Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Éthique et évaluations

Mais pensez-vous qu’une bonne note obtenu grâce à du recopiage est synonyme d’excellence scolaire ? D’un point de vue éthique, est-il normal qu’un professeur prenne des examens parmi une banque de questions accessible aux étudiants plutôt que de faire les examens lui-même ?

 

Polytechnique, endroit lyrique poétique et surtout lieu d’apprentissage. Mais en ce moment Polytechnique connait quelques petits problèmes que nous nous efforcerons d’expliquer. Mais avant toute avance, dans toutes les situations que nous allons expliquer nous aborderons une vision éthique. Est-il juste que telle ou telle affaire soit valable au sein même d’une école d’ingénieur, et est-ce que c’est acceptable de devenir ingénieur sachant cela ?

Acte I – L’histoire générale

Les histoires d’examen qui tournent et qui retourne ne datent pas d’hier. Seulement, l’école n’a aucun contrôle sur ces derniers. Entre étudiants, il n’est pas rare de voir des examens datant de 2005 à 2012 avec ou sans corrections. Il en est de même avec les travaux pratiques, les rapports, les cours… Pourquoi les professeurs ne changent-ils pas leurs examens ? Je me rappelle d’un examen (Mécanique des fluides…) ou le professeur piochait directement dans un livre avec correction. Ce livre avait été piraté puis mis à la disposition d’un certains étudiants et comme l’examen était à livre ouvert il va sans dire que certains étudiants étaient beaucoup plus avantagés. Résultat, il s’est créé un fossé entre les personnes qui avaient ce livre et le reste de la classe. La répartition Gaussienne qui s’applique dans un cas normal est une petite quantité avec des notes basses et des notes hautes tandis que le reste de la classe est au centre. Avec un examen à livre ouvert et de surcroît avec un livre de correction déplace forcément la courbe vers la droite avec un plus grand nombre de bonne note.

Il n’y a pas de honte à avoir de bonnes notes, au contraire c’est encouragé par l’école et les professeurs. Mais pensez-vous qu’une bonne note obtenues grâce à du recopiage est synonymes d’excellence scolaire ? D’un point de vue éthique, est-il normal qu’un professeur prenne des examens parmi une banque de questions plutôt que de faire les examens lui-même ?

Acte II – L’histoire surprenante

Après quelques années à Polytechnique on peut voir des choses plutôt intéressantes et le fait d’aller fumer peut s’avérer très intéressant ! En effet, si votre professeur ou votre chargé de cours est un fumeur, alors n’hésitez pas à sortir avec lui pendant la pause du cours pour sympathiser. Il pourrait vous arriver de très bonnes choses… En effet, il n’est pas rare d’entendre des personnes qui ont sympathisé avec le chargé de cours pour revenir avec des questions de l’examen. Ce n’est peut-être pas tout l’examen qui est disponible mais une question c’est déjà mieux que rien non ? C’est souvent dans les cours à projet que ce genre de méthode est le plus observé car la moyenne d’âge des chargés de cours est souvent plus faible et donc ils sont plus nombreux à fumer!

Acte III – L’histoire incroyable

Cela se passe l’an dernier, lors d’un examen. Deux filles connaissaient une des personnes qui surveillé l’examen. Alors qu’une des filles écrivait quelque chose, elle l’a déposé sur le coin de la table. Ensuite, l’ami commun et surveillant de la salle s’en ait emparé pour ensuite le donner à la seconde fille. N’avons nous pas un magnifique cas de plagiat ici ?

Toutes ces histoires peuvent amener à penser qu’il y a quelque chose à penser au niveau même de la surveillance de l’école. Ces trois cas sont certes particuliers mais il n’empêche qu’ils sont arrivés et qu’ils peuvent encore arriver ! Si les professeurs veulent rendre équitable les examens, alors ils devraient mettre les mêmes ressources à la disposition de tout le monde.

Si vous aussi vous avez été témoin d’un abus et que vous voulez partager votre témoinage, mn’hésitez pas à nous écrire !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Si Jack Bauer avait rencontré Shakespeare

5 février 2010

Les agents secrets qui doivent combattre des terroristes, désamorcer une bombe et sauver le président américain en 24 heures chrono ? C’est dépassé. Un défi bien plus intéressant aura lieu entre les murs de cette école du 12 au 13 février 2010 : le Défi 24 heures de théâtre, présenté par (vous ne devinerez jamais) Poly-Théâtre ! Célébrant maintenant ses 20 ans d’existence, le comité de théâtre des étudiants de Polytechnique ne se contente plus de présenter 2...

Poly en feu!

28 octobre 2007

C’était un lundi soir comme les autres. Le Pavillon Lassonde était occupé d’étudiants qui passaient leur intra, étudiaient, faisaient leur lab d’INF2010 à la dernière minute et autres devoirs. Ils étaient loin de se douter de ce qui allait arriver. Or, il semblerait qu’un étudiant était au courant avant même que l’incident fâcheux et rêvé pour certains se produise. En effet, un étudiant que l’on nommera Francisse pour fin d’anonymat, avait prédi les événements....

Sur l’homophobie en 2013

15 mars 2013

  Vous avez vu ces publicités du gouvernement du Québec visant à sensibiliser la population sur l’homophobie? Personnellement, je les trouve excellentes. Ma préférée est celle où l’on voit un homme attendant à l’aéroport qui se précipite à bras ouverts vers une femme… pour embrasser l’homme se trouvant derrière elle. La publicité à cela de bien qu’elle surprend toujours un peu et cela permet la réflexion. Si elle surprend, c’est parce que la télévision...