Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Revue musicale

 

Cela fait des lustres qu’il n’y a pas eu de revue musicale dans le Polyscope, pourtant, nous recevons de temps à autres des albums promo au journal. Ce ne sont pas toujours des navets que nous recevons mais parfois… enfin, vous pouvez probablement vérifier par vous même via YouTube.

Katy Perry MTVunplugged

Un des bons albums dont je me souviens que nous avons reçu il y a un an ou deux va peut-être vous surprendre, non pas que vous ne connaissez pas déjà cette chanteuse mais vous ne l’aurez jamais entendue sous cet angle, c’est-à-dire sans flafla pop. Honnêtement, sur cet album se retrouve les meilleures versions de ses chansons tel que «I kissed a girl». Avec une touche un peu jazzy et une voix moins modifiée, c’est une nouvelle Katy Perry qui nous est présentée. L’image d’artiste accomplie fait enfin surface après avoir longtemps été cachée par l’industrie de la musique populaire dans laquelle elle travaille.

Connor Maynard -Contrast

Cet album porte bien son nom. En fait l’album est un pâle contraste de Justin Bieber d’aujourd’hui et de Justin Timberlake de l’album FutureSex/LoveSounds. Ceci dit, si j’avais le choix entre Justin Bieber et Conor Maynard j’irais probablement avec ce dernier alors si vous avez un cadeau à acheter à votre petite soeur ou petit frère, pourquoi pas? Ce que je reproche le plus à cet album c’est qu’il contient un peu trop le mot «girl» tout comme on reproche à Bieber son style «baby baby baby oooohh».

Sickpuppies-Tripolar

Au début j’ai cru que ça ressemblait à du Linkin Park. Finalement j’ai seulement accroché un peu sur la chanson «Riptide» de l’album. Le groupe n’est pas mauvais en tant que tel mais je dois avouer que selon moi, l’album manquait de saveur dans son ensemble.

Patrick Watson- Adventures in your own Backyard

Fidèle à lui même, Patrick Watson nous propose un nouvel album très intéressant. Dès les premières secondes on reconnaît le style décousu mais doux de cet artiste montréalais qui vous fera découvrir son monde loufoque via la musique. Ce n’est pas un album à faire jouer dans votre prochain party mais si vous chercher un style différent de ce que vous entendez à la radio, vous ne serez pas déçu par Adventures in your own Backyard.

Marcy Playground – lunch, recess & detention

L’appréciation de cet album est mitigé au sein des membres du Scope. Certains trouvent que l’orgue dans certaines chansons est un peu «too much» d’autres aimaient le côté folk très assumé du groupe. Pourtant Wikipédia nous dit que le groupe est du genre Alternative rock, Post-grunge.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Spectacles du Festival de Jazz 2010

9 juillet 2010

DJ Food, Kid Koala, The Slew, Spank Rock et Émilie Simon (par Francis-Olivier LeBlanc) Il faudrait vraiment manquer d’humilité pour dire que Kid Koala n’a pas de talent. C’est en le voyant qu’on peut vraiment considérer les platines comme un instrument à part entière. Le programme triple au Métropolis a débuté par DJ Food, qui a réchauffé la salle lentement, mais sûrement avec des rythmiques lounges sans trop s’énerver sur ses tables tournantes. Un...

Analogique et numérique se recontrent pour une 11e année dans le cadre de Mutek

9 juillet 2010

Mutek, c’est le festival de musique et d’art électronique qui met en scène quelques uns des plus grands artistes de la planète aux côtés de nombreux autres dont on découvre à peine l’existence. Véritable marathon de rythmes électroniques dans toutes leurs déclinaisons possibles, le festival s’est imposé comme une référence dans le milieu avec sa programmation en avance sur son temps, mettant en vedette bon nombre de groupes dont les noms sont à peine...

C!rca à la Tohu

24 février 2012

J’ai eu mal oh oui j’ai eu mal, aux dents, aux pieds, au corps au nez, au doigts, aux bras et à tout plein de muscles que je ne connais pas. C’est ça l’effet C!rca! Pour vous replacer dans le contexte, mercredi dernier, je suis partie en vadrouille à la Tohu, bras dessus bras dessous avec mon acolyte monsieur M. pour savourer un moment de cirque extrême. Eh mes aïeux, quel moment de cirque...