Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Du temps pour le bonheur

«[le bonheur]… comme l’amour, demande beaucoup d’efforts, d’attention, de constance, et il exige surtout de savoir offrir ce que l’on a de plus cher dans la vie : le temps! » Catherine Deneuve.

Par Michael Coulibaly

Nous avons très longtemps été adeptes du concept de l’argent faisant le bonheur. Malheureusement, beaucoup ont été déçus. Et la question qui se pose est «pourquoi autant d’argent ne correspond pas à autant de bonheur?» Parce que nous le dépensons mal. Par exemple, nous achetons des objets au lieu d’expériences, du luxe au lieu de plaisir et pire, nous dépensons sur nous au lieu de sur les autres. En fait, nous dépensons notre argent sur un futur proche plutôt que lointain. Vous pourriez penser que vous êtes heureux où vous êtes et que vous dépensez votre argent comme cela, vous chante; et vous avez raison de penser ça. Cependant, «…[bien que] l’argent achète le bonheur, […] il paye moins que ce que nous pensons » ( Akin, Norton,& Dunn, 2009).

Bien que corriger cette erreur d’argent nous rapproche du bonheur, considérer l’idée du temps nous amènerait plus loin.

Pourquoi un focus sur le temps nous rapprocherait-il du bonheur? Primo, le temps a tendance à être associé à la signification personnelle et deuzio il favorise les relations interpersonnelles. Étant donné que la socialisation et les significations personnelles sont toutes deux critiques au bonheur, une considération du temps serait importante afin de pouvoir résoudre le jeu de patience du bonheur. Dans l’article «If money doesn’t make you happy, consider time» du Journal of consumer psychology, Jennifer Aaker, Melanie Rudd, & Cassie Mogilner examinent les moyens de dépenser notre ressource de temps de manière à maximiser les significations personnelles et les relations sociales, et énoncent cinq principes indispensables.

Principe 1 : Passez votre temps avec les bonnes personnes.

Une personne qui s’engage plus dans des activités sociales connaît un plus grand bonheur que celui qui s’y implique moins. Cependant, ce n’est pas de passer du temps avec des personnes qui nous rend heureux, mais plutôt avec qui nous passons ce temps. Remarquerez-vous que nous connaissons plus de bonheur avec la famille, les amis proches qu’avec des collègues de travail. Nous expérimentons moins de bonheur avec certaines personnes qu’avec d’autres . Pourquoi, donc, passons-nous du temps avec des personnes avec lesquelles nous connaissons un faible bonheur ? Une raison l’argent. Par exemple, nous expérimentons peu de bonheur en passant du temps avec des collègues de travail, car tout simplement nous gardons cet aspect de professionnalisme. Le travail représente dans la vie de chacun une grande partie de la journée. Qui dit travail, dit moins de plaisir (ceci peut être le contraire, mais nous y viendrons). Cependant, y a-t-il une solution pour y remédier? Certainement. Étant donné que nous expérimentons plus de plaisir avec des amis proches, pourquoi ne ferions-nous pas de nos collègues des amis? Vous pourriez penser: «où passe l’aspect professionnel?»; la réponse serait que même avec nos amis les plus proches, nous gardons toujours un aspect professionnel, un côté qui nous rende désirable. Alors étendre les relations ainsi qu’un grand sourire à votre patron et à vos collègues tous les jours rendra votre vie plus heureuse.

Principe 2 : Passez du temps sur les bonnes activités.

Des études menées sur les activités et les émotions des personnes aux cours de la journée révèlent que nous avons plus de plaisir en faisant des activités sociales, telles que nous promener avec des amis, que des activités de travail. Bien que cela puisse être l’inverse pour certains pour qui travailler, par exemple, serait une plus ample source de bonheur que de passer son temps avec des amis. Déterminer si nous passons notre temps sur de bonnes activités serait de répondre aux questions: Comment est-ce que je passe mon temps présentement ? quel est le niveau de plaisir que j’ai en faisant cette activité? Car chaque moment passé est une expérience et nous nous souvenons plus des expériences engendrant de la joie. Par conséquent, prendre conscience de ce que nous faisons et passer du temps sur des activités qui nous plaisent maximisera notre bonheur de la journée.

Principe 3 : Savourez les expériences sans gaspiller du temps.

Combien de fois avez-vous ressenti plus de plaisir à penser à vous acheter un vêtement que de l’avoir vraiment? Pensez à conduire une belle voiture que de le faire vraiment? Ou juste penser à savourer une bière que de le faire vraiment? Nous prenons juste plus de plaisir à nous imaginer faire une chose que de la faire actuellement. Donnons-nous plus de temps à rêver à certains désirs.

Principe 4 : Optimisez votre temps

Personne n’a plus de 24 heures par jour. Juste comme avoir le contrôle sur notre vie nous rend plus heureux, vivaces, sûrs, et moins stressés. Le contrôle sur notre temps devrait avoir les mêmes apports. Avez-vous expérimenté le rôle de votre respiration dans la perception du temps? La respiration a un rôle rythmique sur notre perception du temps. Plus nous respirons rapidement, plus nous percevons le temps passer rapidement. Quoique le temps passe au même rythme chaque jour, alors donnons-nous du temps en dépensant chaque second naturellement.

Principe 5 : Soyez conscient du dynamisme du bonheur

L’âge affecte le bonheur d’une personne. Nous expérimentons le bonheur de différentes façons. Pour les jeunes, cela est perçu comme l’excitation, tandis que pour les plus âgés cela est relatif au degré de tranquillité. Cependant, bien que le bonheur change avec le temps, il le fait suivant un tracé. Par conséquent, il serait possible d’anticiper les changements. Et considérer ces changements dans la prise de nos décisions futures saurait augmenter notre bonheur tout au long de notre vie.

Une aspiration au bonheur demanderait une attention au temps; non pas seulement parce que le temps passé est irrécupérable, mais aussi parce que les expériences que nous vivons chaque jour sont celles qui définissent notre vie. Pour maximiser notre bonheur, nous devrons dépenser notre temps dans un sens à cultiver notre signification personnelles et nos connections sociales.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.