oh, Marie… Marie…

Veux-je vraiment de cette ‘‘friendzone’’? Je t’aime… Et ça vaut plus que Mars, finalement.

*Prénom fictif… peut-être




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+