Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Techno vs Écolo

 

On a entendu dire pendant longtemps que les ordinateurs allaient permettre de réduire la consommation de papier, et ainsi aider à protéger l’environnement. Finalement, ce ne serait pas vrai: depuis 40 ans, la consommation mondiale de papier a augmenté de 400%! On peut expliquer cette statistique par le fait que depuis quelques années, la plupart des maisons renferment au moins un ordinateur. Ceux-ci sont souvent accompagnés d’une imprimante qui peut inciter au gaspillage de feuilles blanches. Et dire que quelques décennies plus tôt, on pensait que l’informatique ferait disparaître le papier!

Comme quoi la technologie, ce n’est peut-être pas aussi ‘écolo’ qu’on ne le pensait à l’origine. La surconsommation de papier n’est que la pointe de l’iceberg. Les ordinateurs, tablettes électroniques et téléphones cellulaires sont polluants de leur fabrication à leur remplacement. Leur durée de vie est en plus assez courte, soit parce qu’un bris force les propriétaires à les remplacer, soit parce qu’ils deviennent obsolètes suite à l’arrivée d’un nouveau produit.

Par exemple, pour construire un ordinateur qui pèse 24kg, un fabricant a besoin de 240kg de combustibles fossiles, 22kg de produits chimiques et 1,5 tonne d’eau, sans compter les matériaux de fabrication en tant que tels. Plusieurs métaux, qui peuvent être dangereux pour la santé s’ils sont mal recyclés, entrent aussi dans la composition de cette machine. Et qu’en est-il de la grande quantité d’électricité nécessaire à son fonctionnement? En fait, c’est à l’étape de la fabrication qu’un ordinateur en consomme le plus: environ 4 fois la quantité d’électricité utilisée durant toute la vie utile de votre PC est nécessaire à sa création! Étant donné que plus de 130 millions d’ordinateurs sont produits par an, cette industrie a des impacts importants sur l’environnement.

La grande quantité de ressources utilisées par les fabricants de produits électroniques commence à en inquiéter plusieurs. Plusieurs organismes et entreprises ont d’ores et déjà commencé à mettre en pratique le concept d’«informatique éco-responsable». En gros, c’est une approche qui vise à faire diminuer la consommation électrique, le gaspillage des ressources et la création de déchets associés à l’utilisation des technologies de l’information.

De son côté, l’organisme Greenpeace publie depuis 2006 un «Guide pour l’électronique plus verte» qui évalue les compagnies selon 3 aspects principaux: énergie et climat, produits plus verts et actions pour le développement durable. Selon la plus récente édition, aucune des compagnies évaluées ne peut se vanter d’être vraiment «verte»! C’est la compagnie indienne WIPRO qui est en tête du classement avec une note de 7,1/10, loin devant des noms plus populaires, tels Apple ou Dell, qui se méritent respectivement les notes de 4,5/10 et 4,6/10.

Pour que les choses changent, il faut surtout que nous, en tant que consommateurs, soyons prêts à fournir des efforts. Si au moment d’acheter un ordinateur nous portions autant attention à l’empreinte écologique du produit qu’à ses performances, les compagnies n’auraient pas le choix de s’adapter.

À l’heure actuelle, il est tout de même possible de se convertir en partie à l’informatique éco-responsable. Par exemple, les ordinateurs iameco de la compagnie MicroPro Computers sont une solution intéressante pour ceux qui recherchent un ordinateur plus écolo. Les écrans, claviers, et souris d’ordinateur offerts sont en partie construits avec du bois! C’est original, et, selon la compagnie, fait pour durer. Plusieurs innovations permettent aussi aux ordinateurs iameco de consommer moins d’électricité, d’être composés à 98% de matériaux recyclables et de pouvoir être démontés et mis à jour (si par exemple un utilisateur voulait plus de mémoire interne, ou si une pièce se brisait) sans qu’il y ait besoin de remplacer l’ordinateur en entier. Pour leur fabrication, ils nécessitent 70% moins de CO2 qu’un ordinateur ordinaire et moins de produits chimiques dangereux.

Par contre, ce n’est pas tout de choisir un bon ordinateur : encore faut-il se défaire correctement de nos anciennes machines. Pas de problème! Il existe déjà des compagnies qui peuvent vous débarrasser de vos vieux rebuts électroniques, parfois gratuitement. À Montréal, par exemple, la compagnie PC Recycle peut prendre en charge votre vieille tour d’ordinateur pour en recycler les matériaux. C’est beaucoup, beaucoup mieux de recycler votre ordinateur que de l’envoyer au site d’enfouissement, où il passera des années à se détériorer dangereusement.

Finalement, il faut aussi réaliser qu’acheter un ordinateur neuf à tous les cinq ou sept ans n’est pas la seule solution pour rester technologiquement à jour! Ce pourrait être une bonne idée de prendre un cours d’informatique axé sur le matériel et l’assemblage. Vous sauveriez des sous et aideriez à protéger l’environnement en ne changeant que les pièces qui ne conviennent plus, plutôt que de faire mettre de côté toute une machine qui fonctionnerait peut-être parfaitement avec un ou deux changements. Ça demande des efforts d’être éco-responsable, mais plus il y aura de gens qui s’y mettront, plus ce sera facile, et mieux la Terre se portera.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+