Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mes souhaits pour 2013

Vous le savez, j’aime à discourir interminablement sur la difficulté de fournir un sujet d’éditorial à chaque semaine. C’est gonflant, je vous l’accorde, mais c’est surtout assez hypocrite considérant que je ne me gêne jamais d’écrire sur un de ces sujets éternels que sont les débuts et les fins de sessions. Je me sacrifie donc aujourd’hui en toute lâcheté à cette pratique classique consistant à réfléchir sur l’année à venir. Le sujet de cette régurgitation mentale aux accents idéalistes ? Ce que je nous souhaite à tous pour 2013 !

 

Mettre la corrupation au tapis

En tant qu’étudiant en génie civil, c’est avec attention que j’ai suivi la commission Charbonneau l’automne dernier. Je ne crois pas que l’on puisse souhaiter mieux à la société québécoise que ce ménage que l’on nous a tant promis. Espérons que les coupables soient identifiés, certes, mais surtout que l’on prenne les actions nécessaires pour empêcher ceux qui voudront prendre leur place pour remplir leurs poches d’argent public… Finalement, je souhaite que cette profession que je compte exercer pour les décennies à venir puisse bientôt relever la tête et retrouver la confiance du public qui lui a été ravie par ces hommes qui ont fait passer l’appât du gain avant la morale la plus élémentaire.

Vaincre la peur… et le lobby des armes

L’année 2012 s’est terminée sur une note d’horreur chez nos voisins du Sud. La tragédie de Newtown aura sans doute marqué les esprits, mais c’est le débat sur les armes à feu qui occupe maintenant le devant de la scène médiatique. La National Riffle Association, le puissant lobby américain des armes à feu, affiche clairement ses couleurs : « Les armes ne causent pas les tueries, au contraire, ils peuvent les contrer ! » en ajoutant au passage avec tout le sérieux du monde que la pratique de jeux vidéo violents est un passe-temps beaucoup plus à risque que l’entraînement au fusil semi-automatique dans un club de tir. « Seul un bon gars avec un fusil peut arrêter un mauvais gars avec un fusil ! » a déclaré le président de la NRA durant sa conférence de presse… Comme si chacun avait en sa possession une carte d’identité indiquant s’il se trouve du côté des vilains ou des gentils.

La prolifération des armes à feu comme moyen de défense est une idée absurde. Ce que les marchands d’armes vendent, ce n’est pas la tranquilité d’esprit, mais bien la peur et la paranoïa. Dommage qu’ils ne voient pas qu’il s’agit là d’un poison particulièrement dangereux pour une société, plus à même de la détruire que de la défendre. L’idée d’armer les enseignants est le comble de cette stupidité. Agir ainsi consisterait à abdiquer devant la violence, à accepter que des enfants grandissent dans une société brutale où chaque citoyen en est réduit à se défendre lui-même, l’arme au poing.

Je souhaite donc à ceux qui se battent pour un meilleur contrôle des armes à feu aux États-Unis de finalement gagner le combat contre le lobby des armes, qui, à coup de dogmatisme et de stupidité crasse, a déjà fait beaucoup trop de mal.

Sauver ce qu’il reste de science au gouvernement fédéral

Les conservateurs ont, durant les dernières années, presque réussi à enterrer l’expertise scientifique au sein de l’administration publique. Le Canada, autrefois leader mondial en recherche sur le climat et sur les changements climatiques, s’est débarrassé à coup de coupes sauvages et de licenciements, de cette expertise inestimable. Les scientifiques qui restent doivent composer avec de nouvelles règles surréalistes rappelant l’obscurantisme soviétique alors que chaque rapport et chaque publication doivent être approuvés par le politique, sacrifiant ainsi le savoir aux intérêts partisans. Les motivations du gouvernement Harper sont des plus clairs : il sera beaucoup plus facile de justifier des politiques polluantes lorsqu’il n’y aura plus personne pour prouver qu’elles polluent. Espérons que l’opposition aura les dents nécessaires pour réveiller la population à ce sujet car on ne peut accepter qu’un gouvernement utilise l’aveuglement volontaire comme un outil politique.

Pour le Polyscope

Enfin, je souhaite de tout mon cœur que certains d’entre vous viennent nous rejoindre ici, au Polyscope, où l’aide est toujours appréciée et les idées ont toujours besoin d’êtres rafraichies par l’arrivée de nouveaux cerveaux. Venez donc nous voir au C-214… J’en profite pour annoncer que notre réfrigérateur est plein de nourriture, de rafraîchissement, d’amour et d’eau fraîche (métaphorique, bien sûr, parce que l’eau embouteillée, c’est MAL).

Bonne année 2013 !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.