Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité-- --Publicité

Paver la voie de l’opportunité

Publicité-- --Publicité

Par Jean-François Rémillard

Certains d’entre vous ont peut-être déjà entendu parler de ce terme : « zeitgeist »… Il s’agit d’un mot allemand qui désigne l’ « état du monde », actuellement parlant. La plupart des gens deviennent cyniques quand on parle de ces choses-là. « C’est pas grave, on s’en est toujours sorti » diront certains…

À l’époque actuelle, sans se tromper, la civilisation humaine est au sommet du développement scientifique et technologique. Ça bouffe beaucoup de ressources. On parle beaucoup du pétrole que l’on consomme à un rythme qui supporte l’actuel style de vie occidental si friand, l’accès abordable à l’or noir, qui demandera graduellement des forages en mer de plus en plus profonds, coûteux et difficiles (profondeur de l’ordre de 2.5km). Tout ça devrait encore durer quelques décennies.

Peut-être serez-vous surpris d’apprendre que le pétrole ne serait probablement pas la première ressource à s’épuiser. Selon les dire de plusieurs sources (qui s’accumulent sans arrêt). L’exploitation des ressources minières suit une courbe ‘exponentielle’ depuis les années 1970. Question : Pensez-vous qu’on pourra voir la sortie du ‘IPhone 99’? Comme c’est parti (et si on se rend la… ;), il risque d’être encore rectangulaire avec des bouts arrondis. Mais pour que vous puissiez vous servir du petit écran tactile, une technologie a été développée avec les propriétés que seuls certains métaux lourds possèdent. Présents dans les ‘terres rares’, sorte de boue de minéraux qui ne sont présents qu’à certains endroit sur Terre (d’où ‘rares’), les lanthanides permettent de créer des ‘bebelles magiques’. Sans ces métaux, on ne serait pas capable de faire beaucoup de tout ce qu’on fait actuellement! Les chasseurs, il n’y en aurait pas, tout comme les lampes fluoro-compactes et un paquet de composants informatiques, etc. Tout comme le pétrole ou pis, les sources rentables font l’objet d’une exploitation féroce. Au point où actuellement, plusieurs sites web prédisent les années d’épuisement (i.e. 30-40 ans) possibles pour chaque métal. On verra…

J’imagine déjà la tête des gens qui ‘ont un besoin absolu’ du Iphone dans leur vie. Ça serait la fin du monde hein..? La fin du monde, devenue un sujet quasi-banal comme le pétrole et le reste… [Si vous êtes superstitieux : On peut en parler? When in ROME (2012)! Les fans modérés de Nostradamus prédisent le début de la fin après la date du 21 décembre].

Maintenant que je vous ai sorti du réchauffé, j’en viens au coeur du sujet. On l’a vu avec la fin de l’ère John Charest (nom à la naissance), que vous soyez d’accord ou pas avec ce que les anciens gouvernements ont pu faire, les conséquences des gestes ne se font voir qu’après leur départ. Le fameux « Plan Nord », il faut peut-être faire une nuance de tous les discours politiques qui ont pu en faire l’éloge, question de brosser un vrai « zeitgeist ».

L’ex-gouvernement libéral a affirmé avoir promu le potentiel des ressources du Québec à l’étranger. Un potentiel qui doit se faire exploiter bien sûr, tout comme les gaz de schiste, dont on a remarqué les effets de géo-flatulences locales, même si c’est une autre histoire. Le Plan Nord se voulait l’équivalent des chantiers des barrages ‘Manic-X’. Avez-vous vu une immense manne de la création d’emplois? Plusieurs sources ont démenti la pertinence et les avantages que pourront procurer ce plan à long terme.

Pour ceux qui ont suivi le cours d’économie 101 à poly, vous saurez que pour faire de l’argent il faut des investisseurs. Pour attirer des investisseurs, il faut : des ressources, une opportunité, du bonbon commercial! Eh bien, au Québec, on en a du bonbon. Notamment, si vous regardez les gisements miniers potentiels près du Labrador il parait (voir Google, aux sources fiables)! Comme le bonbon n’est pas assez dans certains cas, il faut en donner plus, tel que des financements auxiliaires : construire une ou deux routes vers la mine, une petite ville pour les ouvriers, tout ça. Parait que ça aide.

Ironiquement, il existe bel et bien un gisement de terres rares, entre autres, dans le nord du Québec aux frontières du Labrador et du Québec. Il existe, mais vous ne pourrez pas en profiter, car il a déjà été vendu à des intérêts chinois. Ceux-ci pourront l’amener, le traiter en usine, produire des Iphones ‘made in China’ et le ramener sur des tablettes d’un certain magasin sur Sainte-Catherine. Mais tout ça, c’est une autre histoire…

Sources :

www.rfi.fr/contenu/20100511-forage-plus-profond-puits-petrole-offshore-canada

www.consoglobe.com/epuisement-des-ressources-naturelles-et-demographie-cg




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
Publicité--
--Publicité