Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Regard critique

Nous avons reçu une lettre ouverte au Polyscope dont l’auteur tenait à rester anonyme. Nous avons tout de même décidé de vous la présenter car nous voulons encourager l’esprit critique chez nos lecteurs.

 

Chers lecteurs et lectrices,

J’écris au Polyscope afin de formuler un commentaire critique concernant la publicité contre l’alcool de l’AEP. Vous avez effectivement dû remarquer ces publicités placardées aux babillards de l’AEP dans toute l’école où une personne est montrée en train de fêter et ensuite est montrée en train de «subir les conséquences».

Je trouve que le message qui cherche à être amené est légitime, nécessaire, voire même primordiale. Toutefois, je trouve que l’approche est très simpliste, je m’explique. Je n’ai pas l’impression que les conséquences ou le texte qui est inscrit sur la pancarte diffusent vraiment le message voulu. J’ai beaucoup plus l’impression que les affiches invitent les gens à fêter plutôt que les avertir des conséquences en consommant trop d’alcool.

Je comprends très bien que les affiches précédentes d’Éduc’alcool n’ont pas fait passer le message et qu’il est difficile de bien exprimer la problématique via une simple affiche. J’en conviens donc que le texte et l’image parfaits sont très difficiles à produire.

Je crois toutefois qu’il serait approprié de réviser la tactique utilisée afin qu’elle produise un effet provocateur tout en ayant un message qui soit explicite. Par exemple, on pourrait simplement ajouter un message expliquant le but de la campagne comme: «Alcool et études ne font pas bon ménage» ou «La modération a bien meilleur goût». Ceux-ci ne sont que des exemples, il existe probablement de meilleures avenues pour exprimer la problématique de l’alcool à Polytechnique.

Je tiens toutefois à exprimer que je ne consens pas avoir la vérité infuse. Toutefois, il vaudrait quand même la peine de se pencher sur la question afin que le message ait une certaine crédibilité et qu’il soit pris au sérieux auprès des membres de l’AEP et du personnel de l’École. Dans cette optique de crédibilité, je crois qu’il est légitime de dire qu’il serait aussi approprié de vérifier la grammaire et l’orthographe des affiches. Certaines affiches contenaient une ou des fautes dans très peu de mots.

Sur une note plus positive, j’encourage l’AEP et tous les membres participants à cette campagne. L’objectif est noble et responsable. Veuillez donc voir cette lettre comme un commentaire visant à améliorer votre campagne et non comme une offense.

Cordialement,

Étudiant de troisième année




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La playlist IKEA

22 février 2013

Pour nous, les Swedish House Mafia et Avicii sont les artistes House du moment, les Suédois, eux, sont déjà passés à autre chose.   En revenant d’échange, vous avez instinctivement l’envie de partager votre expérience, et j’ai envie de vous dire que la Suède a beaucoup plus à offrir que des blondes aux yeux bleus et des meubles en kit! Sur le plan musical par exemple, on peut facilement trouver mieux qu’ABBA ou Basshunter. Je...

Les Zapartistes

12 janvier 2007

Il y a de bonnes choses qui ne changent pas. Durant le temps des fêtes, les Zapartistes croquent, entre deux morceaux de tourtières, dans la revue de l’année, et votre humble chroniqueur a eu la chance d’y assister. Ce groupe humoristique à saveur politique a encore une fois bénéficié d’une publicité gratuite à l’aube de leurs représentations au Spectrum. L’an passé, Radio-Canada congédiait François Parenteau pour sa grande gueule amoureuse du Québec, allant jusqu’à...

Frankenstein

28 mars 2013

J’ai eu la chance le vendredi 15 mars dernier d’assister à la pièce Frankenstein qui était présentée au Théâtre Denise-Pelletier à Montréal. Je dois dire que j’étais déjà tout excité d’aller voir un de ses grands classiques de la littérature et du théâtre, car il n’est pas de ce monde (Amérique du Nord du moins) celui qui ne connait pas le nom de Frankenstein. Malgré mon enthousiasme pour la pièce, je ne m’étais pas...