Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La Vérita

 

La Verità propose une incursion théâtrale et acrobatique au cœur de la vie et de l’œuvre du célèbre artiste Salvador Dalí.

Cette oeuvre, ou plutôt ce chef-d’oeuvre pourra sembler long, mais pour les admirateurs de Dali, et les amateurs de surréalisme il n’en sera rien car les 2h30 de spectacle vous paraitront insuffisante à la fin du magnifique spectacle.

Passons dès maintenant aux points négatifs. Comme je l’ai dit plus haut, le temps joue contre cette pièce. Les transitions sont parfois longues, le clown arrive à nous faire patientez et rire, mais les numéros sont tellement complexes et tellement énorme qu’il faut plus d’une parade pour les installer. Alors le clown s’éternise, et se répète légèrement. Mais je lui pardonne immédiatement!

Salvador Dali est considéré comme l’un des principaux représentants du surréalisme et comme l’un des plus célèbres peintres du xxe siècle. Et ce spectacle est entièrement à son image. Si vous êtes adepte de la Tohu ou du cirque du Soleil vous allez aimer ce spectacle. La poésie de Dali se retrouve dans les mouvements, les décors et la finition des costumes.

Chaques détails à du prendre des heures et des heures de travail en vue du nombre impréssionnant de détails. Par exemple, vous pourrez apercevoir une tête de rhinoceros en costume, puis un clown avec un chapeau napoléonien. Les thèmes les plus chouchoutés par Dali se retrouvent évidement dans le spectacle. La mégalomanie, le suréalisme, la religion et la sexualité tiennent une part notable de la pièce.

Il y a tellement de numéro et de détail qu’une seule séance ne semble pas suffisante pour tout voir.

Dans tous les numéros, il y a l’action principale qui suit son cours, mais en fond de toile une ou plusieurs actions se déroulent. Par exemple, il y a ce numéro de jonglerie, ou l’on s’extasie autant avec les deux jongleurs qu’avec la scène extérieurs. Il y a notamment cet artiste qui bouge son corps d’une manière bien particulière mais qui arrive à mettre le sourire sur plus d’une bouche…

Enfin, je vous parlerais de cette charmante demoiselle qui arrive à interprêter casse-noisette avec des verres de cristal avec une aisance sans égal ! Je pense que c’est à ce moment la que ma bouche est tombé de ma machoire. Et nous n’étions pas encore à l’entracte… Autant vous dire que la suite était tout autant magique.

Je n’aurai que ce dernier conseil à vous donner, filez vite voir ce spectacle avant qu’il ne soit plus en ville, et régalez vous…

La Verità, écrit et mis en scène par Daniele Finzi Pasca jusqu’au 9 février, plus de détails sur

http://www.pda.qc.ca




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+