Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Coup de gueule pour le RTL

 

Après la chronique Gui-Ik, j’avais envie de lancer une nouvelle chronique. Une chronique qui soit un peu plus sanglante, un peu plus personnelle. Je lance donc ma nouvelle chronique, Les nerfs à passer. À l’inverse de mon collègue du dessus, je ne vais pas parler écologie, je vais plutôt prendre un sujet qui m’énerve et écrire dessus jusqu’à ce que je sois soulagé ! (NDLR : c’est ton psy qui t’a conseillé cela ?)

Pour mon premier défoulement, j’ai choisi le RTL ou le «Réseau de Transport de Longueuil ». Pourquoi ? Parce que j’estime que quand on paye 100 dollars pour un service, il se doit d’être un minimum acceptable. Je paye pour une logistique, pour un service. Et attention, le coût de l’abonnement à 100 dollars, c’est pour les étudiants.

Je suis un étudiant en stage qui pense à l’environnement, et vu que je ne veux pas faire de la pollution supplémentaire par grand froid, j’ai décidé d’adopter un comportement de citoyen soucieux de la protection et de la préservation des ressources naturelles. Vive le bus ! Malheureusement, la réalité est tout autre… Nous avons beau vouloir aider l’environnement, si le RTL n’encourage en rien le transport en commun, les personnes vont tout simplement se lasser.

Ce que je veux dénoncer, ce n’est pas le comportement des chauffeurs. Non, eux sont autant victimes que nous, puisqu’ils obéissent à un chef qui obéit à un autre chef et ainsi de suite… Je ne veux pas non plus m’énerver sur les horaires aléatoires des chauffeurs, passant une fois 5 minutes en retard et l’autre 5 minutes en avance. Mais quand il fait -39˚C, je vous annonce que ce n’est pas plaisant d’attendre 20 minutes pour le bus suivant.

Ce que je dénonce c’est la mauvaise gestion du chef qui fait le plan des horaires. Pour en venir au point voulu, je veux crier ma haine contre le contrôleur de gestion qui demande au bus d’attendre 10 minutes ou plus devant la station de bus afin de ne pas surcharger ladite station. C’est un geste très noble que vous voulez faire là, messieurs les contrôleurs, mais s’il vous plait, laissez-nous la chance de pouvoir débarquer avant afin de ne pas regarder les longues minutes défiler. Afin de ne pas voir les bus plus « prioritaires » doubler le mien. Je suis énervé contre vous, parce que mon bus arrive vers 17h45 à la station bonaventure, mais vous m’obligez à attendre dans ce virage pendant 15 minutes ! Puis quand nous rentrons dans la station de bus, nous apercevons une plateforme à moitié remplie de bus ce qui m’énerve encore plus puisque je n’y vois pas l’intérêt d’attendre 15 minutes.

Si j’avais le choix de débarquer avant, je pourrais être chez moi 15 minutes plus tôt, je pourrais passer plus de temps à travailler, je pourrais faire d’autres activités… Mais non, vous m’obligez à rester dans le bus 15 minutes supplémentaires. Pendant une heure de pointe, sauvez 15 minutes, c’est énorme!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Vacances au Palais de Justice de Montréal

14 septembre 2012

Au printemps dernier, sans trop m’en rendre compte sur le moment, je suis tranquillement et par accident devenu un spectateur de contestations juridiques. Pour la première fois de ma vie, j’ai mis les pieds au Palais de Justice de Montréal pour observer comment le droit était appliqué dans la vraie vie. Auparavant, mon seul contact avec les tribunaux et le droit était celui des films. Un film en particuler, intitulé « Rules of engagement », m’avait marqué...

9 mars : Mes insolites

12 mars 2004

Je suis revenue de voyage, je suis pas mal fatiguée, pas mal mêlée, pas mal nostalgique, et j'apprends qu'il ne reste que trois parutions régulières du Polyscope. Quoi?!? Il ne me reste que TROIS Chroniques à écrire?!? Je n'aurai jamais le temps en seulement trois Chroniques de vous décrire «mes insolites de voyage». Je n'aurai jamais le temps de vous parler du beau soleil de la place Montmartre à Paris, ni de celui du...

SSC concurrence Bugatti

10 septembre 2010

On a souvent entendu parler du stéréotype du petit scientifique studieux, asexué, plongé dans ses recherches, un peu le stéréotype négatif des sciences pures. Il est fort probable que, tous et chacun, nous connaissions un mec (ou demoiselle, occasionnellement) qui perpétue le stéréotype. Pourtant, on n’a qu’à regarder les différents thèmes de recherche en physique, biologie, anthropologie et j’en passe, pour voir que les chercheurs sont souvent si absorbés par notre sympathique système reproductif...